Forum du PPHL


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les druchii de Kar Argond.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mar 15 Mai - 14:55

(Axe II)

- Aaaaahhhhh ! hurla la sorcière suprême Tamialine Nyraldice.
- Encore un dernier petit effort, l’enfant est presque sorti, l’encouragea Kzarzia.
- Aaahhhh !

On entendait au dehors, les bruits du chaos de la bataille. Kzarzia se demanda où en était le combat. Les skavens étaient-ils venus ? Allaient-ils permettre de remporter la victoire ? Kzarzia ignorait la situation et cela l’inquiétait. De plus, l’accouchement de la sorcière avait été très difficile. Tamialine avait perdu beaucoup trop de sang, elle ne survivrait surement pas à l’accouchement. D’un coup, un cri puis des pleurs retentirent au milieu de la chambre souterraine. Le bébé du dynaste Nyraldice venait de naître. C’était son premier enfant et c’était un garçon. Kzarzia n’en croyait pas ses yeux. C’était la première fois qu’il voyait un enfant naître au monde. Il avait l’air si fragile. Difficile à croire qu’un jour il mènerait des armées au combat et massacrerait des centaines de personnes. Enfin, il fallait déjà survivre à la bataille.
- Qu’est-ce-que c’est que ça ? murmura Tamialine épuisée.

Kzarzia fit un tour sur lui-même et l’aperçu. Que faisait-il là ? Comment diable, un magnifique cygne noir avait pu se retrouver perdu dans la jungle et pourquoi il restait là, bêtement, à observé le nouveau né ? Kzarzia confia le bébé à sa mère et s’approcha du cygne mais celui-ci prit son envol et disparu par la sortie.
Soudain, un elfe noir débarqua en trombe dans la chambre l’air paniqué.
- Vite, il faut fuir, c’est la débâcle. Les skavens se sont enfuis comme des lâches. On ne peut pas rester là. Tirez-vous.
- C’est un ordre des généraux ? demanda Kzarzia.
- Non un simple conseil l’ami, tirez-vous, fit-il tout en ressortant de la pièce.
- Il faut que j’aille voir la situation, déclara Kzarzia.
- Non, ordonna Tamialine qui se relevait. Reste là et protège mon fils. Ils ont besoins de moi.
- Mais maîtresse, fit-il pour protester.
- Tu n’y changeras rien à la bataille. Je suis une sorcière suprême et je ferais tout pour assurer un avenir à mon fils. Restes-là, c’est un ordre.
***

Au dehors la situation était catastrophique. Les hommes-lézards et leurs alliés elfiques avaient lancés l’assaut ultime. Les druchiis ne résisteraient plus très longtemps. Leur défaite ne faisait désormais plus aucun doute. Nyraldice, Lyacarus et Helbaine se battaient dans une rage indescriptible. Ils savaient qu’ils étaient perdus et souhaitaient juste emporter le plus d’ennemis possibles dans la tombe. Tous leurs soldats suivaient leur exemple. C’est ce que Tamialine put voir à sa sortie de la chambre souterraine.
Elle se plaça difficilement au sommet des restes d’une maison afin d’avoir une vue dégagée du champ de bataille. Elle murmura les premières formules magiques. Le premier sort permis à Tamialine d’aspirer la force vitale des ennemis alentours et de lui en redonner un peu. Rasdamand le prêtre mage slann fut surpris par l’apparition d’une nouvelle force magique. Il n’avait pas prévu cela. Il la sentait puissante. Il allait donc devoir s’en occuper en personne. Tamialine invoqua un grand tourbillon noir qui aspira dans une dimension infernal plusieurs saurus et asurs. Cela créa un mouvement de panique et plusieurs d’entres-eux s’enfuirent.
Rasdamand concentra de l’énergie magique entre ses mains et propulsa la boule ainsi formée en direction de Tamialine pour l’abattre. Celle-ci dévia le sort qui vint s’abattre pas très loin de l’entrée de la chambre souterraine. La terre se mit alors à trembler. A l’intérieur de la chambre, Kzarzia senti l’onde de choc. Les murs de la salle vibrèrent et plusieurs fissures apparurent. Il y eu un nuage de poussières et plusieurs blocs de pierre s’écroulèrent. La chambre allait s’effondrer. Il lui fallait sortir de là avec le nouveau-né, ce qu’il fit sans perdre de temps.

A l’extérieur Tamialine hurla de douleur, elle était parcourut par les ondes de pouvoirs du slann. Cela la brulait de l’intérieur et faisait bouillir son sang. Dans un ultime effort elle réussit à dissiper le sort mais le slann avait un coup d’avance sur elle et une autre boule d’énergie la frappa. La sorcière suprême s’effondra sous les yeux de son fils et de Kzarzia. Le bébé se mit alors à pleurer. Il poussa un puissant hurlement qui fit trembler la terre. Son corps dégageait de puissantes ondes de magie pure.
D’un coup, dans le ciel le tissu de la réalité s’effrita et deux démons majeurs traversèrent la faille ainsi formée. Ils se jetèrent sur les saurus et en massacrèrent par dizaine. L’apparition des démons redonna espoirs aux elfes noirs qui redoublèrent d’ardeur au combat. Rasdamand commençait à s’énerver. A chaque fois qu’il tuait un mage ennemi, une nouvelle force magique faisait son apparition. De plus, la dernière était encore plus puissante. Elle avait été capable d’invoquer deux puissants démons majeurs. Quoi qu’il en soit, le slann savait que ce nouveau mage ne ferait pas le poids contre lui. Il se concentra quelques instants et relâcha sa puissance. La terre se mit une nouvelle fois à trembler. Les démons hurlèrent de douleur et sentirent les énergies qui les liaient dans ce monde se dissipées. Ils furent ainsi bannis et la faille qui ouvrait sur la dimension du chaos se referma.

Alors que tout semblait une nouvelle fois perdu pour les elfes noirs. Un cor retentit. Une nouvelle armée venait de faire son apparition. Les troupes du nouveau venu avancèrent derrière les lignes saurus et asurs. Rasdamand tourna son visage vers les derniers arrivants. Agacés, il se demanda s’il était maudit. Comment autant de chose avait pu lui échapper. Pourquoi n’avait-il pas put prévoir l’arrivée de renforts elfes noirs. Quelque chose lui échappait. Quelque chose brouillait sa concentration. Mais quoi ? Quoi qu’il en soit il devait réagir au plus vite. Le nouveau général ennemi ordonna déjà à son innombrable horde de corsaires de chargés. Le slann prépara un autre soleil violet de Xereus mais d’un coup son palanquin se mit à trembler et Rasdamand perdu la concentration de son sort. Que se passait-il encore ? Il comprit rapidement que cela ne pouvait être que le dernier sorcier druchii, celui qui avait invoqué les démons. Comment osait-il s’imaginer avoir la puissance d’attaquer le slann en personne ?
Tandis que les nouveaux corsaires percutaient les lignes arrières des saurus et des asurs, Rasdamand envoya plusieurs boules d’énergie en direction de la source de pouvoir ennemie. Mais un puissant bouclier protégeait ce mage. C’est là que le slann s’aperçut de l’identité du mage. Ce n’était qu’un simple nouveau-né. Comment un bébé pouvait-il avoir autant de pouvoir ? Puis, soudain, il se remémora une ancienne prophétie. S’il ne se trompait pas, il devait utiliser toute sa puissance. C’était l’occasion de réduire une terrible menace pour le monde et de rétablir un peu plus le grand dessein des anciens. Rasdamand sentit soudain que quelque chose clochait. Les énergies magiques qu’il était en train d’invoquer ne se comportaient pas de façon normale. Son palanquin se mit à vibrer de manière beaucoup plus forte et il finit par perdre le contrôle des énergies. Une faille s’ouvrit au dessus de lui et l’aspira dans le royaume du chaos.

Les elfes noirs crièrent victoire, la situation s’était totalement retournée. Le terrible prêtre mage slann venait d’être mis hors d’état de nuire et des renforts étaient arrivés. Les saurus étaient abasourdis, ils ne comprenaient pas ce qui venaient de se passer. Beaucoup d’entres-eux tombaient à l’arrière sous les coups des corsaires. Plusieurs unités de skinks et d’hauts-elfes paniqués quittaient le champ de bataille. Finalement après encore une heure de combat, les derniers résistants saurus furent abattus. Lyacarus, Nyraldice et Helbaine, épuisés et couverts de sang, purent enfin faire la rencontre du général corsaire qui les avait sauvés.
- Qui es-tu, seigneur ? demanda Nyraldice.
- Je suis le seigneur Balfatéus, grand squale des dagues pourpres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 16 Mai - 14:52

(Axe III)
La côte avait retrouvée sa tranquillité. Un silence de mort régnait maintenant. Les maisons fumaient encore des suites des incendies. Au sol, la vermine venait déjà se repaitre des cadavres. A peine une heure auparavant, avait surgit sans aucun bruit une horde de druchiis assoiffés de sang. Ils avaient bondit sur ce village côtier de Bretonnie et avaient massacrés la moitié des gardes du village avant même que l’alerte est été donnée. Ce qui avait suivit avait été un véritable carnage. Les bretonniens n’avaient rien pu faire. Complètement désorganisé par l’attaque surprise, ils s’étaient rués au combat sans ordre de bataille et avaient été sauvagement massacrés. Une véritable boucherie. Le cri de terreurs des, désormais, veuves et les pleurs de leurs enfants étaient ce qui avaient résonnés ensuite. Très rapidement, les druchiis avaient embarqués tous les survivants dans leurs reavers et avaient pris la direction de l’arche noire Ode à la Torture.

***

A bord de l’arche noire Ode à la torture :

- Désormais, c’est sûr, tu feras bientôt partie du triumvirat, déclara la sorcière Syllarea. Maintenant que nous avons le Calice des Supplices.

Shamgara fut pris d’un frisson d’excitation en entendant ces mots. Elle serait bientôt de retour à Naggaroth et apporterait le Calice au Cercle du Cygne Noir, ce qui ferait d’elle un triumvir. Elle sera donc bientôt à la tête d’une des plus puissante armée de Naggaroth.
Shamgara observait le Calice. Il était magnifique. Une coupe d’or sertie de sublimes pierres précieuses de tout type. Et surtout, une aura mystique se détachait de lui, comme une force mystérieuse qui lui chuchotait à l’oreille ces doux mots « Bois ma chère, abreuve toi de mon pouvoir ». L’artefact était puissant. Des ondes de magies brutes s’échappaient sans interruption et captaient l’attention des deux sorcières dans la pièce. Shamgara ne pouvait décoller son regard du calice, du moins, elle n’en avait pas envie. Soudain, quelqu’un frappa à la porte. Shamgara revint rapidement à la réalité et ordonna qu’on ouvre. Son serviteur apparu alors.

- Maîtresse, la sorcière suprême Vetsu Ignoma souhaite vous voir.
- Fais-la entrer et apporte moi ce que je t’ai demandé de préparer tout à l’heure.
Vetsu Ignoma fit alors son entrée dans la pièce tandis que le serviteur refermait la porte.
- Alors comment s’est déroulé ce dernier raid, Vetsu ? demanda Shamgara souriante.
- Aussi bien que tout les autres. Ces villageois n’ont pas fait plus de résistance que dans les autres villages. Seulement deux des notre ont périt.
- Bien, bien, déclara Shamgara satisfaite. Nous avons maintenant tout ce qu’il nous fallait. Assez d’or d’Akhetib pour Malékith, de quoi faire un beau cadeau à Morathi, des esclaves pour le temple de Khaine en contrepartie de leurs troupes qui m’ont bien servies, une bonne part de butin à se partager toutes les trois et surtout le Calice à remettre au Cercle. Nous pouvons ainsi retourner à Naggaroth.
- Quel bonheur d’avoir remplie efficacement cette mission, se réjouit Syllarea.
- Allons ma chère Vetsu. Ne restes pas debout, exigea Shamgara. Installes-toi sur une banquette, tu as fait du bon boulot. Il est temps de fêter notre victoire.
Soudain on frappa de nouveau à la porte.
- Entre Melekol, ordonna Shamgara tandis que le serviteur pénétrait dans la pièce. Pose-le là.
- Maîtresse, fit-il tandis qu’il installait une carafe remplie d’un épais liquide rougeâtre sur une petite table ronde. Le seigneur Eucalys demande une audience. Dois-je le faire entrer ?
- Non, fit-elle sèchement. Je n’ai pas envi de voir sa tête. Dis-lui que je suis occupé.
- Bien maîtresse.
Et le serviteur quitta la pièce en refermant derrière lui.
- Eucalys ? s’interrogea Syllarea. Qu’est-ce qu’il veut bien vouloir encore celui là ?
- Aucune idée, avoua Shamgara. Peut-être qu’il souhaite m’extorquer de quelques esclaves pour son commerce.
- Et ceci, est-ce bien ce à quoi je pense ? demanda Vetsu à Shamgara en désignant la carafe sur la table.
- Oui ma chère. Ceci est du sang de vierges. Voyez-vous, mes amies, afin de profiter au mieux du Calice, il faut y boire du sang de vierges, expliqua-t-elle tandis qu’elle versait le contenu de la carafe dans l’artefact. A toi l’honneur Syllarea, c’est toi qui as trouvé le Calice après tout.

La sorcière Syllarea s’empara du Calice un peu trop précipitamment qu’elle aurait voulu le laisser paraitre et trempa ses lèvres dans la divine boisson. Elle se retint de boire plus d’une gorgée. Shamgara lui fit alors signe de passer la coupe à Vetsu qui y but à son tour. Enfin, Shamgara pris à son tour l’artefact quand son amie le lui tendit.
Quand le liquide encore chaud coula dans sa gorge Shamgara ressentit, une vague de plaisir submergée tout son corps. Elle dut rapidement s’allonger car elle sentait ses jambes faiblirent. Le plaisir montait encore en elle. Elle se sentait toute puissante. Elle se voyait régner sur le monde. Elle ne sentait plus du tout la fatigue qui l’assaillait quelques minutes auparavant. Le plaisir grimpait encore, encore. Elle avait l’impression d’avoir fusionné avec le monde, de le voir et le comprendre dans sa totalité. Elle se prenait pour une déesse. Elle était capable de tout, personne ne pourrait l’arrêter. Elle n’avait jamais connu autant de bien-être, en tout cas elle n’en avait pas souvenir. C’était comme si elle était venu au monde, uniquement pour vivre ce moment. Mais elle n’en pouvait plus, c’était trop fort. Le temps commençait à lui paraitre interminable. Elle poussa un cri. Et ce plaisir qui grimpait toujours, cela devenait une vraie torture. Cela devenait insupportable.

Puis après environ une heure plus tard, elle se senti mieux et retrouva l’usage de son corps. Elle se releva et observa ses deux compagnes recouvrir elles aussi leur esprit.
- Pouah, fit Syllarea. C’était comment dire…atroce et merveilleux à la fois !
- Entièrement d’accord, confirma Vetsu.
Shamgara s’empara du Calice et demanda :
- Encore une gorgée ?
- Oui, répondirent les deux autres sorcières en chœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Scribe
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 19
Localisation : Pommé sur Terre
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 16 Mai - 16:03

oO bah dit donc t'en as pondu pas mal^^.
sinon j'aime bien ton style d'écriture( bah comme tout les autres en fait^^) et puis une histoir avec les EN c'est pas tout les jours que j'en voit Wink!
Bon allez la suite^^
Ce calice, moi je boirais pas dedans^^. Mais bon ,c'est de l'Elfe Noir biggrin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 16 Mai - 16:21

Cool un commentaire^^
Oui en effet, j’en ai pondu pas mal (il m’en reste encore sept en réserve).
La suite demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Jeu 17 Mai - 15:17

(Axe II)

Le calme retombait lentement sur le champ de bataille. Les cris de l’enfant de Nyraldice s’étaient peu à peu estompés. Kzarzia, caché derrière des débris, n’avait pas souvenir d’avoir eu si peur. Le slann les avait pris pour cible, lui et le bébé et avait déchainé des pouvoirs défiant l’imagination. Mais le plus incroyable, c’était que c’était le bébé lui-même qui les avait protégés. Kzarzia venait d’assister à un événement extraordinaire. Cet enfant n’était clairement pas anodin. Puis, quelque chose lui revint en mémoire. Il se précipita hors de sa cachette et accouru vers le corps immobile de Tamialine. Elle avait tout fait pour protéger son enfant. Venant d’une mère druchii, c’était très étonnant. Le corps était couvert de sang et de poussière et il… Impossible, se dit Kzarzia. Elle respirait encore. Elle n’était pas morte.
Kzarzia la remua légèrement et l’appela. Tamialine rouvrit lentement ses lourdes paupières.
- Votre fils est en vie maîtresse.
- Je sais, je le sens, lui répondit-elle difficilement. C’est son pouvoir qui me maintient en vie.
- Nom de Khaine ! Votre fils est vraiment extraordinaire. Il nous a tous sauvés.

***

- Qui es-tu, seigneur ? demanda Nyraldice.
- Je suis le seigneur Balfatéus, grand squale des dagues pourpres.
- Que faites-vous dans les environs ? interrogea Alralith Lyacarus.
- J’avais mené mon arche noire Fureur divine le long des côtes lustriennes afin d’attaquer les campements humains et m’approvisionner en esclaves quand j’ai reçu un message de la part du temple de Khaine m’ordonnant de partir vous donner un coup de mains pour détruire la fontaine de jouvence. Le temple savait, apparemment, que vous étiez en difficultés.
- Comment nous avez-vous trouvé ? questionna Araniak Helbaine.
- Mes harpies ont survolés la région et repérés le champ de bataille. Sinon, reprit le dynaste Balfatéus, mes corsaires ont fait une longue marche pour arriver ici à temps. Ils auraient bien besoin de repos. Je vais installer mon camp à côté du votre et nous parlerons plus tard de la suite des événements.
- Bien, veuillez nous suivre. Nos elfes ont aussi besoin de repos et il nous faut soigner les blessés.

***

Le champ de bataille était juché de milliers de cadavres. Les quatre généraux druchiis gagnèrent le camp où le grand squale ordonna à ses troupes de s’installer. Les elfes commençaient déjà à rassembler les cadavres et à incendier les tas ainsi formés. Les médecins druchiis s’attelaient déjà à soigner la longue liste des blessés. Nyraldice, une fois arrivé au camp, se précipita vers la salle souterraine et il eu l’horreur de voir que la moitié de la pièce s’était effondrée. Son épouse avait-elle survécu ? Il chercha autour de lui quand il aperçu Kzarzia. Nyraldice se précipita alors vers son serviteur.
- Où est ma femme ? Est-elle vivante ? interrogea-t-il frénétiquement.
- Oui monseigneur. Elle a survécu. Le bébé va bien. Nous sommes sortis de la chambre souterraine avant l’éboulement. Votre femme est sous la tente des médecins, elle s’est battue et a été gravement blessé.
- Quoi ! fit Nyraldice surpris. Comment ça, elle s’est battue ? Dans son état ? Je n’ai rien remarqué, j’étais pris dans le tumulte de la bataille.
- Elle a voulu protégé votre fils, monseigneur mais c’est finalement lui qui l’a protégé.
- Qu’est-ce-que tu racontes ? C’est impossible !
- Si, je vous jure messire. J’ai assisté à toute la scène. L’enfant est extraordinaire. Il a des pouvoirs. N’avez-vous pas aperçu les deux démons. Je crois que c’est lui qui les a invoqués. Je vous jure que c’est vrai ! Allez le demandez à votre épouse, elle confirmera cette histoire.
- Je m’en vais de ce pas.
- Attendez sire, il y a encore une chose que je dois vous dire, rajouta Kzarzia. Après avoir déposé dame Tamialine sous la tente des médecins. Je suis retourné à l’intérieur de la chambre souterraine, tout du moins ce qu’il en reste, afin de récupérer les plaques des anciens mais elles avaient toutes disparues.
- Elles sont surement sous les décombres, fit remarquer Nyraldice.
- Non, elles ont étés volées. J’ai retrouvé les cadavres de deux skavens sous les décombres. Je suis sûr qu’ils sont discrètement revenus pour voler les plaques.
- Dommage, mais nous n’allons pas courir après ses plaques.
- Pourtant, il le faut monseigneur.
- Et pourquoi donc ? interrogea Nyraldice curieux de savoir pourquoi Kzarzia insistait tant pour ces plaques.
- Pendant l’accouchement de Tamialine j’ai eu le temps de jeter un coup d’œil sur les plaques. Il s’agissait bien d’une prophétie et un terme est revenu à plusieurs reprises dans le texte : « le Cygne Noir ».
- Et alors ?
- Eh bien mon seigneur, lorsque votre fils est né, un cygne noir a fait son apparition dans la pièce. Je crois que les plaques des anciens parlaient de votre fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Ven 18 Mai - 15:03

Ce texte ci est un peu long. Je vais donc vous le mettre en deux parties. La suite demain!

(Axe III)
Har Ganeth :
- Seigneur Nyraldice.
- Qu’est ce qu’il y a ?
- Une sorcière suprême du nom de Shamgara désire s’entretenir avec vous et le seigneur Helbaine. Dois-je la faire entrer ?
- Bien sûr, répondit Nyraldice.
- Enfin ce n’est pas trop tôt, pesta le dynaste Helbaine.
- Lanethar, fit Nyraldice en direction d’un autre druchii, tu peux te retirer. Nous devons parler d’une affaire importante avec Shamgara.
La sorcière suprême à la chevelure de feu fit alors son entrée tandis que le seigneur Larias Lanethar la croisait sur le chemin de la sortie. Il lui jeta un rapide coup d’œil rempli de curiosité. Nyraldice attendit que son lieutenant se soit suffisamment éloigné de la pièce avant de prendre la parole.

- Bienvenue ma chère. Alors comment s’est déroulée la mission.
- Extrêmement bien seigneur Nyraldice. Comme vous pouvez le voir, j’ai ramené le Calice des Supplices.
- Pff, fit Araniak Helbaine presque déçu, je suppose que ça fait de toi membre du triumvirat.
- Eh bien oui, confirma Nyraldice. C’était l’accord que nous avions passé. Je tiens toujours mes promesses.
- Enfin, pas encore, reprit Helbaine. Tu seras triumvir lors de la cérémonie, pas avant.
- Je serais me montrer patiente, répondit Shamgara.
- Bien, ma chère, veux-tu bien posé le Calice sur cette table. Nous le rangerons plus tard. En attendant, veux-tu bien t’installer. Nous devons discuter de la suite des événements.

Les trois elfes s’installèrent chacun sur une chaise autour d’une imposante table de marbre blanc d’une longueur d’environ trois mètres. Shamgara observa rapidement les alentours. Nul doute que Nyraldice était fortuné. La pièce était richement décorée, des tapisseries ornaient le mur et des statues de Khaine à l’air menaçant, hautes de deux mètres, du même marbre blanc que la table, gardaient secrètement les quatre coins de la pièce. Shamgara fut pris d’un frisson de malaise.
- Bien pour commencer. Je dois en effet confirmer, comme l’a mentionné Araniak, que ta nomination en tant que triumvir ne sera effective qu’à partir de la cérémonie. Celle-ci aura lieu dans une semaine précisément. Comprends qu’il faut réunir tous les membres du cercle, afin que chacun te reconnaisse en tant que triumvir.
- Bien évidemment. Ce n’est que pure logique, concilia Shamgara.
- Ravie que tu te montres compréhensive.
- Bon maintenant que tu vas faire parti des notre, fit Helbaine impatient, tu vas nous révéler ce qu’il en est de l’anneau des Délectations.
- Selon mes informations, l’anneau se situe à Kar Argond.
- Quoi ? fit Helbaine surpris. Kar Argond ! Il été depuis si longtemps sous nos yeux et nous ne l’avons pas vu.
- Cela risque de poser un problème, déclara Nyraldice.
- Pourquoi cela ? interrogea Shamgara. Le Cercle manipule York depuis des années maintenant. On ne devrait pas avoir trop de mal à lui faire chercher l’anneau pour nous.
- Quoi, fit Araniak Helbaine moqueur. Elle qui prétend tout savoir et qui n’est même pas au courant.
- Au courant de quoi ?
- Le seigneur York est mort, répondit Nyraldice.
- Et qui gouverne la cité ? Peut-on le corrompre ? demanda Shamgara.
- J’ai bien peur que cela soit difficile. Le nouveau dirigeant est le dynaste Tolak Balfatéus. Il a pris la tête de la cité après avoir épousé la veuve de York et il a déjà commencé une purge dans ses troupes. Il élimine tous les anciens partisans de York qui auraient pu nous être utile.
- Balfatéus, pesta Shamgara. Maudits soit-il. Il ne se laissera pas acheté. Je connais assez bien la famille.
- Oui, confirma Helbaine. Toujours sur notre chemin ces Balfatéus.
- Remarque, cela ne change rien. Nous n’avons qu’à attaquer la cité et récupérer l’anneau des Délectations. Et on profite au passage pour éliminer cette raclure, proposa Shamgara.
- Nous ne pouvons pas attaquer comme ça la cité. Un conflit ouvert attirerait trop l’attention du roi-sorcier. Nous devons agir prudemment. De plus, continua Helbaine, nous ne pouvons pas tuer les Balfatéus pour le moment, le Cercle a quelque chose de prévu pour eux.
- Qu’est-ce-qui est prévu ? demanda Shamgara curieuse.
- Ce n’est pas le moment de parler de ça, l’interrompit Nyraldice. J’ai bien une idée pour justifier un conflit armée avec Kar Argond. Selon mes informateurs, la rumeur court que la sorcière rebelle Talahakan la grise serait elle aussi présente à Kar Argond et qu’elle ressusciterait l’ancien ordre de Wiisterbloock. Cela devrait être suffisant pour justifier un raid aux yeux du roi.
- L’ordre de Wiisterbloock ! fit Shamgara surprise. Comme c’est étrange d’entendre parler de cela après toutes ces années.
- Ce n’est pas le moment de te montrer nostalgique, pesta Araniak.
- Nostalgique ? Pour qui tu me prends ? Je voulais juste faire remarquer que si la rumeur est vraie, nous n’avons pas besoin d’envoyer une armée.
- Qu’est ce que tu proposes alors ? demanda Nyraldice.
- J’ai sous mes ordres, Vetsu Ignoma, ancienne membre de l’ordre. Contrairement à moi, Vetsu s’est toujours montré très discrète par rapport à son allégeance à Slaanesh. C’est impossible que Talahakan soit au courant de ça. Vetsu ira donc elle-même à Kar Argond afin de s’infiltrer dans l’ordre et aura ainsi tout le loisir de chercher l’anneau des Délectations.
- Est-elle fiable, interrogea Nyraldice.
- Absolument.
- Bien, maintenant que nous avons trouvé la solution, fit Helbaine en se relevant, je vais y aller car des affaires importantes m’attendent à Karond Kar. Ne t’inquiètes pas sorcière, je serais de retour pour la cérémonie. En attendant, envoie l’autre s’infiltrer parmi l’ordre de Wiis-machin-chose. Et sur ce, au revoir à vous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Sam 19 Mai - 14:17

Tandis qu’Araniak Helbaine sortait de la pièce d’un pas précipité, Shamgara la dévote senti le regard de Nyraldice pesait sur elle. Elle se senti gênée. Nyraldice avait une prestance et un charisme naturel qui irradiaient de lui. Il n’avait pas besoin de parler pour le démontrer, ses yeux le prouvaient en ce moment même. Elle se sentait petite par rapport à lui, voir même misérable. Elle senti qu’il fallait reprendre le contrôle de la situation. Elle était désormais son égal.
- Avons-nous encore un quelconque point à éclaircir ? demanda-t-elle.
- Ces informations, commença-t-il, celles qui te donnaient l’emplacement des deux artefacts. Comment les as-tu obtenues ? Maintenant que tu vas être triumvir, tu peux me le révéler.
- Je les tiens de votre assassin Sombrétoile.
- Oh, fit-il surpris. J’ai longtemps été à sa recherche, que lui est-il arrivé ?
- Je l’ai rencontré par hasard dans les désolations du chaos et je l’ai tué, répondit-elle.
Nyraldice resta songeur quelques secondes. Malgré le visage impassible qu’il arborait, la sorcière remarqua une légère lueur dans ses yeux et crut comprendre ce qu’il se passait.
- Je suis désolé seigneur Nyraldice. J’ignorais que vous teniez à lui.
Nyraldice parut surpris d’entendre ses mots et ne sut quoi dire sur le coup. Comment avait-elle si clairement réussi à lire en lui. Shamgara le rassura en affirmant qu’il était souvent dangereux de se confier entre druchii mais qu’il n’avait rien à craindre avec elle. Il finit par lui avoué :
- Tu sais Shamgara, j’ai eu beaucoup d’enfant. La plupart ne sont que de misérables bâtards que j’ai redistribués à mes subordonnées et au temple de Khaine pour m’en débarrasser. Quand à mes enfants légitimes, ils sont tous morts. Le dernier, c’est le temple de Khaine lui-même qui me l’a enlevé lors d’une nuit des supplices.
- Alors Sombrétoile était votre fils ! fit Shamgara surprise. Désolé, mais ses informations m’étaient trop précieuses pour que je le laisse s’en sortir. Si ça peut vous consoler, il vous a été fidele jusqu’à la fin.
- Tu n’as pas à être désolé. Tu as fais ce qui était le mieux pour toi. J’aurais agit comme toi à ta place. Je t’assure que tu n’as pas à être désolé.
- C’est juste que je sais ce que c’est de perdre un être cher. J’ai perdu ma mère à qui je tenais beaucoup.
- Ta mère ? fit Nyraldice incrédule. Je croyais que c’était toi qui avait trahis l’ordre de Wiisterbloock et révélé toute les informations qui ont conduites à la mort de ta mère.
- C’est exact. J’aimais ma mère mais ma haine de l’ordre était plus grande. Si ça peut vous être utile, Sombrétoile tenait un journal. Je n’en ai plus l’utilité, je pourrais vous le remettre.
- J’apprécie ce geste et je t’en suis très reconnaissant.
- Nous pouvons aussi boire une coupe dans le Calice des Supplices. Vous allez apprécier vous verrez, proposa Shamgara. Cela nous ferra du bien.
- Non, je m’y refuse. Je cherche peut-être à prendre le contrôle d’une armée de démons mais je reste fidele au seigneur à la main sanglante.
- Je pense qu’on ne peut utiliser la puissance de Slaanesh sans la comprendre et que l’on ne peut la comprendre sans l’expérimenter…
- Il est temps de mettre le Calice en lieu sûr maintenant, la coupa Nyraldice. Veux-tu voir les autres artefacts ?
- Avec plaisir, seigneur Nyraldice.

Nyraldice la mena alors à travers plusieurs couloirs majestueux éclairé à la lueur de bougies. Ils finirent leur périple devant une imposante porte de forme circulaire. Un immense cygne noir était gravé sur celle-ci. Nyraldice fouilla quelques secondes sous sa tunique et y ressorti une étrange clé qu’il enfonça dans une minuscule serrure. Elle était si petite que Shamgara ne l’avait pas aperçu au premier regard. Il y eu un bruit métallique et la porte se déverrouilla. Nyraldice la tira difficilement et fit signe à Shamgara d’entrer dans la pièce. Enfin, il l’a suivit et lui chuchota à l’oreille :
- Comme tu peux le voir ma chère Shamgara, il ne nous manque plus que l’Anneau des Délectations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Sam 19 Mai - 20:00

quel motivation ... blink

ah que bravo, la suite !!!! clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Scribe
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 19
Localisation : Pommé sur Terre
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 20 Mai - 12:57

C'est des jolies textes tout cela! Mais peut-être qu'il faudrait que tu postes un peu moins rapidement pour bien avoir le temps de lire, 1 texte tout les 3 jours serait bien! Sinon n'étant pas un fan des EN ton texte est bien prenant mais je n'ai pas le temps de tout lire :S!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 20 Mai - 13:55

Ok je prends ta remarque en compte et je vais ralentir la cadence. Pour l'instant je vais partir sur un texte tout les deux jours et après je verrais si je ralentis encore.
Donc, la suite demain !
Sinon, ravi de t'interresser malgré le fait que tu ne sois pas fan deces nobles et courageux druchiis^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Lun 21 Mai - 13:33

(Axe II)

Après une semaine à être resté sur place afin de jouir d’un repos mérité et de soigner les blessé, l’armée druchii se remit en marche. Nyraldice, Lyacarus et Helbaine avaient retrouvés l’espoir de remplir la mission. Grâce à l’aide du grand squale des dagues pourpres, plus rien ne pourrait s’opposer à eux désormais. La rumeur des pouvoirs de l’enfant Nyraldice s’était propagé dans toute l’armée et déjà on s’expliquait son existence par plusieurs théories plus farfelues les unes que les autres. Le seigneur Balfatéus s’était montré lui aussi intéressé par ce phénomène. Il avait tenté plusieurs fois d’examiner l’enfant mais Tamialine veillait jalousement sur son fils et refusait de le confier à quelqu’un. Le grand squale des dagues pourpres avaient tenté par la suite de questionner Nyraldice qui lui avait alors parlé des plaques volées par les skavens.

Deux éclaireurs firent leur apparition et s’approchèrent des généraux.
- Maîtres nous avons repérer l’armée skaven. Elle est actuellement en pleine bataille contre une troupe d’impériaux.
- Skaven ? demanda le seigneur Balfatéus surpris. Qu’est-ce-que c’est que cela ?
- Des sortes d’hommes-rats, précisa Helbaine. Qu’ils aillent pourrir en enfer. Continuons notre route.
- Attends Helbaine, le-coupa Nyraldice. Ils ont les plaques. Je veux les récupérer.
- Je me fous des plaques des anciens, s’emporta Helbaine. J’ai une mission à accomplir.
- Elles désignent mon fils selon Kzarzia. Je dois savoir ce qu’elles disent exactement.
- Je viens avec vous, déclara Balfatéus. Seigneur Helbaine, seigneur Lyacarus, si vous ne voulez pas vous retrouvez en position vulnérable, je vous conseille de nous suivre.
- Bien, puisque nous n’avons pas le choix, concilia Helbaine.
L’armée des quatre généraux dévia donc de sa route pour aller retrouver les skavens. Pendant leur route, Nyraldice s’isola avec le seigneur Balfatéus.
- Qu’avez-vous à y gagner ? interrogea Nyraldice méfiant.
- Je dois avouer que je suis aussi curieux que vous de savoir ce qu’est votre fils. Je suis sûr qu’il sera promis à un avenir brillant. Et puis toutes plaques des anciens est un trésor inestimable. De plus mes hommes ont soifs de sang et un combat en plus ne leur fera pas de mal.
- Avez-vous des enfants seigneur Balfatéus, interrogea Nyraldice curieux.
- Oui, j’ai un fils qui n’a que dix ans. Il se nomme Keith. Il fait déjà la fierté de son père. Il prend un malin plaisir à torturer les esclaves. Si vous voyez l’imagination qu’il peut déployer à accomplir au mieux sa tâche, c’est du grand art !

***

- Fuyez-fuyez !

L’armée skaven n’eu pas de mal à comprendre cet ordre. La vermine décampait dans le désordre le plus total sous les tirs des arquebuses impériales. Une unité de chevaliers poursuivait les rats en en écrasant plein au passage. Les skavens empruntaient dans leur fuite un couloir formé par la végétation et qui débouchait une centaine de mètres plus loin sur une clairière. Les chevaliers impériaux s’engouffrèrent à leur tour dans le couloir quand soudain surgit sur le côté une hydre de guerre. Les têtes de l’hydre arrachèrent déjà deux cavaliers de leur destrier. Plus loin, des corsaires chargèrent l’arrière des lignes impériales. Les arquebusiers surpris n’eurent pas le temps de lâcher une slave de leur arme. Ils furent rapidement engluer au corps-à-corps. Déjà, beaucoup d’impériaux tombaient sous les lames druchiis.
Pendant ce temps là les skavens continuaient leur fuite et atteignirent la clairière quand ils furent surpris de voir des troupes druchiis les attendre. Les skavens voulurent faire demi-tour mais remarquèrent qu’ils venaient de se faire encercler par les elfes noirs. Nyraldice observa les skavens apeurés qui cherchaient désespérément une issue quand il en reconnu un.
- Eh toi, interpella-t-il. Je me souviens de toi. Tu es le messager qui nous a proposé l’alliance. Dis nous où est ton chef.
- C’est moi-moi. Ratnubal pour servir vous, couik-couik !
- Tu ne peux pas être le chef, tu étais un simple messager, fit remarquer Lyacarus.
- Si moi chef, couik-couik. Prophète gris Scollik tué par chose crapaud, couik-couik. Son second Snik tué par saurus, Kurkitch piétiné dans fuite, couik-couik, Rattoul tué par et Gornil, Gornil tué par moi, couik-couik. Moi, enfin chef et mon nom Ratnubal enfin important, couik-couik.
- Et bien Ratnubal, repris Nyraldice, tes guerriers ont emportés des plaques qui m’appartiennent. Si tu ne veux pas mourir, je te conseille de nous les rendre tout de suite.
- Ah oui les choses-plaques des anciens, couik-couik. Moi me souvenir. Pas les avoir.
- Alors où sont-elles ?
- Sdord tué par Magoul, Magoul tué par Kudd, Kudd tué par Gritsilou, couik-couik. Gritsilou, pas vouloir obéir Ratnubal mais peur-peur d’affronter moi, couik-couik. Gritsilou parti avec moitié clan Scorbat et choses-plaques détruire chose-fontaine pour prouver lui meilleur chef que Ratnubal, couik-couik.
- C’est normal que je ne comprenne rien à ce charabia ? demanda Helbaine.
- Moi, Ratnubal-nubal, reprit le skaven, mener vous tué Gritsilou comme ça, couik-couik, moi rester en vie-vie et détruire chose-fontaine et vous récupérer chose-plaques, couik-couik.
- Comment sait-on que tu n’essayeras pas de nous doubler et de nous voler ? demanda Helbaine.
- Moi, pas savoir lire, couik-couik, affirma Ratnubal. Pas intéressé par choses-plaques.

Le seigneur Lokarth Balfatéus arriva à son tour dans la clairière suivit par plusieurs de ses corsaires.
- Les humains sont tous morts, fit-il. Où ça en est avec les plaques ?
- Ils ne les ont pas, répondit Nyraldice. Mais ils vont nous guider vers les plaques et vers la fontaine de jouvence par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Scribe
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 19
Localisation : Pommé sur Terre
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Lun 21 Mai - 19:35

^^ ok sinon j'aime bien ton texte continus ainsi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 23 Mai - 13:49

(Axe III)
Naggarond :

Les druchiis s’agitaient sur la place, jonchée de monde, du marché aux esclaves. Plusieurs marchands faisaient entendre de leur voix pour attirer un client potentiel. Au milieu de toute cette cohue, un elfe tentait de se frayer un chemin vers l’une des étals. Il était habillé d’une lourde cape de laine noire et une capuche recouvrait sa tête. Le marchand le reconnu aussitôt et observa rapidement les alentours pour voir s’il n’était pas surveiller.

- Bien le bonjour mon cher maître.
- Alors qu’as-tu découvert, lui demanda Kilath tout en lui lançant une bourse de rubis.
- La mission consistait à un simple raid sur une cité néhékarienne du nom d’Akhetib, répondit Eucalys.
- Tiens donc, et c’est tout ce que tu as à m’apprendre.
- Bien sûr que non, rappelez-vous. Je suis votre humble serviteur. J’ai mené ma petite enquête. Il semblerait qu’il y avait un objectif caché.
- Et qu’en est-il ?
- Ils étaient à la recherche d’un puissant artefact qu’ils nommaient le Calice des Supplices.
- Le Calices des Supplices ? s’étonna Kilath. Pourquoi ce nom m’est familier ?
- Que puis-je faire pour vous messire ? demanda Eucalys en voyant s’approcher un autre elfe richement habillé.
- Je cherche de la main-d’œuvre robuste. Qu’avez-vous à me proposer ? questionna l’elfe.
- Si vous regardez par ici, répondit Eucalys tout en montrant les cages entassées un peu plus loin derrière lui. Je peux vous proposer des orques fraichement récoltés dans les terres arides. C’est une main-d’œuvre des plus robustes et cela fera surement votre bonheur. Il vous faut seulement éviter de les entasser tous au même endroit quand ils sont au repos car ils auront une fâcheuse tendance à se taper dessus.
- Pas de problème pour cela, ils ne seront jamais au repos. Je vous en prends deux douzaines. Cela sera-t-il suffisant, demanda le client en tendant une énorme bourse d’or.
- Oui absolument, répondit Eucalys avec un large sourire avide. Ravi de faire affaire avec vous.
- Bien, mes hommes viendront chercher la marchandise un peu plus tard dans la journée, déclara le client tout en quittant l’étal.
Eucalys attendit que son client s’éloigne tout en comptant voracement la généreuse somme qu’on lui avait laissée. Une fois fini, il reporta son attention sur Kilath qui, visiblement, commençait à s’impatienter.
- Je ne sais pas pourquoi ce nom vous est familier mon maître, mais j’espère bien trouver rapidement l’utilité de ce Calice. En attendant, je crois que c’est très important car à ce qu’il se dit, la sorcière suprême Shamgara va monter à la tête du Cercle du Cygne Noir en récompense de se victoire. La cérémonie est censée se dérouler dans trois jours. L’objet avait sans aucun doute beaucoup de valeur car…
- Ça y est, je me souviens, l’interrompit-il. C’est ces maraudeurs que j’ai massacré dans les désolations du chaos. Ils ont parlé du Calice. Ils connaissaient son existence et doivent donc surement connaitre son utilité. D’ailleurs j’y repense ; ce sont les maraudeurs à qui j’ai volé les bourses de rubis.
- Vraiment ! s’étonna Eucalys. Comme le monde est petit. En attendant, vous serez surement ravi d’apprendre que Syldarath l’impétueux tente de convaincre Shamgara de me nommer porteur officiel de la grande bannière du Cercle du Cygne Noir.
- Ah oui, comme c’est intéressant. La grande bannière suivra le gros de l’armée et sera donc au cœur des enjeux. Qu’est-ce-qui motive Syldarath ? demanda Kilath.
- Que puis-je faire pour votre service ? questionna Eucalys à l’approche d’un nouveau client potentiel.
- Je vois que vous avez des esclaves elfes de sexes féminins. Mon seigneur en recherche des jeunes.
- Je crois que j’ai ce qu’il vous faut. J’en ai environ une douzaine qui doivent avoir entre 100 et 150 ans. Elles sauront surement contenter votre seigneur.
- J’ai bien peur que cela ne soit pas suffisant, reprit le client. Voyez-vous mon seigneur a des goûts très particuliers en matière d’esclaves et il recherche vraiment de très jeunes esclaves, détailla-t-il en insistant bien sur le « très ».
- Pff, pesta intérieurement Kilath en écoutant la conversation. Son seigneur doit être surement un taré de slaaneshi.
- Désolé, cher client. Mais revenez la semaine prochaine. J’aurais bientôt un arrivage provenant d’Ulthuan. Il y aura surement de quoi satisfaire les moindres désirs de votre seigneur.
- Et qu’en est-il de jeunes elfes provenant d’Athel Loren ? demanda l’elfe. Mon seigneur les aime quelque peu « sauvages » !
- Pour la Loren, je vais voir ce que je peux faire mais je ne vous promets rien. Mais je peux déjà vous assurer que la marchandise sera bien plus chère. En effet, il faut s’aventurer plus loin dans les terres pour des elfes de Loren ; il y a donc plus de risques à prendre, expliqua Eucalys.
- Merci bien. Je vous reverrais donc la semaine prochaine, fit le client en s’éloignant.
- Syldarath l’impétueux recherche la même chose que vous, reprit Eucalys à l’intention de Kilath. Apparemment, il commence à se méfier du cercle. Je crois qu’il a découvert quelque chose mais il refuse de me dire quoi. En tout cas, il veut que je garde un œil sur toutes les activités du Cercle. Le plus comique dans tout ça, c’est qu’il me paye lui aussi avec des bourses de rubis pour jouer les espions.
- Bien. Tu lui diras tout ce qu’il veut savoir. Pour le moment, il est loin d’être la plus grosse menace. En attendant, je crois que nous tenons une piste. Il faut en savoir plus sur le Calice des Supplices pour connaitre les plans du Cercle. Enquête de ton côté, moi je retourne dans les désolations du chaos à la recherche de la tribu auquel appartenait les maraudeurs que j’ai massacré. Je me souviens encore de leur étendard. Quand j’en aurais fini, je crois que j’irais faire un tour à Kar Argond. Je ne te contacterais plus avant un long moment.
- Vous allez à Kar Argond ! se réjouit Eucalys. Pouvez-vous proposer au seigneur Tolak Balfatéus de me servir de fournisseur ?
- Me prends-tu pour ton serviteur ou ton messager ? s’énerva Kilath. Débrouilles-toi pour tes affaires… Au fait, puisque je suis là, je vais te prendre une demi-douzaine d’esclave pour nourrir mon dragon. La route va être longue, je n’ai pas le temps de l’emmener chasser.


Dernière édition par Darris le Ven 1 Fév - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Scribe
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 19
Localisation : Pommé sur Terre
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 23 Mai - 17:23

Hi hi alors c'est comme cela les affaires chez les EN bon bah que dire à part en redemander! Je lis ton récit attentivement^^. Même si les EN ne sont pas ma race préférée, au contraire! Mais cela me captive^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 23 Mai - 22:36

Si ce n'est pas ta race préférée mais que ça t'interesse quand même c'est que quelque part, j'ai réussi à faire quelque chose de pas mal! C'est plutôt encourageant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Ven 25 Mai - 22:48

(Oups j'ai failli oublier !) Voilà la suite, encore un texte que je vais découper en deux. Bonne lecture.


(Axe II)

Les cavaliers noirs arrivèrent pour faire leur rapport devant les généraux.
- Messeigneurs, le skaven ne nous a pas trompés. La fontaine de jouvence est juste là à environ cinq cents mètres. L’armée de Gritsilou s’y est déjà déployer. Ils ont construit une machine géante au bord du lac.
- Une machine ? fit Lyacarus. Pourquoi faire.
- Couik-couik, répondit Ratnubal. Gritsilou être technomage. Machine servir à injecter directement dans eaux de chose-fontaine poison agrémenté de malepierre. Eaux être polluées à tout jamais et chose-fontaine détruite, couik-couik.
- Bien ! Donc si la machine détruit la fontaine, remarqua Helbaine, autant la laisser faire.
- Non-non, couik-couik. Pas laisser faire. Devoir détruire machine de Gritsilou pour permettre à Ratnubal de construire lui machine, couik-couik. Ainsi, être moi qui détruire chose-fontaine et moi gagner, couik-couik.
D’un seul coup, l’un des cavaliers noirs s’effondrât de son cheval. A peine les généraux eurent le temps de comprendre la situation qu’une pluie de flèches vint s’abattre sur les druchiis et leurs alliés skavens. Plusieurs dizaines d’elfes tombaient déjà.
- Une attaque, en position de combat, hurla Lyacarus tout en s’apercevant que Ratnubal avait déjà disparu.
-
Lokarth Balfatéus partit avec trois de ses unités en direction de l’attaque. Il n’arrivait pas à percevoir qui étaient les ennemis. Tandis qu’ils s’aventuraient dans la jungle, les flèches continuaient de s’abattre sur ses régiments. Heureusement la lourde cape en peau de dragons des mers offraient une protection efficace aux corsaires. Puis, un peu plus loin, le grand squale des dagues pourpres aperçus enfin ses ennemis.
Pendant ce temps, les arbres se mirent à bouger et à attaquer le reste de l’armée druchii. Les branches venaient s’abattre sur des corsaires, les racines en piétinaient d’autres et en ligotèrent.
- Qu’est-ce qu’il se passe ? hurla Nyraldice.
- C’est de la magie asraï, répondit Tamialine. Je vais m’en occuper.

La sorcière suprême tenta de dissiper le sort qui animait les arbres mais le tisseur de charmes ennemis était trop puissant. Elle changea donc de tactique ; elle psalmodia une formule et les arbres s’embrassèrent.
Les corsaires de Balfatéus avaient réussi à atteindre les elfes sylvains au corps-à-corps. Les druchiis avaient l’avantage numérique mais devaient affronter de puissant garde sylvains et de terribles danseurs de guerre. Le combat était sanglant, Lokarth évita la lance d’un elfe sylvain et en tua deux. Les corsaires gagnaient du terrain mais lentement des dryades les assaillirent. Le seigneur Balfatéus continuait à taper dans le tas quand quelque chose s’agrippât à son pied et remonta le long de sa jambe afin de l’immobiliser. Une dryade s’approchât près à lui arracher la tête quand, d’un coup, sa main fut découper. Nyraldice venait d’arriver en renfort avec ses propres troupes. Ses furies se jetèrent avec plaisir dans le corps-à-corps et leur violence impressionnèrent les elfes-sylvains. Un peu plus en retrait, Alralith Lyacarus repéra le tisseur de charmes ennemis et dégaina son arbalète à répétition. Le tir fit mouche et faucha le mage asraï. Soudain, les elfes sylvains reculèrent.
- Ils battent en retraite, hurla Lyacarus.
- On les poursuit ? interrogea le grand squale des dagues pourpres.
- Non, allons récupérer les plaques, lui répondit Nyraldice.
- Où sont les skavens de Ratnubal ? questionna Lokarth qui venait de s’apercevoir de leur disparition.
- Ils ont décampés au début des combats, répondit Lyacarus.

***

- Vite-vite, détruire machine avant qu’elle siffler, couik-couik, hurla Ratnubal à ses guerriers. Si elle siffler, cela vouloir dire que chose-fontaine détruite et Gritsilou avoir gagné, couik-couik. Attaquer ! Attaquer-les !

Les guerriers skavens du clan Scorbat se battaient les uns contre les autres dans une cohue indescriptible. Des coups de griffes, de dents et parfois de poignards volaient dans tous les sens. On ne pouvait pas distinguer qui était en train de l’emporter. Les guerriers aussi puisque certains se battaient contre les mauvais skavens. Bref, c’était un véritable massacre. Après avoir été attaqué par trois de ses guerriers qui se trompaient de cible, Ratnubal paniqua et s’enfuit. La plupart de ses guerriers le suivirent alors. Les autres qui restèrent furent massacrer ou se rallièrent à Gritsilou. Ce dernier pensa sa victoire acquise mais il se trompait.

Les druchiis arrivèrent sur les rives de la Fontaine de Jouvence et ils la virent : un immense lac où s’élevait, au centre, une montagne d’environ cent mètres de haut. A son sommet, s’écoulaient de petits torrents qui se déversaient dans le lac. Les druchiis virent aussi la machine skaven sur le bord du lac. Elle était constituée de trois gros compartiments biscornus et empilés les uns sur les autres. Différents tuyaux reliaient les compartiments. Elle faisait un bruit assourdissant et vibrait dans tous les sens. Au sommet de la machine, une canalisation déversait dans le lac une étrange eau aux reflets verdâtres.
- Chargez, ordonna en chœur les généraux druchiis.
- Il ne faut pas qu’ils nous échappent, rajouta Nyraldice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 27 Mai - 14:06

(Suite de la bataille de la fontaine de Jouvence)

Les druchiis chargèrent alors en piétinant de nombreux cadavres d’elfes sylvains et de skavens. Visiblement la vermine avait eu affaire aux asraïs. Ces derniers avaient dû tenter de s’emparer d’un peu d’eau de la fontaine avant que les skavens la détruisent entièrement. Les cris de guerres poussés par les druchiis attirèrent ainsi l’attention de Gritsilou. Décidemment, détruire la chose-fontaine était bien plus ardue qu’il ne se l’était imaginé. Après les choses-elfes des bois et les guerriers de Ratnubal, c’était d’autres chose-elfes qui venaient le déranger. Il ordonna à ses lignes de se remettre en position pour contrer la charge. Plusieurs de ses skavens s’enfuirent à la vue des druchiis.
Les elfes atteignirent les lignes skavens. Les lames sifflèrent dans tous les sens, des membres virevoltèrent, des effrayants cris de douleurs furent poussés. Nyraldice s’enfonçait dans les rangs, il cherchait à repérer les plaques des anciens quand soudain le technomage Gritsilou apparu devant lui. Plus à l’arrière, les arbalétriers et Tamialine soutenaient les druchiis en prenant pour cible les rats des lignes arrière. La sorcière suprême elfe noir fit apparaître un gouffre au niveau d’une unité de vermines de choc qui en emportèrent une bonne moitié. Puis soudain plusieurs druchiis furent pris de douleurs fulgurantes. Des énormes pustules noires firent leur apparition partout sur leur corps. Beaucoup d’entres-eux succombèrent dans d’atroces souffrances. Visiblement, Gritsilou n’était pas le seul mage des skavens. En effet, au milieu des troupes un prêtre de la peste grassouillet était à l’origine de cette peste.
Nyraldice était maintenant en train de combattre en duel le technomage et dominait largement le combat. Le skaven courait dans tous les sens pour éviter les assauts du général elfe. Il tentait à plusieurs occasions d’utiliser son arme de tir, une sorte de révolver à malepierre. Nyraldice était cependant, bien trop rapide et ne lui laissa pas le temps de viser ; ainsi le seul tir qui atteignit une cible abattît un skaven.
Sachant très bien qu’il ne parviendrait pas à prendre le dessus au corps-à-corps, Gritsilou changea de tactique et décida de tenter la magie. Il récita une incantation et le sol s’ouvrit devant lui et ce, sur une quinzaine de mètres emportant des dizaines de guerriers des deux camps. Nyraldice se jeta sur le côté pour échapper au gouffre. Au moment de se jeter de nouveau sur le technomage celui-ci disparu dans un éclair vert. Il venait de se téléporter à une dizaine de mètres plus au fond de ses lignes.
Pendant ce moment, la peste magique se répandait dans la cohue de la bataille et touchait désormais les elfes comme les skavens s’en faire aucune distinction. Plusieurs corsaires se jetèrent sur le prêtre de la peste mais celui-ci se révéla être un bon combattant et les tua. Tamialine tenta de le mettre hors-jeu mais celui-ci dissipa son sort. Les arbalétriers où se cachait la sorcière furent bientôt pris d’assaut par plusieurs guerriers skavens et Tamialine dut reporter son attention sur eux.
C’est à ce moment que Ratnubal et ses guerriers refirent une apparition. Le chef skaven avait réussi à rallier ses partisans et les avaient convaincus que cette fois ils gagneraient grâce à l’aide des choses-elfes. Les guerriers de Ratnubal chargèrent donc de flanc ceux de Gritsilou et vinrent se mélanger à la mêlée. Suite à ce nouvel assaut, de plus en plus de guerriers de Gritsilou prirent la fuite. Mais il lui en restait encore beaucoup.
Les arbalétriers de Tamialine massacrèrent leur assaillants skavens. Tamialine reporta son attention sur le prêtre de la peste. Elle concentra son énergie et libéra toute sa puissance pour l’abattre d’un coup. Le prêtre explosa et la détonation emporta une quinzaine de skavens par la même occasion. Juste après, un sifflement strident retentit sur le champ de bataille. Tous se bouchèrent les oreilles. La machine skaven venait d’accomplir son œuvre.
- Mouhahahahah ! s’esclaffa Gritsilou. La chose-fontaine est détruite-truite. A moi la victoire-toire !
- Vengeance !!! hurla Ratnubal en le chargeant.

Les deux chefs skavens se lancèrent alors dans le duel le plus décisif de la bataille. Là où deux bretonniens s’affrontant respectaient un certain code de l’honneur, le duel des skavens était l’étalage des coups les plus bas possibles. Ça mordait, ça crachait, ça griffait, ça jetait du sable dans les yeux… De plus, les deux skavens étaient loin d’être des excellents bretteurs, on aurait plus dit un combat d’enfants. Quoi qu’il en soit, Ratnubal dominait quand même ce risible duel. Gritsilou tenta d’utiliser la même stratégie que contre Nyraldice : à savoir, se téléporter pour fuir mais Tamialine dissipa son sort. Le skaven comprit alors qu’il n’avait plus aucune chance de fuir. Quand un coup d’épée lui fit perdre son ultime arme, il s’agenouilla devant son adversaire.
- Pitié-pitié, implora-t-il. J’me rends, ne me tue pas-pas !
- Pourquoi moi devoir te laisser en vie, couik-couik ? interrogea Ratnubal sur un ton victorieux.
- On dira-ra au conseil des treize que c’est toi-toi qui a détruite-truite la chose-fontaine.
- Mouhihihihi, s’esclaffa Ratnubal. Moi être le plus fort, couik-couik !
Gritsilou et son nouveau maître ordonnèrent donc à tous les skavens de baisser les armes. Après avoir remercié les druchiis de leur aide, Ratnubal leur remit comme promis les plaques des anciens que Gritsilou avait volées. Puis les armées se séparèrent. Le pouvoir de la Fontaine de Jouvence n’était plus, ils avaient tous rempli leur objectif et pouvaient maintenant rentrés chez eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mar 29 Mai - 18:53

(Axe III)

Tous les membres du Cercle du Cygne Noir étaient réunis au complet. Il ne manquait personne. Ils avaient fait le voyage jusqu’à la demeure de Nyraldice à Har Ganeth des quatre coins de Naggaroth. C’était un événement important qui se déroulait aujourd’hui. Ils allaient avoir un nouveau triumvir, enfin, plutôt une nouvelle ! Nyraldice les avaient installés dans sa plus grande salle de réception. Shamgara, lui et Helbaine s’était positionné sur une estrade devant un autel où une magnifique statue de cygne noir aux ailes déployées trônait.
- Vous êtes tous réunit aujourd’hui, commença Nyraldice, afin d’accueillir et de reconnaître notre chère sœur Shamgara Wiisterbloock, dit la dévote, en tant que membre du triumvirat.
- Shamgara Wiisterbloock, poursuivit Araniak Helbaine, acceptez vous de rejoindre le triumvirat et d’agir uniquement dans les intérêts du Cygne Noir ?
- A partir d’aujourd’hui, répondit l’intéressée au s’agenouillant devant la statue du cygne, je fais serment d’allégeance à la cause du Cygne Noir et je promets sur mon honneur, que je n’agirais plus que dans les seuls intérêts du Cygne Noir et ce, jusqu’à ma mort.
Nyraldice saisit alors une coupe de bronze sur l’autel et la tendit à Shamgara.
- Ceci est le sang du Cygne. Par cette coupe, la puissance du Cygne coulera dans tes veines et ainsi légitimera ton autorité. Bois-la.
Shamgara ne se fit pas prier et avale le liquide qui était en fait du vin d’une traite. Helbaine plongea ses doigts dans un autre récipient contenant du sang, puis traça les runes druchiis qui désignaient « Cygne Noir » sur le front de la sorcière.
- Par ceci, je fais de toi le phare et le guide du Cygne. Je fais de toi son lieutenant, son protecteur et son serviteur. Je fais de toi la bouche par laquelle s’exclamera notre maître. Sens-tu maintenant la présence du Cygne Noir qui irradie en toi ?
- Oui, je la sens, affirma Shamgara.
- Alors nous, reprirent en chœur Nyraldice et Helbaine, membres du triumvirat nous acceptons et reconnaissons Shamgara Wiisterbloock comme l’une des notre. Nous lui offrons l’épée dont elle devra bénéficier pour détruire les ennemis du Cygne Noir, nous lui offrons le bouclier dont elle aura besoin pour protéger le Cygne Noir. Nous proclamons que tous membres qui désobéira ou tentera de blesser Shamgara Wiisterbloock sera sévèrement châtier du monde des vivants. Maintenant, agenouillez vous devant votre nouvelle maîtresse et prononcez votre serment d’allégeance.
- Nous, fit la centaine de membres qui composaient le Cercle du Cygne Noir tout en s’agenouillant, membres du cercle extérieur et intérieur nous acceptons et reconnaissons Shamgara Wiisterbloock comme membre du triumvirat. Nous lui offrons l’épée dont elle devra bénéficier pour détruire les ennemis du Cygne Noir, nous lui offrons le bouclier dont elle aura besoin pour protéger le Cygne Noir. Nous proclamons que tous membres qui désobéira ou tentera de blesser Shamgara Wiisterbloock sera sévèrement châtier du monde des vivants.
- Bien, te voilà maintenant triumvir, murmura Nyraldice à l’oreille de la sorcière.

***

- Toutes mes félicitations ma chère, lâcha l’elfe en fournissant visiblement un difficile effort.
Après la cérémonie, Shamgara avait dû se mêler à la foule afin de recevoir les louanges des membres. C’était une tâche peu intéressante et accablante mais non en moins nécessaire.
- Mets-y un peu plus de conviction Luane, plaisanta Shamgara.
- Je n’arrive toujours pas à comprendre comment ils ont pu te choisir toi comme triumvir.
- Et bien cher Luane, j’ai parfois de bons arguments.
- Ma chère, dit Syldarath, en as-tu parlé aux deux autres ?
- Non pas encore, je vais y aller tout de suite. Ils ont prévus une petite réunion. Et de toute façon, je suis lasse des mondanités et je chercherais n’importe quelle excuse pour sortir d’ici. Je dois cependant t’avouer que l’idée ne me séduit pas vraiment.
- Allez ma chérie, tu peux bien faire ceci pour moi. Après tout, c’est un peu grâce à moi que tu es maintenant triumvir.
- Je ferrais ça pour toi, Syldarath mais ma promotion, je ne l’a dois qu’à moi !

Shamgara aperçu Nyraldice qui lui faisait signe d’approcher devant la porte de sortie. A ses côtés se tenait Araniak Helbaine toujours l’air aussi impatient. Shamgara s’excusa au près des seigneurs Luane et Syldarath et se dirigea vers les deux autres triumvirs. Une fois arrivée à leur niveau, Nespotane Nyraldice attira l’attention de tous et déclara :
- Bien, maintenant, nous membres du triumvirat allons devoir vous laisser car nous avons plusieurs affaires à accomplir afin de finaliser la nomination de Shamgara.
Les trois triumvirs sortirent alors de la pièce et empruntèrent un long couloir. Shamgara ignorait ce qui allait se poursuivre. Les elfes grimpèrent deux étages et se retrouvèrent finalement dans le bureau de Nyraldice, là où Shamgara avait été accueilli une semaine plus tôt. Nyraldice fit signe à la sorcière de s’installer à la grande table de marbre blanc. Les deux autres s’assirent à leur tour.
- N’est-il pas encore arrivé ? questionna Helbaine.
- Tu vois bien que non Araniak, répondit Nyraldice.
- Qui doit arriver ? Le Cygne Noir ? demanda la sorcière à la chevelure de feu.
- Non, pas le Cygne Noir, et Nyraldice n’en dit pas plus.
- Bien, reprit Shamgara afin de briser le silence qui venait de s’installer, en attendant que cette personne arrive je voudrais vous parler de la grande bannière du Cercle. Syldarath l’impétueux insiste pour que nous nommions Zacori Eucalys en tant que tel.
- Eucalys comme grande bannière ! réfléchit Helbaine. On peut trouver mieux.
- Je suis pour, affirma Nyraldice. Visiblement l’impétueux souhaite en savoir plus que ce qu’il a appris à Karagath. Accordons lui de placer un de ses espions parmi nous, ça n’a pas d’importance. Nous choisirons ainsi ce qu’il apprendra. Tant qu’il croit avoir une once de contrôle, l’impétueux se maintiendra tranquille.
- Vu comme ça, je suis d’accord, fit Helbaine.
- Bien, conclu Shamgara. J’irais donc lui annoncer personnellement la nouvelle.
Bien quelqu’un frappa à la porte du bureau. Nyraldice ordonna à la personne d'entrer. La porte s’ouvrit sur un elfe à la chevelure rouge-cendre et au visage mutilé. L’elfe fit une entrée boitillante d’un pas lourd. Il avait un profond regard noir qu’il dirigea tout de suite sur la sorcière.
- Shamgara, fit Nyraldice, je te présente Veathan Balfatéus : ton père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Ven 1 Juin - 14:08

(Axe II)

- Alors, qu’est-ce que cela dit-il ? questionna Nespotane Nyraldice impatient.
- Et bien, vous n’allez pas en croire vos oreilles.
L’armée druchiis était sur le chemin du retour et avait posé son camp au nord de la Lustrie quelque part vers les Sentinelles Grises. Ils allaient être de retour victorieux à Naggaroth, et pour cela, le temple de Khaine les couvrirait d’or. Mais ce n’était pas le plus important, les elfes étaient surement revenus avec quelque chose de plus inestimables.
- Tout d’abord, reprit Kzarzia, tout y était décrit. Comment un elfe viendrait au monde en pleine bataille, qu’un cygne noir l’accueillerait et que l’enfant aurait le pouvoir de convoquer les démons.
Les quatre généraux, Tamialine et l’enfant était ainsi regroupé sous une tente où Kzarzia était entrain de faire son rapport sur la traduction des plaques des anciens.
- Donc on est sûr qu’il s’agit bien de mon fils ? questionna Tamialine.
- Absolument, répondit Kzarzia. Cela ne fait aucun doute.
- Qu’est-ce-qui est écrit ensuite ? interrogea Helbaine qui maintenant était très intrigué par cette histoire.
- Eh bien l’un des éléments les plus troublants est qu’il est dit que l’enfant est cité dans plusieurs prophéties dont certaines sont extrêmement connues.
- Plusieurs prophéties, s’étonna Lyacarus. Il ne me semble pas avoir déjà entendu parler d’un tel enfant.
- Justement si, messire Lyacarus, reprit Kzarzia. C’est aussi ce que je me suis dis jusqu’à temps que je traduise ce passage : « Et il sera craint par le Roi Noir à la peau d’acier ».
- Bon sang, hurla Nyraldice. Ce n’est pas possible ! Il ne peut s’agir du sorcier de la prophétie de la chute.
- Et pourtant, remarqua Lokarth Balfatéus, il remplit tout les éléments de la prophétie. Le fils premier né d’une famille noble qui apprendra les secrets de la magie noire.
- Et nous avons même eu la preuve qu’il pouvait contrôler des démons, rajouta Helbaine.
- Alors mon fils tuera un jour Malékith, réalisa Tamialine. Qu’est-il dit d’autre ?
- Et bien le texte parle de quatre témoins qui seront ses lieutenants qui regrouperont pour lui son armée et qu’ils le nommeront le Cygne Noir. Je pense que ceci vous concerne tous les quatre messires. Après tout, vous êtes les quatre généraux présents à sa naissance. Qui d’autre que vous peuvent réunir des armées ?
- Qu’en pensez-vous ? demanda Nyraldice à l’attention des trois autres généraux.
- Et bien, s’il s’agît du sorcier de la prophétie de la chute, commença Alralith Lyacarus, il ne faudra pas le crier sur le toit. On devra se montrer très prudent afin que Malékith ne découvre pas son existence. Il tuerait l’enfant avant que celui-ci n’est pu accomplir son destin.
- Il nous faut donc éliminer tout les autres témoins de sa naissance, continua Balfatéus. Faîtes tués tous ceux en qui vous n’avez pas entièrement confiance. Je mènerais moi-même mon armée dans un raid suicide sur n’importe quelle cité lustrienne et je vous retrouverais en Naggaroth. Nous ne pouvons laisser échapper aucune fuite.
- Attendez, nous parlons bien de comploter contre Malékith en personne ? questionna Helbaine presqu’incrédule.
- Nous n’avons encore rien décidé, répondit Nyraldice, mais nous envisageons cette hypothèse.
- Il s’agît du destin de mon fils seigneur Helbaine, rajouta Tamialine. Nous ne pouvons pas aller à l’encontre du destin malgré ce que s’imagine notre roi. Il est temps pour Malékith de rencontrer enfin le sien. De plus, quand tout ceci aura lieu, mieux vaut être du côté du vainqueur.
- Je ne dis pas le contraire, reprit Helbaine. C’était juste pour mettre la situation au clair. J’ai toujours pensé que Malékith avait fait son temps. Il était ce qu’il fallait à notre peuple pour survivre après la déchirure mais aujourd’hui, Il n’est plus qu’obsédé par l’idée de reprendre Ulthuan. A la longue, je suis sûr qu’il nous mènerait tous à notre perte. En tout cas, c’est ce que j’ai toujours pensé sans jamais oser l’évoquer.
- Oui, reprit Nyraldice. Malékith n’est aujourd’hui plus que l’ombre de lui-même et même pire, il n’est qu’un jouet entre les mains de sa mère et du chaos. Nous savons que le Cygne Noir sera lui capable de maîtriser le chaos. Et avec ça, je suis sûr que, contrairement au roi-sorcier, mon fils pourra reconquérir Ulthuan s’il le voulait.
- Et il le fera surement, s’en mêla Lyacarus. Il est l’elfe que tous les druchiis attendaient sans jamais le savoir afin de laver le déshonneur qu’il nous a été fait il y a des milliers d’années. Après la chute du roi sorcier, il nous mènera sur le sol de nos ancêtres, là où ils ont été honteusement châtiés.
- Donc nous sommes tous d’accord, reprit Lokarth Balfatéus. Le roi sorcier doit mourir et il est de notre devoir de protéger l’enfant.
- Oui, répondirent tous les autres elfes en chœur.
- Bien, dans ce cas, je proclame la fondation du Cercle du Cygne Noir, conclue le grand squale des dagues pourpres.

***

Dix ans étaient passés depuis la campagne de la Fontaine de Jouvence. Alralith Lyacarus, Araniak Helbaine, Nespotane Nyraldice et Lokarth Balfatéus s’étaient bien enrichis et avaient gagnés rapidement de l’influence. Grâce à la récompense obtenue par le temple de Khaine, Lokarth Balfatéus avait obtenu une seconde arche noire : Courroux Infernal. Les quatre généraux avaient déjà regroupés quelques fidèles dans le Cercle. Ils leur avaient bien sûr pas révéler l’identité (ni les véritables objectifs) du Cygne Noir mais leur avaient appris à le craindre et le respecter.
Aujourd’hui, la brume était épaisse au dessus du ciel de Har Ganeth. Une averse déversait ses flots depuis déjà plusieurs jours et certaines rues étaient inondées. Bref, c’était une journée ordinaire ; les seigneurs de la ville complotaient les uns contre les autres, les furies sacrifiaient un flux continu d’esclave sur les autels de Khaine. Soudain, quelqu’un frappa à une des nombreuses portes du palais de Nyraldice.
- Qui est-ce ? demanda la sorcière suprême Tamialine Nyraldice.
- Ma dame, vit une voix de l’autre côté de la porte. Le seigneur Lokarth Balfatéus désir vous voir.
- Bien, faîtes-le entrer.
Le grand squale des dagues pourpres pénétra donc d’un pas lourd dans la chambre.
- Ne faîtes pas trop de bruit, mon fils dort, indiqua Tamialine. Que me vaut le plaisir de la visite d’un des quattuorvirs, monseigneur Balfatéus ?
- J’étais justement venu prendre de vos nouvelles et de celle de monseigneur le Cygne Noir.
Et tandis que Tamialine expliquait les dernières manigances aux quelles elle s’était soumise, Lokarth se plaça entre elle et le lit où dormait le Cygne Noir. Il lui tourna le dos et observa l’enfant qui dormait innocemment. Tamialine vu les bras du grand squale bougeait sans qu’elle ne se doute de quelque chose. Soudain prit par un étrange sentiment elle s’avança vers le lit et vues le sang se répandre sur les draps. La gorge de son fils venait d’être tranchée.
- Qu’avez-vous fait ? hurla-t-elle. Pourq…
Pour unique explication, Lokarth Balfatéus planta sa dague dans le ventre de la sorcière. Celle-ci tomba au sol. Tandis que le grand squale se dirigeait vers la porte et que les serviteurs de la sorcière alertés par les cris entraient en trombe dans la pièce elle rassembla toutes ses forces restantes pour un ultime sort.
- Je te maudits Lokarth, toi et toute ta chienne te famille.
C’est ainsi que les serviteurs furent témoins des dernières paroles de Tamialine Nyraldice, la mère du Cygne Noir.
C’était une journée tout à fait ordinaire à Har Ganeth, la pluie continuait toujours de tombée sinistrement sur la ville. Un seigneur corsaire prenait son sang-froid et quittait la demeure de Nyraldice tandis qu’un cygne noir volait dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Lun 4 Juin - 18:12

(Axe III)

- Comment ça mon père ? s’indigna Shamgara.
- Nyraldice a raison, fit Veathan Balfatéus, je suis ton père. Ravi de faire enfin ta connaissance.
- Ce n’est pas possible, lâcha la sorcière complètement déboussolé. Mon père…un Balfatéus. Par tous les noms de Khaine ! Je ne peux pas le croire. Ma mère n’aurait pas pu commettre cet acte horrible, dégoutant, révoltant…
- CELA SUFFIT, s’emporta Nyraldice d’un ton sévère qui impressionna la sorcière rousse. C’est arrivé que tu le veuilles ou non. Tu es une Balfatéus et tu devras bien finir par l’admettre. Maintenant assis toi s’il te plait Veathan.
Il ne se fit pas priver et s’installa en face de sa fille. Cette dernière tourna la tête pour ne pas avoir son regard posé sur lui.
- Bien, nous pouvons commencer maintenant, fit Helbaine. Shamgara, il y a beaucoup de choses que tu dois savoir à propos du Cercle. Notamment sur sa fondation et sur le Cygne Noir.
- Ouais, si ça continue vous allez m’annoncer que le Cygne est l’une de ses raclures de Balfatéus…
- Dont tu fais parti, conclue Araniak. Notre histoire a commencé en Lustrie lors de la campagne de la Fontaine de Jouvence.
Et les deux triumvirs fondateurs du Cercle résumèrent donc tous les événements qui s’étaient déroulés en Lustrie : la grande bataille contre l’alliance des hommes-lézards et des asurs, la découverte des plaques des anciens, la naissance du Cygne Noir, l’arrivée des troupes de Lokarth Balfatéus, l’alliance avec les skavens et la destruction de la Fontaine. Shamgara oublia quelque instant l’infâme personne qui se trouvait en face d’elle et fut plongée dans le récit. Elle écouta le tout avidement sans en perdre une miette. Les deux elfes finirent par conclurent leur récit sur la trahison de Lokarth et la mort du Cygne.
- Quoi ! fit Shamgara abasourdie. Le Cygne Noir est mort. Mais alors, qu’est-ce qu’on fait là ?
- Tu vas bientôt comprendre Shamgara, reprit Nyraldice. Notre histoire ne s’achève pas là.
- Après la mort du fils de Nyraldice, continua Helbaine. Nous n’avons pas dissout le Cercle. Le quattuorvirat est devenu un triumvirat. Nous avions remarqué qu’il nous était profitable. Nous avons longtemps fait la guerre aux troupes de Lokarth et avons finalement réussi à l’exterminé. Mais ses jeunes enfants nous ont échappés. Ils ont étaient cachés parmi les familles alliées à la maison des Balfatéus.
- Et lui alors, fit-elle en désignant son père d’un doigt dédaigneux. Qu’est-ce qu’il vient faire dans l’histoire ?
- Justement c’est là qu’il rentre en scène, affirma Helbaine.
- Je suis le second fils de Lokarth Balfatéus. Mon frère ainé était donc Keith. Tout comme mon frère, j’ignorais tout des enjeux qui opposaient mon père aux Cercle du Cygne Noir. Nous étions très jeune à cette époque et notre père ne nous a pas mêler à cette histoire. Puis la mort l’a emportée et j’ai été séparé de Keith.
C’est la famille Wiisterbloock qui m’a recueilli et qui a terminé mon éducation. C’est là que j’ai rencontré ta mère, Filicara. Elle était d’une beauté à couper le souffle, mais bon je m’égare. Bref, j’ai grandi à Ghrond parmi les Wiisterbloock. Cette famille était un peu spéciale. Premièrement, elle possédait une très bonne affinité avec la magie. Nombre des femmes étaient de redoutables sorcières. Deuxièmement, la famille possédait nombre de parchemins et de livres de magie secrets qui leur fournissaient tout le savoir magique dont ils avaient besoins. Toutes les sorcières Wiisterbloock n’ont jamais rejoints de couvents et étaient, ainsi, bien plus indépendante du pouvoir central. Enfin, la famille vouait envers Malékith une fidélité de façade. Ils avaient pour plan de renverser le roi-sorcier et pour ceci avait une arme secrète : Dorakith, le frère ainé de Filicara. Celui-ci était l’aîné des enfants, un redoutable sorcier et mon meilleur ami. Les Wiisterbloock pensaient qu’il était l’élu, celui qui vaincrait Malékith d’après la prophétie de la chute.
Les Wiisterbloock se sont révoltés contre le pouvoir royal, nous avions plusieurs tribus de maraudeurs comme alliés dont la puissante tribu des helnes et avions soumis une armée de démons. Mais nous avons étés vaincus. Dorakith et moi, nous nous sommes réfugiés dans les désolations du chaos tandis que ta mère, afin de te protéger, se tournait vers le temple de Khaine. La reine matriarche Hellebron l’a alors cachée et toute deux, ont fondées plus tard l’ordre de Wiisterbloock. Je ne l’ai jamais revu.
Dans les désolations du chaos, Dorakith a fini par entendre parler de légendes chaotiques concernant celui qui tuerait le roi-sorcier. Nous nous sommes donc, tous deux, lancés dans une quête ardue pour découvrir les textes à l’origine de ces légendes. Dorakith espérait ainsi en apprendre plus sur la façon dont il était censé abattre Malékith.
Après avoir parcouru toute les désolations du chaos et combattus moult ennemis nous sommes enfin tombés sur l’objet de notre quête : le livre de N’zaski. C’est comme cela que Dorakith a compris qu’il n’était pas l’élu. Après cela, il est parti sans moi et je ne l’ai jamais revu. Mais j’ai appris, qu’un assassin de Malékith l’avait retrouvé et éliminé. Quand à moi, le livre en ma possession, je me dirigeais de nouveau vers Naggaroth. Grâce aux informations du livre, j’ai gagné ma place au sein du Cercle.
- Et bien, qu’elle histoire, fit Shamgara qui ne savait pas trop quoi en penser. Elle ignorait tout ça. Sa mère ne lui avait jamais parlé de Dorakith, ni de Veathan, ni de la rébellion.
- Shamgara, interrogea Helbaine. As-tu déjà entendu parler de la malédiction des Balfatéus ?
- Oui, j’ai toujours pensé que ce n’était que des histoires à dormir debout.
- Pourtant, elle est vraie, fit Helbaine. Elle a été confirmée par le livre de N’zaski.
- Vous voulez dire que je suis maudite ? interrogea inquiète Shamgara.
- La malédiction est l’œuvre de mon épouse : Tamialine, qui était d’ailleurs à l’origine une Wiisterbloock, indiqua Nyraldice. Avec ses dernières forces avant de mourir, elle a lancé la malédiction sur la maison des Balfatéus. Nous avons découvert en quoi consistait le maléfice grâce au livre de N’zaski. Ma femme avait l’habitude de dire qu’on ne pouvait échapper à son destin et c’était vrai. Le livre de N’zaski nous a affirmé que le Cygne Noir mourrait un jour mais qu’il se réincarnerait sous l’effet d’une malédiction. Celle de ma femme a donc condamnée le Cygne Noir à se réincarner parmi la maison Balfatéus. C’est pour ça que nous ne pouvons les détruire pour le moment tant que nous ne savons pas si la dernière génération mettra au monde le Cygne Noir.
- Vous voulez dire que je pourrais être la mère du prochain Cygne Noir ? demanda Shamgara inquiète et euphorique à la fois.
- En tout cas nous l’espérons, répondit Veathan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Lun 4 Juin - 18:17

Salut à tous, voilà c’était le dernier récit pour le moment.
La suite ne viendra pas pour le moment, car il faut que je trouve des idées et que j’ai d’autres projets d’écriture à explorer (il se pourrait même que je vous en fasse part).
En tout cas, j’ai déjà décidé comment finira mon histoire mais pas encore comment j’allais arriver jusque là. Tout ce qui est sûr c’est que la confrontation entre le Cercle du Cygne Noir et les Balfatéus de Kar Argond risque d’arriver très vite dans la suite de l’histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denver56
Skink
avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 26 Aoû - 23:56

Que de rebondissements et de surprises depuis là où je mettais arrêter. Pas mal d’informations apprises. On en sait un peu plus sur le passé.
Du coup, la suite c’en est où ? ça avance ou pas ? Et les autres projets d’écritures, ça donne quoi ? C’est sur le thème de la religion comme tu en as parlé dans je ne sais plus quel poste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Lun 27 Aoû - 0:35

Déjà merci pour les compliments.
Ensuite, j’avoue que pour l’instant je n’ai pas continué plus que cela ma saga sur les druchiis.
Quant à mon autre projet, il est bien sur le thème de la religion. Ça se déroulera dans un monde médiéval de mon invention avec des religions aussi de mon invention (comme ça j’évite les erreurs bêtes comme les anachronismes et je peux prendre plus de liberté sur l’histoire).
Pour l’instant je n’ai écrit que quelques textes (pas du tout dans le bon ordre) qu’il faut que je retravaille mais j’avoue que je rame un peu. Pas toujours facile de partir de zéro et de se créer une religion, des cultures différentes (bien que ça ressemblera sur bien des aspects à notre histoire). Ah et puis oui, comme pour les druchiis l’histoire se déroulera selon le point de vue de plusieurs personnages (cependant il y en aura moins). Mais ce coup ci les textes suivront l’ordre chronologique. Enfin, bref je publierais cela si je complète entièrement la première partie de cette saga en espérant que ça vous intéressera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denver56
Skink
avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mar 28 Aoû - 16:20

Ok, aller courage pour ton nouveau projet. Je serais curieux de voir ce que ça donne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mar 28 Aoû - 16:21

la Ch-uite !!! clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les druchii de Kar Argond.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les druchii de Kar Argond.
» [EN] Avis aux Druchii ! Rumeurs EN
» L’histoire des Druchii racontée par l'un d'entre eux
» Elnaroth, jeune Dynaste Druchii
» Les cités des druchii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du PPHL :: Temple des mémoires :: Récits-
Sauter vers: