Forum du PPHL


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bataille en Albion.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lizardmen
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 27
Localisation : troyes (10) ou à Zlatlan, ça dépend du temps...
Date d'inscription : 19/06/2007

MessageSujet: Re: Bataille en Albion.   Ven 3 Aoû - 19:16

non non, cest un clavier americain, et cest pareil pour les apostrophes, lol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizardmen
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 27
Localisation : troyes (10) ou à Zlatlan, ça dépend du temps...
Date d'inscription : 19/06/2007

MessageSujet: Re: Bataille en Albion.   Lun 27 Aoû - 15:20

bon, j'arrete de vous faire attendre : la suite arrive dans pas longtemps, juste le temps de la taper sur le PC, ca va me prendre un peu de temps quand meme. voila.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizardmen
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 27
Localisation : troyes (10) ou à Zlatlan, ça dépend du temps...
Date d'inscription : 19/06/2007

MessageSujet: Re: Bataille en Albion.   Lun 3 Sep - 13:33

voilà, tout est édité, j'ai rajouté le titre au début, c'est Embuscade, itre a double tranchant...
sinon, rien a changé, a part deux ou trois fautes et erreurs de syntaxe qui ont sautées. La seule chose de notable est le fait que Lokaï possède la lame des réels multiples depuis un millénaire au lieu de 500 ans.
Sur ce, je vous laisse lire la suite. il y a un peu moins d'action, mais c'est pour mettre l'intrigue en place, vous inquietez pas, je vous prépare un truc bien apocalyptique evilgrin . Surtout, si c'est embrouillé, n'hésitez pas a me demander des explications :



Bataille en Albion : Trahison

Phase 2





.....La Lune se levait dans une nuit noire comme l'encre, perçant parfois la lourde chappe brumeuse des nuages. Un vent glacial venait du nord, gonflant la voilure de l'arche noire qui tanguait paisiblement au rythme des flots. La mer était calme ce soir. Seul la troublait la flotte elfe noire d'où montait parfois le hurlement étouffé d'un esclave, torturé ou en train de mourir. De temps à autre, les rayons de lune perçant la nuit tombaient sur les vaisseaux, les éclairant d'une lumière pâle. Ils apparaissaient alors tels des fantômes jouant à cache cache avec les ténèbres, à mesure que la Lune se dévoilait, ou se dérobait.
.....Sur le pont de l'arche Zy'leth, Souffrance en Druchi, entre deux balistes à répétition, se tenait une figure féminine qui observait les flots : Amenaraz. « Demain soir sera un grand jour pour Dame Morathi. Le temps passé à manipuler les intrigues et à trahir les siens aura finalement porté ses fruits, pensa-t-elle. Si elle parvenait à atteindre son but, la Matriarche suprême pourrait alors étendre considérablement son influence au sein de la société druchi et faire monter en puissance le Culte du Plaisir. Ce qu'elle recherchait était de plus une arme de premier choix, et elle pourrait faire taire ses adversaires, même les plus coriaces. » Amenaraz souria, elle enviait Morathi. Mais l'heure était à l'action désormais, le moindre faux pas ne lui serait pas pardonné.
.....La sorcière elfe noire quitta le bastingage pour se diriger vers la cabine de ses quartiers. Sa disciple personnelle l'y attendait, se tenant là, devant la porte d'un bois noir glacé.
.....« C'est l'heure, lui chuchota Amenaraz, suis moi. »
.....La disciple acquiesça et obéit en silence. Ce qui allait suivre était tout nouveau pour elle et c'était un grand honneur que sa maîtresse la laisse venir.
.....Elles s'enfoncèrent dans les passages obscures du navire, seulement éclairés de temps à autre par la lueur vacillante de petites lanternes de métal. Mis à part les discrètes sentinnelles de garde, tout les corsaires elfes noirs dormaient, prenant du repos avant ce qui allait suivre. Les seuls bruits audibles étaient ceux des poulies claquant dans le vent, et des cordages tendus à l'extrême. Elles s'arrêtèrent après un parcours sinueux devant la dernière porte du dernier couloir du vaisseau. Celui qui n'était pas éclairé.
.....« Nous y sommes, murmura Amenaraz. Tu te tiendra contre le mur du fond, sans faire un seul bruit tu m'entends ? »
.....La disciple acquiesça. Désobéir à sa maîtresse, c'était bien la dernière chose qu'elle désirait. Cela signifiait la mort dans tous les cas. La seule inconnue étant le temps qu'elle metrait pour succomber à la torture. Elle l'avait vue un jour punir un capitaine corsaire un peu trop insolent. Cela avait été horrible. Les cauchemars l'avaient poursuivie durant des semaines, et elle en frémissait encore de terreur en se remémorant se visage torturé, défiguré par la douleur, implorant la sorcière de lui porter le coup de grace, attaché au mat du vaisseau. Les marques laissées par le malheureux étaient d'ailleurs toujours visibles, tel un permanent rappel a l'ordre pour tout ceux qui n'étaient pas contents.
.....Amenaraz entra, suivie de près par l'apprentie qui alla se placer comme prévu contre le mur du fond, sur lequel étaient gravés d'étranges runes elfiques qu'elle ne reconnut pas. La sorcière s'avança ensuite jusqu'au centre de la petite pièce obscure, uniquement éclairée par six bougies. Elle se tenait au centre d'un symbole géométrique orné d'arcanes complexes. Sa longue robe sombre semblait onduler comme dans le souffle d'une brise alors que la pièce était close.
.....Elle leva la main, l'ouvrit, et tendit son doigt en direction du mur de gauche. Un des innombrables tiroirs sur lesquels était gravés des mots d'une langue oubliée depuis bien longtemps s'ouvrit. Un long parchemin en sortit, se déroulant à mesure qu'il s'approchait de la main tendue de la sorcière. Elle l'attrapa et le plaça à coté d'elle, flottant dans les airs. Elle recommença ensuite sa maneuvre à plusieurs reprises. À chaque fois un autre tiroir s'ouvrait. Sur les murs, au plafond ou sur le sol, il y en avait partout, certains étant de la taille d'un auriculaire de snotling tandis que d'autres étaient assez grand pour pouvoir contenir un chaudron ou encore un corps humain. Les seuls endroits vierges de tout rangement étaient la porte, l'intérieur du symbole ésotérique au sol et le mur contre lequel s'appuyait la disciple.
.....Ayant terminé, divers artefacts flottaient désormais autour d'Amenaraz. Allant d'herbes aux vertues magiques jusqu'aux substances immondes dont on ignorait la provenance, en passant par quelques instruments de tortures tous plus complexes les uns que les autres.
.....« Bien, le moment est propice, profitons en tant que les vents de magie ne sont pas trop perturbés. »
.....Six boules d'un cristal noir vinrent s'ordonner autour de la Grande Sorcière, tandis que les autres artefacts s'écartaient pour faire place. L'atmosphère se fit soudain de plomb, comme si la densité de l'air avait été brutalement modifiée. Les six boules de cristal se mirent alors à palpiter, tandis qu'une lueur bleue les illuminait de l'intérieur, donnant un aspect encore plus iréel à la pièce, si cela était encore possible. La température chuta en même temps que les bougies s'éteignirent, une à une, ne laissant comme trace qu'une odeur froide de carbone, s'écaporant en fumée bleue dans la pièce.
.....Quelque chose se fit alors sentir, une présence, comme un nuage menaçant flottant au dessus de la pièce. Quoi que ce fut, la disciple n'en savait rien. La seule chose de certaine était cette perfidie, ce vice et une sournoiserie sans pareil qui émanait de la chose, presque palpable. Cette chose était profondément vicieuse et cruelle, et étouffai l'apprentie de sa présence.
.....« Bonsoir dame Morathi, je m'incline devant votre splendeur et suis à vos ordres, déclara Amenaraz.
.....« Dame Morathi! La Matriarche Suprême elle même! Pensa la disciple excitée. Quel honneur que de pouvoir assister à cette conversation! » Elle se tint humble devant la puissance exigée par les deux sorcières pour communiquer entre elles. L'une se tenait en Elthin-Arvan, tandis que l'autre était en pleine campagne guerrière contre les Hommes-Lézards de Lustrie, presque à l'autre bout du monde.
.....- Trève de fioriture je te prie, nous n'avons pas beaucoup de temps. La voix de Morathi était étouffée, comme distante, mais cela n'enlevait rien à son charme ni à son envoûtante sensualité. Sa voix était cependant autoritaire. Y'shyin m'a fait part de son succès quant à son implantation sur la côte nord d'Albion. C'est maintenant à ton tour d'agir. Voilà tes instructions, suis les à la lettre, quoi qu'il arrive. Après l'avoir reçue, tu accompliras immédiatement le rituel nécéssaire. Est-tu prête ? Sa voix grésilla sur les derniers mots, mais fut cependant audible.
.....- Oui Dame Morathi, il ne manque plus qu'elle, répondit Amenaraz.
.....- Bien fit la Matriarche. Utilise l'écrin des morts pour la transporter, je ne veux pas que ses pulsations magiques se fassent remarquer, compris ?
.....La Grande Sorcière acquiesça mentalement.
.....- Parfait, continua Morathi, Il ne te reste plus qu'à lancer l'assaut comme convenu. Confie cette tâche à Feoravë, c'est un bon général, il saura se débrouiller. Je peux t'assurer que tu seras ensuite récompensée comme il se doit.
.....- Amenaraz eu la désagréable impression que Dame Morathi avait eu un ton légèrement plus cruel sur les derniers mots. Elle préféra ne pas y penser.
.....- Vous pouvez me l'envoyer Matriarche suprême, tout est en place.
.....- La voici, répondit-elle.
Morathi prononça quelques mots étranges et la lueur des boules de cristal vacilla. L'instant d'après, une gemme d'un vert émeraude se tenait en face d'Amenaraz.
.....- Bien reçue, dit-elle. Je commence le rituel.
.....- Parfait. Ne me déçois pas.
Morathi coupa la liaison et la lueur bleue disparue en même temps que sa présence menaçante. Les bougies se rallumèrent une à une. Le cercle de cristal se rompit et alla se placer dans un des tiroirs du plafond. L'atmosphère était redevenue un peu plus normale.
.....- Amenaraz se tourna vers sa disciple, une étincelle de folie brillait dans ses yeux et elle affichait un sourire de mauvaise augure. Elle s'approcha doucement vers elle.
.....- Commençons disciple. J'ai tous les éléments du rituel autour de moi, il ne me manque plus qu'une seule chose
.....Parvenue à sa hauteur, elle la regarda dans les yeux et vit le doute s'y insinuer. Elle lui carressa la joue de ses longs doigts fins.
.....- Toi » fit-elle en enfonçant ses ongles dans sa peau.
.....Le mur derrière la disciple parut devenir vivant, et des filaments de chair rose s'enroulèrent autour des bras et des jambes de la malheureuse alors qu'elle poussait un hurlement qui déchira le silence dans la nuit.
.....Deux étages au dessus, les corsaires s'étaient révéillés en sursaut, le coeur battant à tout rompre. Ça recommençait...



.....Une fois le rituel terminé, la petite pièce obscure au coeur du vaisseau était presque entièrement recouverte du sang de la disciple. Son corps éviscéré gisait au sol, ses organes répandus un peu partout, des gerbes rouges étant visibles jusqu'au plafond.
.....Amenaraz était épuisée mais elle avait finit par avoir ce qu'elle voulait. L'âme de la disciple s'était débattu plus fortement qu'elle ne l'aurai cru capable, mais au final, son âme était prisonnière de la gemme. Son coeur avait arrêté de battre quand la pierre avait commencé à palpiter, perturbant les vents de magie comme elle ne l'avait jamais vu auparavant.
.....Elle contempla la pierre un instant, une puissance phénoménale émanait d'elle, bien que pas encore réellement utilisable à pleine puissance. Morathi était parvenu à la récupérer après être tombée sur la copie d'une antique plaque sacrée dans les ruines d'une Cité Temple Homme-Lézard qui faisait mention d'une certaine prophétie. Sa recherche d'artefacts en Lustrie n'avait pas été vaine, et grace à la manipulation de Vashnaar le Tourmenteur, elle avait pu détourner l'attention des yeux slanns d'Albion. Elle ricana doucement. Bientôt, un sérieux coup serait porté aux descendants des Anciens. Et ce n'était que le commencement. Après ça, ils pourraient encore aller s'occuper de leur faibles cousins d'Ulthuan et reprendre leurs terres volées depuis si longtemps. Elle perdit son sourire. Il ne fallait pas laisser la pierre découverte trop longtemps. Elle attira à elle l'écrin des mort, y plaça la pierre et le referma. Les pulsations magiques s'arrêtèrent.
.....Avant de sortir, elle contacta mentalement l'elfe connu sous le nom de Feoravë, lui expliquant l'assaut qu'il devrait mener contre les créatures à sang froid pour la gloire de Naggaroth et de son Roi Sorcier. Il ne savait pas que la Matriarche Suprême était la maîtresse du Culte du Plaisir et il n'avait pas besoin de le savoir. En servant les intêrets de Malékith, il servait ceux de Morathi, et c'était tant mieux. Elle rompit le contact mental et sortit de la pièce.



.....Dehors, une ombre s'abattit sur les vaisseaux, une forme massive aux grandes ailes noires descendit. Feoravë pouvait enfin attaquer, il jubila intérieurement d'un air cruel. Ils auraient des esclaves supplémentaires à rapporter à Naggaroth.
.....Le Dynaste émit un hurlement de folie auquel vint s'ajouter le puissant rugissement de son dragon noir, retentissant dans la nuit.
.....Les voiles des vaisseaux elfes noirs chanfèrent alors de cap, tels des ailerons de requins assoiffés de sang, et prirent la direction d'Albion...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizardmen
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 27
Localisation : troyes (10) ou à Zlatlan, ça dépend du temps...
Date d'inscription : 19/06/2007

MessageSujet: Re: Bataille en Albion.   Mar 30 Oct - 21:59

Allez hop! Je profite des vacances pour faire avancer mon histoire. Je ne dis pas que je la terminerai tout de suite, mais au moins, elle avance.
Sinon, comme ca fait un bout de temps que j'ai pas posté, si quelques passages vous paraisse obscures, n'hésitez pas à me demander et je vous donnerai des clarifications ^^ .




.....En ce chaud début de soirée, l'activité de la Cité-Temple Konquata se faisait moins intense au fur et a mesure que la Lune s'élevait dans le ciel, zébré de nuages sombres, dérivants au gré des vents qui les poussaient. Le peuple des Hommes-Lézards s'endormait peu à peu pour passer la nuit, bercé par les bruits provenant de la luxuriante végétation. Les derniers perroquets et autres volatiles en tout genre se faisaient encore entendre alors que déjà, s'élevaient le bourdonnement et le chant des insectes nocturnes dans l'air humide et moite de la jungle. De temps à autre, un rugissement grave et profond perçait les ténèbres : celui du jaguar en chasse; et parfois même celui d'un carnosaure affamé, en quête de sa future proie.
.....Aux alentours des hauts murs d'enceinte de la Cité-Temple, la végétation avait été débrousaillée sur une zone de cent cinquante mètres, car au vu des récents évènements qui s'étaient produits en Albion, les Sentinelles avaient été renforcées par souci de sécurité. Bien qu'il ne fut aucun doute que Kaizlat-Tehe eu été capable de prédire la plupart des attaques ennemies.
.....Au centre de la cité, en haut de l'immense ziggourat de pierre dedié aux anciens dieux disparus, et sur le plus haut niveau, se tenait Kaizlat-Tehe. Juché sur son palaquin, flottant dans les airs à quelques mètres du sol et entouré par de majestueuses colonnes de pierres noires, il méditait et observait les cieux.
.....Nottant l'agencement des étoiles et de la Lune dans le ciel, il se replongea dans sa transe. Il était trop dérangé ces temps ci. Fermant les yeux, il ouvrit son puissant intellect au monde extérieur, percevant le flux de chaque être vivant, de chaque chose l'entourant, comme si c'était une partie intégrante de lui même. Élevant sa conscience à un niveau encore supérieur, il étendit son champ de perception mentale à plusieurs dizaines de kilomètres alentours. Il ne sentait plus les démons qui avaient pris pied sur Albion et souillé leurs terres. Ce n'était pas normal. Ces derniers temps, tout allait de travers. Lorsqu'il plongeait son esprit dans l'Éther pour tenter d'apercevoir le futur, les différents chemins y menant étaient voilés et se dérobaient immanquablement à son esprit à chaque fois qu'il essayait de les saisir. Tous cependant lui montraient les mêmes présages funestes qui n'auguraient rien de bon.
.....Se replongeant pleinement dans les énergies mystiques qui l'entouraient, il tenta une fois de plus de percer les méandres ténébreux de l'Éther et d'apercevoir quelque chose à travers le miroir de l'avenir. Il sentait qu'une bataille approchait, cela était indéniable. Mais leur ennemi paraissait être différent cette fois ci. Moins brutal, plus sournois. leur but lui échappait cependant. Il se concentra plus fortement pous en apercevoir d'avantage, mais tout se voila brusquement, une fois de plus. Un ricanement moqueur monta tout autour de lui. Avec le flegme caractéristique de son espèce, Kaizlat-Tehe l'ignora. Il se passait quelque chose d'important, que cette inhabituelle obscurité intérieure lui cachait. Quelque chose de puissant qui émanait dans l'air, envoyant des ondes d'énergie le long des lignes telluriques qui se joignaient sous lui. Kaizlat-Tehe n'était pas d'humeur à ce qu'on lui cache des choses, et il était bien décidé à lever le voile sur cette obscurité.
.....Il puisa dans la phénoménale puissance qui circulait dans la pyramide pour décupler celle de son esprit. Il lança alors brutalement sa conscience à l'assaut de l'obscurité intérieure qui lui cachait ce qui se passait. La force ténébreuse s'étrangla en sentant la puissance de l'attaque du Slann, mais tient bon, le laissant toujours aussi aveugle. Kaizlat-Tehe entra alors en léthargie et commenca alors à accumuler sa puissance. La force qui l'empêchait de voir quoi que ce soit tenta de pénétrer son esprit, mais fut loin d'y arriver, ne pouvant rien face à plus de dix mille années de sagesse. Le Slann ouvrit alors les yeux, illuminés de l'intérieur et murmura trois mots. Il libéra soudainement l'énergie mystique accumulée pendant ces quelques secondes et l'envoya sur son opposant, la concentrant au même endroit, le percutant avec une violence inouïe. L'énergie qu'il venait de libérer était à même de pulvériser une montagne et balaya littéralement l'entité malfaisante, rendant à nouveau l'Éther et ses différents avenirs possibles aussi clairs que de l'eau de roche. Et ce qu'il vit alors lui glaça le sang.
.....Tous les futurs possibles lui montraient l'île d'Albion en feu et à sang, remplie de douleur et de destruction. Il voyait cela aussi bien que si la scène se déroulait sous ses yeux : Konquata brûlait, ravagée par des flammes d'un violet éclatant, ses bâtiments s'éffondraient et ses Temples étaient pillés, leurs trésors perdus à jamais. Mais à chaque fois, la même image s'imposait à lui : loin au nord ouest, une flotte elfe noire approchait. Parmi elle, au plus profond d'un des sombres navires, se tenait une représentante du peuple des ténébreux, tenant dasn sa main un artefact d'une puissance telle qu'elle ne pouvait l'appréhender. C'était cet objet qui émettait ces pulsations magiques et qui jetait un voile sur l'avenir, perturbant les vents de magie, comme un phare éblouissant dans la nuit.
.....La pierre, hexagonale, avait un symbole différent gravé sur chacune de ses faces qui luisaient d'un éclat vert malsain. Elle flottait devant le Slann, et, chose rare, sa nature flegmatique fut ébranlée. Il ressentit cette chose que les sang chaud appelle panique. Sa concentration ainsi brisée, le voila opaque recouvra à nouveau les méandres du futur.
.....Le Slann était profondément anxieux. Il avait reconnu la Pierre des Serments Brisés dès l'instant où ses yeux s'étaient posés dessus. Comment cet artefact avait-il été retrouvé? Et comment s'était-il retrouvé en de pareilles mains? Cet artefact n'était déjà même plus sensé exister au vu de la puissance qu'il recelait.
.....Kaizlat-Tehe fit cligner ses paupières et sa vision normale repris le dessus. La température de l'air avait baissé et la nuit était bien avancée. La Lune était à présent haut dans le ciel, cachée derrière des nuages. L'imposant batracien se retourna alors de l'autre côté du ziggourat, vers le sud ouest, son palanquin orné de défenses parfois presques aussi vielles que lui pivotant doucement dans les airs.
.....Il se connecta à l'une des lignes d'énergies telluriques qui parcouraient la Cité et convergeaient vers le coeur du Temple des Anciens. Celle ci joignait directement Hexoatl et était parmi les rares à relier les deux côtés de la Flaque. Il parvenait à sentir le Slann qui se trouvait à l'autre bout, pas n'importe lequel puisqu'il s'agissait de Mazdamundi lui même. Il lui envoya un bref message mental, évitant de le déranger plus longtemps et lui fit part de ses inquiétudes. Il reçut en retour une réponse qui le troubla encore davantage. Le Haut Slann faisait allusion à un ancien texte se trouvant sur une plaque sacrée, située dans les chambres les plus profondes et les plus secrètes de Tlaxtlan : la prophétie de l'Ancien Perdu Xholankha.
.....Kaizlat-Tehe la connaissait parfaitement. Il s'agissait d'une antique plaque d'or qui prédisait un grand malheur, soi disant annoncée par Xholonkha l'Égarré lui même. Le passage le plus important disait ceci :

.....« Une tristesse infinie s'abbat sur moi tandis que j'aperçois les six. Car à nouveau seront libérés la mort et le vice pour venir ravager notre peuple. Et lorsque la Lune se couvrira du pourpre manteau des morts, il sera déjà trop tard. Car les Sombres et les Dépravés trouveront le pouvoir. Les six apparaîtront alors, annonçant le début de la fin. Et leur puissance sera telle que rien ni personne ne pourra les arrêter. Leur fureur se fera sentir jusque dans les cieux qui trembleront sous leur colère. Hélas, jamais notre peuple ne sera aussi près de la chute, Car la corruption prendra plus d'un visage. Et avant le coucher de l'étoile d'Itzl, tout sera terminé. »

.....Le Slann ne voulait pas encore croire que c'était cette prophétie qui était en train de se dérouler. Aucun signe ne l'annonçait pour le moment, mis à part la réaparition étrange de la Pierre des Serments Brisés.
.....En ayant terminé avec le Haut Slann, Kaizlat-Tehe fit demi tour sur place une seconde fois pour revenir à sa position d'origine.
.....C'est là qu'il la vit.
.....Profitant d'une trouée dans le ciel nuageux, la Lune apparue, et se révéla d'une couleur pourpre, d'un rouge éclatant telle une abomination suspendue dans le ciel noir de la nuit.
.....Alors, le coeur emplit d'effroi, Kaizlat-Tehe su qu'il devait agir au plus vite...




.....« Et lorsque la Lune se couvrira du pourpre manteau des morts, il sera déjà trop tard. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizardmen
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 110
Age : 27
Localisation : troyes (10) ou à Zlatlan, ça dépend du temps...
Date d'inscription : 19/06/2007

MessageSujet: Re: Bataille en Albion.   Mar 30 Oct - 22:00

- Une tristesse infinie s'abbat sur moi tandis que j'aperçois les six.
Car à nouveau seront libérés la mort et le vice pour venir ravager notre peuple.
Et lorsque la Lune se couvrira du pourpre manteau des morts, il sera déjà trop tard.
Car les Sombres et les Dépravés trouveront le pouvoir.
Les six apparaîtront alors, annonçant le début de la fin.
Et leur puissance sera telle que rien ni personne ne pourra les arrêter.
Leur fureur se fera sentir jusque dans les cieux qui trembleront sous leur colère.
Hélas, jamais notre peuple ne sera aussi près de la chute,
Car la corruption prendra plus d'un visage.
Et avant le coucher de l'étoile d'Itzl, tout sera terminé. -


- Extrait de la prophétie de l'Ancien Perdu Xholankha -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bataille en Albion.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bataille en Albion.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bataille en Albion
» Bataille en Albion.
» Artillerie durant la bataille des Ardennes (1944)
» [hf] bataille des canonnières - je suis sur un bateau
» Bataille à la Couronne de Glace [Récit à compléter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du PPHL :: Temple des mémoires :: Récits-
Sauter vers: