Forum du PPHL


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les druchii de Kar Argond.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Ven 31 Aoû - 21:45

Comme déja dit plus tôt je travaille sur un autre projet, donc je n'ai pas vraiment encore réfléchit à la suite. J'ai quelques idées mis de côté mais pas assez pour lancer la suite.
Surtout si vous avez des idées à proposer, n'hésitez pas. Je trouverais peut-être de quoi m'inspirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Ven 7 Sep - 18:49

juste une proposition, pourrais tu faire un récapitulatif des noms, des familles et de leur rôle parce que là je commence à plus vraiment savoir qui est qui avec tous ces noms elfes noirs compliqués Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Botl-Kha
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 231
Age : 27
Localisation : Bourgoin-Jallieu
Date d'inscription : 05/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Ven 7 Sep - 20:51

Très compliqué les elfes noirs, leurs luttes intestines, leurs noms interminables, les coups par derrière, alliances ou mésententes on ne sait plus ou donner de la tête !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 9 Sep - 0:20

alexy999 a écrit:
juste une proposition, pourrais tu faire un récapitulatif des noms, des familles et de leur rôle parce que là je commence à plus vraiment savoir qui est qui avec tous ces noms elfes noirs compliqués Wink

Ok, je prépare ça demain peut-être (si je n'ai pas trop la flemme) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 9 Sep - 17:23

Bon, j'espère que cela permettra de clarifier la situation :

Maison Balfatéus :

Keith Balfatéus/ Kilath, dit le grand squale des dagues pourpres :
Loge à Karond Kar, il commandait la célèbre armée des dagues pourpres et possédait deux arches noires : Fureur Divine et Courroux Infernale. Il s’agit du patriarche actuel de la famille Balfatéus. Il est censé être mort après une bataille navale contre la flotte néhékarienne d’Anchop.
Par la suite, il est devenu un fervent adepte de Khaine sur son dragon noir Drask. Il se fait appelé Kilath par Eucalys.

Tolak Balfatéus :
Fils ainé de Keith, règne conjointement avec sa sœur/épouse sur la cité coloniale de Kar Argond mais possède toujours des terres à Karond Kar. Après s’être emparé de Kar Argond, il a développé son armée des dagues pourpres et y a intégré des troupes du temple de Khaine ainsi que d’autres unités d’élites.

Luane Balfatéus :
Second fils de Keith. Loge à Naggarond. Dynaste, membre de la garde noire et du cercle extérieur. Il a renié sa famille. Il est un fervent partisan de Malékith et donc ignore les véritables objectifs du Cercle du Cygne Noir.

Talahakan Balfatéus, dit la grise :
Unique fille de Keith. Sorcière rebelle au couvent des sorcières et ancienne membre de l’ordre de Wiisterbloock. Elle règne conjointement avec son frère/époux sur Kar Argond où elle y refonde l’ordre de Wiisterbloock.

Jornaf Balfatéus/Vifacier :
Dernier fils de Keith. Jornaf est un assassin. Après avoir découvert sa véritable identité, il a rejoint sa famille est sert maintenant les intérêts de son frère ainé.

Lokarth Balfatéus :
Ancien grand squale des dagues pourpres et co-fondateur du Cercle du Cygne Noir qu’il a pourtant trahi en assassinant le Cygne Noir pour une raison inconnue condamnant ainsi sa descendance à la malédiction. Il a deux fils : Keith et Veathan. Il a été éliminé par les troupes du Cercle après une longue guerre. Cependant, il s’est arrangé pour que ses enfants, qui ignoraient tout des enjeux de la guerre, échappent aux Cercle en les cachant dans des familles alliés.

Veathan Balfatéus :
Fils de Lokarth et petit frère de Keith. Il a grandit dans la famille Wiisterbloock où il s’est lié d’amitié avec Dorakith, le fils ainé de la famille un puissant sorcier druchii. Il a aussi engendré une fille avec Filicara, la sœur de Dorakith. Cette fille est Shamgara la dévote.
Après la disparition de Dorakith, il rejoint le Cercle du Cygne Noir grâce aux informations en sa possession. Il joue à peu près le rôle d’un quattuorvir non officiel et sert d’intermédiaire avec les troupes chaotiques alliées du Cercle.

Kerk Elrodis :
Loge à Karond Kar. L’un des lieutenants de Keith. Il a pris la tête des dagues pourpres à la suite de la disparition de Keith grâce au soutient d’Araniak de la maison Helbaine (en échange d’une mission dans les terres sombres). Il a été, plus tard, éliminé pour permettre à Tolak de prendre la tête des dagues pourpres.

Khaled :
Serviteur de Keith. Il parlait plusieurs langages. Il a été tué par l’assassin Sombrétoile dans la forteresse du vampire Van Helster.

Maison Lyacarus :

Alralith Lyacarus :
Loge à Naggarond. Co-fondateur et membre du triumvirat du Cercle du Cygne Noir. Il méprisait son fils unique qui l’a tué dans sa forteresse de Karagath.

Syldarath Lyacarus, dit l’impétueux :
Loge à Naggarond. Il haïssait son père et l’a donc assassiné.
Ceci lui a permis de rejoindre le cercle extérieur. Il est l’un des amants de la sorcière Shamgara la dévote.
Il commence à se méfier du Cercle et cherche à disposer ses pions.

Zacori Eucalys :
Loge à Naggarond. Proche du Cercle. C’est un noble qui était serviteur de Syldarath Lyacarus. Il est devenu petit à petit, l’un de ses lieutenants et de ses principaux conseillers. Il sert aussi d’espion pour Keith Balfatéus qu’il connait sous l’identité de Kilath. Il lui doit notamment sa fortune.
Syldarath l’impétueux convainc les triumvirs de nommer Eucalys comme porteur de la grande bannière du Cercle.

Keraken :
Loge à Karond Kar. Membre du cercle extérieur. Il commande la flotte de la famille Lyacarus. Il est l’un des principaux lieutenants de Syldarath l’impétueux à la bataille de Karagath.

Zarkem :
Loge à Hag Graef. Membre du cercle extérieur. Il est l’un des principaux lieutenants de Syldarath l’impétueux à la bataille de Karagath.

Gilgath :
Loge à Hag Graef. Membre du cercle extérieur. Il est l’un des principaux lieutenants de Syldarath l’impétueux à la bataille de Karagath.

Halamaneon :
Grande matriarche au sein du temple de Khaine de Naggarond. Elle est l’une des principaux lieutenants de Syldarath l’impétueux à la bataille de Karagath.

Maison Nyraldice :

Nespotane Nyraldice :
Loge à Har Ganeth. Co-fondateur et membre du triumvirat du Cercle du Cygne Noir. C’est un fervent partisan du culte de Khaine. D’ailleurs, dans sa jeunesse, il a fait parti des exécuteurs. Il est connu pour avoir eu un nombre incroyable de bâtard avec des esclaves elfes. La plupart ont été offert au temple de Khaine afin d’être sacrifié. Il a distribué les autres à ses lieutenants.

Tamialine Nyraldice :
Ancienne épouse de Nespotane Nyraldice, sorcière suprême originaire de la maison Wiisterbloock et mère du premier Cygne Noir. Elle a été assassinée par Lokarth Balfatéus. Elle est aussi à l’origine de la malédiction qui plane sur la maison Balfatéus les condamnant ainsi à engendrer le prochain Cygne Noir.

Cullesh Nyraldice :
Fils de Nespotane et de Tamialine Nyraldice. Il est le premier Cygne Noir et est né lors de la campagne de la Fontaine de Jouvence . Il est assassiné par Lokarth Balfatéus à l'âge de dix ans.

Andoros Minith :
Proche du cercle. Fils adoptif de l’un des lieutenants de Nyraldice. Il est en fait l’un des bâtards de Nyraldice. Il était infiltré dans les troupes du seigneur York et a été sacrifié par Nyraldice afin de mener Keith Balfatéus dans un piège.

Sombrétoile :
Assassin au service de Nespotane Nyraldice. Proche du Cercle. Il a été tué par Shamgara la dévote après un long périple à travers le vieux monde et les désolations du chaos.
Nespotane Nyraldice révèle un peu plus tard à Shamgara que Sombrétoile était l’un de ses fils légitimes.

Lamefurtive/ Melek :
Assassin au service de Nespotane Nyraldice. Proche du Cercle. Il était l’apprenti de Sombrétoile. Il est probablement toujours en vie. Il était infiltré parmi les ombres de Keith Balfatéus et se faisait appelé Melek.

Kzarzia :
Proche du Cercle. Il est l’un des serviteurs de Nespotane Nyraldice. Il sert de traducteur. Il été déjà présent lors de la fondation du Cercle du Cygne Noir. Il est mort tué par le seigneur maraudeur Arkal.

Larias Lanethar :
Siège à Har Ganeth. Membre du cercle intérieur. Il est l’un des principaux lieutenants de Nespotane Nyraldice.

Maison Helbaine :

Araniak Helbaine :
Loge à Kar Karond. Co-fondateur et membre du triumvirat du Cercle du Cygne Noir. Il fait parti de la puissante et célèbre famille des Helbaine (pour plus d’informations sur cette famille, voir le LA des elfes noirs ou me demander en MP).

Jul :
Loge à Karond Kar. Membre du cercle intérieur et l’un des principaux lieutenants d’Araniak Helbaine. Il a été tué en Ulthuan lors d’un duel contre le prince Isarion.

La Vipère rouge :
Assassin elfe noir au service du seigneur Jul. Il a longtemps été infiltré au sein de la communauté d’Ulthuan.

Maison Wiisterbloock :

Dorakith Wiisterbloock :
Logeait à Ghrond. Dorakith est un puissant sorcier mâle. Sa famille a pensé à tort qu’il était le sorcier de la prophétie de la chute qui vaincrait Malékith et a fini par provoquer une rébellion qui a échoué. Il a donc du s’enfuir avec son ami Veathan Balfatéus dans les désolations du chaos où il a appris l’existence du Cygne Noir. Il semblerait qu’il ait été tué par un assassin de Malékith.

Filicara Wiisterbloock :
Logeait à Ghrond. Après l’échec de la rébellion de sa famille, elle trouve refuge chez Hellebron avec qui elle fonde de l’ordre des sorcières de Wiisterbloock, un ordre de sorcières qui travaillent dans les intérêts du culte de Khaine. Elle a été tuée, elle et la plupart des membres de l’ordre par la reine Morathi en personne.

Shamgara Wiisterbloock, dit la dévote :
Loge à Naggarond. Elle doit son surnom de dévote au fait qu’elle affiche sans aucune pudeur être une adepte de Slaanesh. Elle est l’une des sorcières favorites de Morathi. Autrefois, elle faisait parti de l’ordre de Wiisterbloock mais l’a trahi après en avoir été chassée.
Après une mission réussie elle est nommée en tant que triumvirs du Cercle du Cygne Noir et apprends ses origines (elle a du sang Balfatéus) ainsi que celles du cercle et le secret de la malédiction des Balfatéus.

Vetsu Ignoma :
Siège à Ghrond. L’une des lieutenants et des amantes de Shamgara la dévote. Elle a aussi fait parti de l’ordre de Wiisterbloock. Elle est devenue adepte de Slaanesh après la chute de l’ordre, mais contrairement à Shamgara, elle se montre beaucoup plus discrète sur son allégeance au culte.
Shamgara l’envoie en mission pour infiltrer le nouvel ordre de Wiisterbloock à Kar Argond afin de retrouver l’anneau des délectations.

Syllarea Tifera :
Siège à Naggarond. Sorcière apprentie au service de Shamgara la dévote.

Autre:

York :
Ancien dirigeant de la cité colonial de Kar Argond. Il était le principal rival de Keith Balfatéus. Il est mort empoisonné par Talahakan la grise après l’avoir épousé.

Toratith Karmio :
Sorcière du couvent noir de Ghrond.

Cannith et Gregath :
Sorcières du couvent noir de Ghrond, anciennes supérieures de Talahakan la grise.

Donario :
Marchand d’antiquité de Ghrond. Sa boutique sert en fait de couverture pour cacher un commerce plus juteux, celui des poisons. Il se procure sa marchandise illégalement dans les réserves du temple de Khaine.

Izenra :
Grande matriarche du temple de Khaine de Har Ganeth. Ancienne supérieure de Jornaf Balfatéus.

Dratthyl et Garkadera :
Matriarches membres du temple de Khaine de Har Ganeth.

Tsokarid :
Ancien maître de la tour garde noir. Il est tué au cours d’un duel par Luane Balfatéus qui prend sa place.


Dernière édition par Darris le Dim 9 Sep - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 9 Sep - 17:26

Et comme la dernière fois, je sépare les personnages des autres races des druchiis. Voici la liste mise à jour.

Chaos :

Malal :
Dieu du chaos. Il est le dieu des renégats, et lutte contre les autres divinités du chaos. Pour information, il existait dans la première édition de Warhammer le jeu de rôle fantastique. Ce sont ses propres serviteurs qui sont responsables de la chute de l’armée de démons de Kaeth’Larian

Kaeth’Larian :
Puissant démon slaaneshi. Il était à la tête d’une immense horde de démons et semait le chaos partout dans le monde peu après la chute du portail des anciens. Il a été banni, lui et la quasi-totalité de son armée par les démons de Malal dans une dimension spéciale grâce à un puissant rituel.

Beli’Anthis :
Démon majeur de Slaanesh. Il était autrefois au service du démon Kaeth’Larian. Il a en partie échappé au rituel qui a banni Kaeth’Larian. Aujourd’hui, très affaibli, il ne peut plus quitter les désolations du chaos.
Il est aussi responsable de la conversion de Shamgara au culte de Slaanesh.

Boliak :
Seigneur maraudeur du chaos. Il dirige la tribu slaaneshi des helnes. Il a guidé l’assassin Sombrétoile au travers des désolations du chaos. On ignore s'il a survecu à la bataille l'opposant à Arbunshilv.

Arkal :
Seigneur maraudeur du chaos originaire de la tribu des derfelks (une tribu serviteur de Malal). Il s’est ensuite infiltré dans la tribu des helnes et a pris le contrôle d’une partie d’entres-eux. Il a été tué par l’armée de morts-vivants du vampire Van Helster.

Arbunshilv :
Seigneur maraudeur du chaos originaire de la tribu des derfelks. Il s’est ensuite infiltré dans la tribu des helnes et a pris le contrôle d’une partie d’entres-eux. Il a longtemps poursuivit l’assassin Sombrétoile et a été tué par Shamgara la dévote.

Shaggratt Piedebich :
Chef homme-bête. Il a mené plusieurs raids contre la cité de Kar Argond. Il a été tué par Tolak Balfatéus en personne.

Comte-Vampire :

Evrard Van Helster :
Durant son vivant, il a régné sur la principauté frontalière de Pra-el-Dag (nom de Kar Argond lorsqu’elle était encore dirigée par des humains). Il possédait l’Anneau des Délectations qu’il a caché dans la cité. Il a été chassé par les habitants de la ville à cause de son intérêt trop prononcé pour la nécromancie et la magie noir. Il a été transformé en vampire par la suite.

Arnwald Lithenein :
C’est un vampire aux ordres de Van Helster. Après la fuite de Sombrétoile de la forteresse du vampire, Lithenein est parti à sa poursuite mais l’assassin a réussi à lui échapper.

Rois des tombes :

Horus :
Roi d’Akhetib. Lors de son règne, sa cité a fait parti d’une coalition de cité commandée par le roi Hémiosthès d’Anchop, son rival. Un culte de Slaanesh a vu le jour dans sa cité et finalement Hémiosthès a pris les armes et a détruit le culte. Il a tué par la même occasion l’un des fils d’Horus. La vengeance d’Horus a été terrible. Il a vaincu Hémiosthès et a pratiqué un rituel afin de l’empêcher de se réveiller le moment venu.

Hémiosthès :
Roi d’Anchop. Suite au rituel d’Horus, Hémiosthès ne sait pas réveiller en même temps que tous les autres rois des tombes. Un jour, une expédition humaine de la cité d’Aragnheim a pillé la nécropole d’Anchop et a ramené moult trésor afin d’ouvrir un musée à Aragnheim. Ils ont fait l’erreur de ramené le sarcophage d’Hémiosthès. Loin de sa nécropole, le rituel d’Horus a perdu son effet et Hémiosthès s’est réveillé. Aragnheim n’est désormais plus que des ruines.

Les princes jumeaux d’Anchop :
Ils ont gouvernés conjointement la cité après la mort d’Hémiosthès.

Akanathkâ :
On ignore encore d’où il est originaire. Il s’agit d’un des ennemis du comte vampire Van Helster.

Haut-elfes :

Prince Thelmek :
Thelmek était chargé de la protection de la forteresse du dragon dans les principautés frontalières. Il a combattu courageusement l’armée de Keith Balfatéus lors de la prise de la forteresse mais a du se résigner à abandonner la forteresse et à partir afin de protéger les survivants. Il a poursuivit un puissant chef de guerre orque noir dans les terres arides afin de récupérer un artefact volé. Malheureusement, la campagne a été un échec. Le roi phénix lui a demandé très récemment de reprendre position à la forteresse du dragon.

Belaacor :
Il est le fils du prince Thelmek. Il a disparu après la chute de la forteresse du dragon.

Commandeur Atalwith :
Originaire d’Eataine. C’était l’un des lieutenants de Thelmek à la forteresse du dragon. Il est mort en défendant le dernier bastion.

Duplion :
Archimage au service de Thelmek. Il a disparu après la chute de la forteresse du dragon.

Tyléon :
Mage au service de Thelmek. Il a disparu après la chute de la forteresse du dragon.

Commandeur Meleas de Caledor.
L’un des lieutenants de Thelmek. Il a disparu après la chute de la forteresse du dragon.

Prince Isarion :
C’est le rival du prince Thelmek. Il a vaincu en duel le dynaste druchii Jul lors d’une bataille.

Commandeur Avarion :
L’un des lieutenants du prince Isarion. Il a mené plusieurs batailles à Albion contre les troupes d’Arbunshilv.
Il voulait utiliser l’assassin Sombrétoile afin de démasquer de potentiels espions druchiis en Ulthuan.

Thaemys :
Mage au service d’Avarion, et donc d’Isarion. Il a recueilli un temps Sombrétoile qui se faisait passé pour un esclave des druchiis. Il est parti aider son supérieur Avarion en Albion pour combattre Arbunshilv.

Difaron :
C’est l’un des trois maîtres des épées de Thaemys qui ne faisaient pas confiance à Sombrétoile. Il a été assassiné par ce dernier.

Skavens :

Scollik Griff’Noir :
Prophète gris, anciennement à la tête du clan Scorbat. Mort en Lustrie tué par le prêtre mage slann Rasdamand lors de la campagne de la Fontaine de Jouvence.

Ratnubal :
Simple messager lors de sa rencontre avec les futurs fondateurs du Cercle du Cygne Noir, il ne tarde pas à prendre la tête d’une partie du clan Scorbat à la mort de ses supérieurs.

Gritsilou :
Technomage skaven du clan Scorbat. Il est l’un des rivaux de Ratnubal et prend la tête d’une partie du clan. Il finit cependant par se soumettre à Ratnubal après la destruction de la Fontaine de Jouvence.

Hommes-lézards :

Rasdamand :
Prêtre mage slann, il a participé à la campagne de la Fontaine de Jouvence en tant que défenseur. Suite à son duel magique contre le nouveau-né Cygne noir, il commet un fiasco et est aspiré dans le royaume du chaos auquel il parviendra à s’échapper des centaines d’années plus tard.


Dernière édition par Darris le Ven 1 Fév - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Lun 15 Oct - 18:08

c'est ... complet mais va falloir que je l'imprime pour suivre en directe à ton prochain texte parce que moi et la culture druchis ça fait deux clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Lun 15 Oct - 21:46

Et encore, dans la suite je vais introduire des nouveaux personnages et en développer d'autre qui n'ont seulement qu'étés cités pour l'instant donc, c'est sûr, mieux vaut garder cette liste de côté si on veut ne pas être perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Jeu 18 Oct - 23:06

Salut à tous, la prochaine série de textes se déroulera cette fois ci chronologiquement mais selon le point de vue de plusieurs personnages (et fait nouveau, sera centré parfois sur des hauts elfes). On aura donc des textes qui se dérouleront à plusieurs endroits différents.
J’hésitais avant de poursuivre vers la dernière partie de mon histoire à raconter la quête de plusieurs des huit artéfacts recherché par le Cercle du Cygne et au début, j’avais décidé de ne pas l’écrire. Finalement, j’ai changé d’avis car cela me permettais de présenter au passage plusieurs nouveaux personnages et d’en développer d’autres déjà mentionné, et puis du coup vous dire dans quelles conditions certains des artéfacts ont étés récupérés.
Donc vous l’avez compris, cette série se concentrera quasiment que sur la chasse aux artéfacts. Pour vous repérer chronologiquement elle commence peu avant la chute de la forteresse du dragon mentionné en première page de ce topic. Donc Keith Balfatéus est encore à la tête des dagues pourpres et son fils ainé n’a pas prit sa relève, Shamgara la dévote n’a pas encore mis la main sur le calice des supplices (d’ailleurs elle ne fait même pas encore partie du cercle du cygne noir à cette époque),…
J’aurais un rythme plus lent que précédemment car je n’ai qu’écris qu’une toute petite partie des textes que j’ai l’intention de mettre à votre disposition.
J’espère que ça vous plaira, j’enchaine donc avec le premier de cette série (plutôt long). Bonne lecture.


Dernière édition par Darris le Jeu 18 Oct - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Jeu 18 Oct - 23:09

Har Ganeth :

L’elfe courrait de vive allure à travers les rues de la cité. Il sentait ses forces faiblir. Il ne pouvait pas se permettre de s’arrêter. Sa vie ne tenait qu’à un fil et trop de choses dépendaient de lui.
Au début, il n’avait pas vraiment saisi le sens de cette information la première fois qu’il en avait entendu parler. Qu’est ce que ça pourrait changer après tout ? Il était esclave, l’avait toujours été et le serait toujours. Ces histoires ne le concernaient guère. Oui mais voilà, plus il en avait appris, plus il avait prit conscience de ce que cela signifiait, de toutes les vies qui étaient en jeu. Il ne pouvait pas permettre cela. Mais alors, que faire lui qui n’était qu’un esclave, si faible et sans aucun pouvoir ? La seule solution était de s’enfuir. Rien que cette idée l’avait fait défaillir et tourner de l’œil. C’était de la folie pure ! Les seuls qui avaient tenté l’expérience avaient été vite rattrapés et lentement exécuté. Les bourreaux s’arrangeaient toujours pour faire durer l’agonie des semaines. C’était un véritable plaisir pour eux et ils maniaient à la perfection cet art.

S’il voulait vraiment s’enfuir, il n’aurait qu’une seule occasion. Mieux valait pour lui, et le monde, de ne pas se laisser rattraper. Alors il avait attendu dans l’ombre que l’occasion se présente et il savait qu’elle viendrait. Les gardes sous-estimaient toujours les esclaves. Ils savaient que la plupart avait perdu tout courage et toute volonté de fuir, voir de vivre bien souvent. Leur esprit été à jamais brisé. Tous ceux qui avaient connus le bonheur le savaient maintenant à jamais perdu.
Pour lui c’était différent, d’aussi loin qu’il s’en souvienne il avait toujours été esclave. C’est tout ce qu’il avait connu. Il était probablement même né dans ces chaînes. Du plus loin que sa mémoire pouvait remonter, il se souvenait vaguement de sa mère. C’était une magnifique elfe aux long cheveux blonds, tout du moins elle aurait été magnifique sans cet air affamé et les nombreuses balafres, et surtout, sans ce regard vide, affreusement vide. C’était le meilleur souvenir qu’il avait d’elle, ces yeux là qui ne le voyaient même pas lui, son propre fils ! Finalement, d’après ses souvenirs, sa mère avait lentement commencé à dépérir puis n’eu plus le courage de ce lever un matin. Les gardes l’avaient alors violé chacun leur tour. Elle ne se débattit même pas, se contentant de fixer le ciel d’une paupière vide. Son esprit devait déjà être mort. Finalement, après que chacun aient fini son affaire, la tête de sa mère avait fini sur une pique afin de bien faire comprendre aux autres esclaves ce qui arriverait tôt ou tard quand ils n’auront plus la force de travailler. Généralement c’était plutôt tôt que tard !

Mais lui avait survécu et grandi dans ce sinistre palais. Le souvenir de sa mère disparaissant peu à peu. A cause de son jeune âge, on l’avait fait travailler dans les cuisines. Puis plus tard, lorsqu’il fut plus vieux, on l’avait envoyé travailler dans des mines pour extraire du métal et il avait servi aussi, à de nombreuses occasions de domestique, servant à boire et à manger et parfois d’autre chose au cruel maître des lieux. C’est dans ce rôle là qu’il avait fait cette fameuse découverte. Depuis qu’il avait prit conscience qu’il devait s’enfuir, un drôle de sentiment l’avait peu à peu envahit qu’il n’avait pas comprit au début. Il sentait une force nouvelle le posséder. Il comprit finalement que c’était un mélange de ce qu’on devait appeler le courage et l’espoir. Il avait maintenant un but dans la vie et il connaitrait peut-être un jour autre chose que les chaines et le fouet.
Mais pour cela, encore fallait-il qu’il arrive à quitter la ville.
Il avait vaillamment attendu le bon moment, et il était arrivé.

Dans la cage réservée aux esclaves, des orques fraichement arrivé s’étaient rebellés et avaient surpris les gardes. L’elfe avait alors profité de la confusion pour s’enfuir. Se déployant dans l’ombre, il avait réussi à se faufiler jusqu’aux murs du palais et à l’escalader. Seulement, peu de temps après sa fuite, il avait entendu l’alarme résonner. On avait probablement du compter le nombre d’esclaves pour savoir s’il en manquait.
Bientôt, il verrait les premiers cavaliers lancés à sa poursuite. Il devait aller plus vite. L’elfe tourna dans la rue et vit ce dont il avait besoin : un coursier elfique. Il se jeta sur la monture, renversa le cavalier, un fier druchii au regard altier qui s’écrasa dans la boue. L’elfe ne lui laissa pas le temps de réagir et s’empara du cheval pour partir au galop.
« Il est parti par là bas » entendit-il crier derrière lui peu de temps après. Cela ne pouvait signifier qu’une chose. Les elfes lancés à sa poursuite l’avaient déjà rattrapé. Il força donc sa monture à accélérer l’allure. Déjà, les premiers carreaux d’arbalètes sifflaient près de ses oreilles. Il se cru perdu. C’était sans espoir finalement. Il avait été fou de tenter sa chance. « Non ! » Cria-t-il comme pour se redonner de la force. « Ils ne m’auront pas si facilement ! » Sa monture se faufilait comme une ombre dans les rues, évitant les passants et sautant les obstacles sur son chemin. Heureusement, il était tombé sur une puissante bête. Elle ne le laisserait pas tombé de sitôt.
Il osa un regard en arrière et vit qu’il avait gagné du terrain sur ses poursuivants. La bête était puissante, tant mieux ! Encore un virage et ils le perdraient de vue. Il quitta la route qui menait aux portes de la ville pour tourner à droite en direction d’une étroite et sombre ruelle. Avec un peu de chance, les druchiis croiront surement qu’il tenterait de quitter la ville au plus vite. Il déboucha dans une nouvelle rue, tourna à gauche, se faufila dans une nouvelle ruelle peu fréquentée à droite. Il remarqua qu’il avait semé ses poursuivants. « Très bien, pensa-t-il, mais que faire maintenant ? »
Il fallait quitter la ville d’une manière ou d’une autre, il ne pouvait pas y rester une éternité mais on l’attendrait à coups sûr aux portes.

Il eut alors l’idée de fouiller la selle du cheval. Miracle, une bourse y était ! Il y trouva aussi une dague. Cela serait certainement très utile. Il descendit du cheval et le fit partir car il finirait par être trop repérable avec cette monture. Après quelques temps de marche, il atteignit l’un des quartiers les plus malfamés de la ville. C’est surement là qu’il passerait le plus inaperçu. Dans un coin, il trouva le cadavre d’un druchii fraichement assassiné et en profita pour lui prendre quelques affaires et regarder s’il n’y avait rien de précieux. Malheureusement, on lui avait déjà fait les poches avant.
Cachés dans la foule, il ne fut pas repérer lorsque quelques uns des cavaliers qui le poursuivaient un peu plus tôt traversèrent la rue. Il se rendit ensuite dans une sinistre auberge afin de prendre le temps de réfléchir à la suite et aussi de passer la nuit. A l’intérieur, il commanda une choppe pour ne pas paraitre suspect et s’installa à une table de coin. Il observa alors les autres clients.
A une table, un elfe était ouvertement en train de fomenter l’assassinat d’un riche seigneur et débâtait de la récompense à remettre au tueur à gage qu’il avait engagé. A une autre, un druchii était en train de présenter plusieurs fioles aux lueurs verdâtres à un autre elfe et lui marmonnait discrètement des conseils d’utilisation. Enfin à une table vers la gauche, un druchii à l’allure patibulaire discutait avec un corsaire.
« Vous allez partir longtemps ce coup-ci ? fit le premier.
- Quelques mois tout au plus, répondit le corsaire mal à l’aise.
- Hum, et vous partez quand ?
- Demain matin à l’aube, nous prenons la mer pour Karond Kar rejoindre l’arche noir et après nous partons aussitôt pour le vieux monde.
- Et donc, quand puis-je espérer voir mon argent ?
- Je vous jure que vous l’aurez dès mon retour. Nous allons cette fois récolter un maximum de butin. C’est une grosse cible que nous visons et…
- Laisses tomber ton baratin, c’est du réchauffé. J’ai déjà eu le droit à ce plat lors de notre dernière rencontre et je n’ai toujours pas vu la couleur de mes gourmandises. Je frôle l’indigestion maintenant. Alors tu as intérêt à me servir ce que j’ai commandé ou je te jure que tu vas déguster la prochaine fois. »
Et sur ces mots, l’elfe se leva furieux et quitta l’auberge. Visiblement le corsaire avait l’air rassuré de voir son compagnon de table quitter la salle. L’esclave en fuite l’observa vider trois choppe de plus. N’y avait-il pas un moyen de prendre place à bord de son navire pour fuir la ville? Mais comment ? Finalement le corsaire se leva en titubant et sorti à son tour de l’auberge d’un pas mal assuré. Le fuyard décida de le suivre discrètement. Il avait peut être trouvé une solution à son problème. Après plusieurs centaines de mètres, le corsaire tomba dans une embuscade, il tenta de se défendre mais fut rapidement maitriser par deux elfes qui le maintinrent immobile les bras dans le dos. L’esclave observa discrètement la scène caché dans un coin sombre. L’elfe de l’auberge refit son apparition avec un grand sourire narquois.
« Finalement, vois tu, j’ai changé d’avis. Je me suis lassé d’attendre en vain le retour de ce que tu me dois. J’ai décidé qu’il était maintenant l’heure pour toi de déguster »
Et il lui trancha la gorge. Le corsaire s’écroula au sol.
« Tu m’as pris vraiment pour un crétin ou quoi ? fit l’elfe patibulaire au cadavre. Crois-tu vraiment que j’allais gober ton histoire ? »
Puis ils s’en allèrent laissant le cadavre continuer de se vider de son sang.

***

« Allez dépêchez vous bande de raclures nauséabondes. Plus vite que ça, on a de la route à faire. »
Les corsaires traversaient la passerelle pour se rendre dans le navire druchii. Le capitaine les observa monté les uns après les autres quand, soudain, l’un d’entre eu attira son regard. Il le stoppa de la pointe de son épée.
« Qui t’es toi ? J’t’ai jamais vu par ici. Et c’est quoi cet équipement couvert de sang ?
- Euh… fut la seul réponse.
- Alors réponds moi ou sinon, je te jure que tu vas goûter à ma lame. »
Puis quelque chose attira son regard à la ceinture de l’elfe ensanglanté.
« Ah mais c’est quoi ça, montres moi ça mon petit »
L’autre lui lança la bourse puis le capitaine examina le contenu.
« Ah mais oui, j’me souviens d’toi, fit-il. J’t’ai recruté hier, j’avais un peu picolé, c’pour ça que j’t’ai pas reconnu tout d’suite. »
Puis il transvida le contenu de la bourse dans la sienne et la rendit à l’elfe ensanglanté tout en lui murmurant dans le creux de l’oreille
« J’me fiche de savoir ce que t’as fait mon gars et ce que tu fuis mais tiens toi à carreau sur mon navire ou je te troue le bide. »
L’ancien esclave souriait pour la première fois de sa vie. Il savait que la bourse trouvée sur le cheval lui servirait. Il grimpa dans le navire druchii et fit mentalement ses adieux à Har Ganeth. Ce n’était pas un lieu qui lui manquerait. Maintenant, direction le vieux monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Sam 20 Oct - 2:27

clap quad il y a de nouveaux personnages on comprend tout de suite mieux icon_mrgreen
La chuite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 24 Oct - 1:25

Quelques uns des textes suivants seront adaptés à partir de textes écrits par mon frère. C’est le cas de celui-ci.


Forteresse elfique du dragon, principauté frontalière :

Le carnage faisait rage sur la place sud de l’île. Les défenseurs asurs, bien qu’en infériorité numérique se battait courageusement contre leurs ennemis. Cela faisait déjà de nombreuses heures que les hauts-elfes luttaient ardemment afin d’empêcher leurs sombres cousins et les alliés à peaux-vertes de poser le pied à terre. Mais l’ennemi était trop nombreux et avait gagné peu à peu du terrain. Les derniers défenseurs de la plage se retrouvaient maintenant en pleine mêlé.
L’alarme avait retentit en pleine nuit et le jeune Belaacor s’était réveillé brusquement avec une boule dans l’estomac. Il avait alors mis son équipement rapidement et s’était rendu dans la cour de la forteresse où les troupes elfiques se rassemblaient. Il avait alors reçu ses ordres du prince Thelmek en personne, son père et seigneur de la forteresse.
Tout le monde savait très bien qui était le général ennemi : Keith Balfatéus, le grand squale des dagues pourpres. Les asurs savaient que ce jour finirait par arriver. Depuis déjà plusieurs siècles, la forteresse du dragon avait protégé la région au mieux des attaques de pirates et autres trouble-fêtes. Mais les druchiis étaient arrivés. C’est Belaacor lui-même, perché sur son aigle géant, qui avait repéré en premier les deux arches noires des dagues pourpres. Malheureusement, la forteresse ne possédait pas une flotte assez puissante pour repousser les arches. Mais les haut-elfes n’étaient pas rester inactifs pour autant. Ils avaient envoyés un contingent de soldats protéger la cité humaine de Pra-El-dag quand ils avaient compris qu’elle était la cible des elfes noirs. La mesure ne fut cependant pas suffisante et la ville tomba sous le joug ennemi qui s’y installa. Depuis, les haut-elfes s’étaient concentré à gêner au maximum les agissements des druchiis dans la région.

A la tête de ses troupes rassemblées à la hâte, Belaacor avait franchi la porte sud de la forteresse et était parti à l’assaut des premiers druchiis qui avait débarqué. La première vague fut repoussée mais très vite, les elfes purent apercevoir d’autres embarcations plus rudimentaires voguer aux côtés des sombres galères druchii. Elles étaient innombrables. Quelqu’un avait hurlé « Orques ! » et peu après la marée verte s’était abattue. Des orques trop pressés d’en découdre avaient même fait la traversée à la nage.
Déjà plusieurs heures que les elfes se battaient courageusement sur la rive sud et leur nombre avait dangereusement faibli. Tyléon, l’un des mages de la forteresse s’était retrouvé en duel contre un puissant chamane orque et après de difficiles efforts, avait réussi à l’éliminer. Mais peu après, plusieurs chamanes gobelins avaient débarqués et remplacés le défunt. Les orques, gobelins et druchiis commençaient à encercler les derniers défenseurs de la rive sud. C’était peine perdue pensait Belaacor, mais jamais il accepterait cette défaite. Il se battrait jusqu’au bout et il savait que ses compagnons feraient de même. Il mourrait avec honneur.
Soudain, une lame druchii manqua de le prendre d’estoc mais un autre elfe para le coup.
- Merci Ilendirion.
- Mais de rien mon ami, ce fut un plaisir.
- Chien, pousses-toi de ma proie, fit l’elfe noir rageur.
- Laisses-moi ce vantard qui s’imagine pouvoir me tuer, ordonna Belaacor.
- Non, là bas Tyléon et les gardes maritimes sont en difficulté contre les gobelins. Ils ont bien plus besoin de toi qu’ici.
Belaacor acquiesça d’un signe de tête et regroupa plusieurs lanciers pour se lancer à l’assaut des gobelins. Pendant ce temps là, Ilendirion observait son ennemi calmement.
- Bâtard d’asur, tu vas me le payer.
- Je ne laisserais pas un assassin approché de mon seigneur.
- Oh ! fit le druchii surpris. Alors comme ça tu es plutôt intelligent. Qu’est ce qui m’a démasqué ? Mes subtils mouvements ? Ma virtuose célérité ?
- Tes yeux. Aucun druchii n’a le regard aussi perdu qu’un assassin.
- Perdu ? Tu oses m’insulter ?
Et sur ces mots l’elfe noir, pris d’une soudaine colère, se mit à charger Ilendirion. Les coups étaient rapides et précis mais l’asur les parait. Les deux elfes étaient lancés comme dans une danse, chaque coups donnés par l’assassin trouvaient sa parfaite réponse dans les gestes de l’asur. Le haut-elfe était remarquablement synchronisé sur les déplacements de son adversaire. On aurait dit une chorégraphie irréprochablement et préalablement orchestré.
- Tu te bats bien pour un asur, dit l’assassin tendit qu’il valsa sur la gauche et tenta de frapper la cuisse de son adversaire.
Le coup fut une nouvelle fois parer.
- Ce n’est pas la première fois que j’affronte l’un de vos assassins.
- Et tu es toujours en vie ? Bel exploit. Malheureusement, cela ne durera pas.
- C’est ce qu’on verra. Quel est ton nom druchii ? Je sais que ce vous ne gardez pas votre nom de naissance vous les assassins, mais vous en avez quand même un.
- Pourquoi veux-tu le savoir ? Mon identité importe peu.
- Non, l’identité importe toujours druchii. J’ai besoin de ton nom car j’aime connaître le nom des guerriers valeureux que je bats.
- Eh bien, chien d’asur, il te faut d’abord me vaincre. Allez, assez jouer maintenant, je n’ai pas que ça à faire.
L’assassin accéléra le rythme et surpris ainsi son ennemi. Le haut-elfe réussit quand même à tenir la cadence mais la fatigue commençait à peser lourd. L’assassin compris qu’il tenait là un avantage et accéléra encore le tempo, encore et encore ! Il sautillait dans tous les sens, enchainait les coups dans un rythme effréné. Ses lames semblaient pleuvoir tout autour de l’asur et celui-ci avait de plus en plus de mal à parer quand soudain, l’une d’entre-elle le transperça. Sans un mot, il s’écroulait par terre.
- Je dois reconnaitre que toi aussi tu étais un guerrier valeureux pour un haut-elfe. Tu savais que tu ne pourrais pas me battre et tu t’es sacrifié pour sauver ton maître. Quelle loyauté ! Tu m’as donné plus de mal que prévu. Quel est ton nom ?
- I…Ilen…drion, parvint à murmurer celui-ci difficilement.
- Ilendirion ? Je me souviendrais de ce nom. Tu m’as demandé le mien, et même si tu ne m’as pas vaincu, je vais te le donner. On me nomme Sombrétoile.

***

Plus loin, Belaacor et ses guerriers massacraient des gobelins par dizaines. Plus ils en tuaient et plus il en venait. Une boule de feu explosa derrière le dos de Belaacor. Des gobelins hurlèrent de terreur. Belaacor lança un regard reconnaissant envers Tyléon. Sur la droite, un lancier se fit transpercer dans le dos par une lance gobeline. Sur la gauche, une grosse main verte et fantomatique écrabouilla trois autres lanciers. Tyléon dissipa le sort ennemi. En colère, le peau-verte, qui était un chamane gobelin de la nuit, concentra son énergie pour lancer un nouveau sort, cette fois sur le mage asur. Mais Tyléon était loin d’être un débutant, il était après tout l’élève de l’archimage Duplion, et dissipa ce nouveau sort. Pris d’une rage folle, le chamane avala d’un coup tous les champignons magiques qui lui restaient dans un sourire narquois et vorace. Cependant, son sourire s’effaça rapidement et ses joues se mirent à grossir. Puis, c’est tout son corps qui se gonflait comme un ballon de baudruche. Il explosa dans un vacarme assourdissant. Les gobelins aux alentours commencèrent à paniquer mais furent rassurer de voir du renfort arriver.
- Ils sont trop nombreux, hurla un garde maritime.
- Jusqu’à la mort, rugit Belaacor en sachant sa dernière heure arrivée.
Mais il se trompait.
- Chargez ! cria une voix elfique éloignée.
Or, cette voix, Belaacor la connaissait. C’était celle de son ami. Il se retourna et vu avec plaisir, le caledorien Meleas charger les gobelins à la tête des princes dragons.
Les cavaliers asurs s’abattirent sous un bruit de tonnerre sur les petits peaux-vertes et leurs lances les transpercèrent. D’autres gobelins furent piétinés sous les sabots des coursiers elfiques.
Cette fois s’en était de trop pour les froussards gobelinoïdes et plusieurs d’entre eux prirent la fuite.
- Par Isha Meleas, tu ne peux pas savoir comme je suis heureux de te voir. Avec tes cavaliers, nous pouvons surement les repousser.
- Non Belaacor. Ton père le prince m’envoie pour te mettre à l’abri derrière les murailles. Nous ne pourrons pas les repousser. L’autre arche noire à débarquée sur la rive nord. Ton père a tenté de les retenir en vain. Il faut battre en retraite et espérer que nos murs tiendront.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Ven 26 Oct - 16:19


- Ils ont passés les portes !
Les peaux vertes s’engouffraient comme une vague à l’intérieur des murs et déjà de lourds kikoups s’écrasaient sur une population elfique paniquée. Le vacarme était à son apogée, des hurlements et des rires gutturaux sifflaient de tous les côtés.
- WAAAAAAGH ! eul’ fort é t’ad’nous ! Brulé tout !
L’orque n’avait pas fini de crier son ordre que déjà les premières torches étaient envoyées sur les habitations. Très vite les flammes dansèrent.
- Protégez les civils, hurla Belaacor. Mettez-les à l’abri dans le bastion.
Il trancha deux orques mais d’autre l’entourèrent rapidement, un de ses frères d’armes s’écroula un kikoup planté dans l’épaule, un autre fut transpercé par des lances gobelines. Très vite, il ne resta plus beaucoup d’elfes autour de lui mais Belaacor n’était pas décider à être vaincu facilement. Il était encerclé et se battait dans une frénésie incroyable, tuant tous les orques qui s’aventurait de trop près quand soudain, il remarqua que plusieurs des leurs étaient projetés plus loin.
- Poussé vous tad’fainéants. Ce z’oreilles pointues n’é ad’moi.
C’était l’orque le plus colossal qu’il est jamais vu. Il en eu des frissons. L’orque brandit un immense kikoup et donna le premier coup mais rata l’elfe. Belaacor profita de la lenteur de l’orque à relever son imposante arme pour contre-attaquer mais l’orque para d’un coup de bouclier qui propulsa l’elfe.
- Merde, quelle force colossale, jura Belaacor.
Il avait le nez cassé, le sang lui maculait le visage et troublait sa vision. L’orque chargea de nouveau et Belaacor évita au mieux ses coups. Soudain, un nuage de plume vint s’abattre sur l’orque et lui lacera la face. C’était l’aigle géant de Belaacor. Le massif peaux-verte grogna et agrippa l’aigle et d’un coup l’envoya valdinguer plus loin.
- Grimnyr, non ! hurla Belaacor tout en chargeant.
Son épée se planta dans l’épaule de l’orque qui profita du coup pour attraper le poignet de l’elfe.
- Ha ha, té za moi ! Lé chopé le z’oreilles pointues !
Il lâcha son kikoup est usa de sa main libre pour frapper plusieurs fois Belaacor. Il avait clairement l’intention de faire durer son plaisir comme un chat jouant avec une petite souris. Le kikoup aurait tué Belaacor trop vite. L’elfe perdit connaissance au bout du cinquième coup.

***

- Mon prince, il se réveille.
Belaacor ouvrit les yeux dans une semi-obscurité.
- Merci Atalwith, comment vas-tu mon fils ?
- J’ai…mal au crane et j’ai…soif…à boire !
- Vite donnez-lui de l’eau.
Atalwith lui apporta une carafe. Belaacor un bu une gorgée ce qui lui provoqua une quinte de toux. Après avoir repris son souffle, il recommença l’opération.
- Où sommes-nous ? demanda-t-il après un moment de relatif silence.
- Dans le bastion, fils. Les orques et les druchiis sont toujours à l’extérieur. Ils comptent nous laisser mourir de faim. Te souviens-tu de ce qu’il s’est passé ?
- Oui je crois…des orques dans la forteresse, répondit-il hésitant.
- Oui, c’est cela. Pardonnes moi, ils ont réussi à passer la porte nord. Tu t’es retrouvé en duel contre un orque massif. Il allait t’abattre quand je suis arrivé accompagné de maîtres des épées. Je l’ai abattu et t’ai ramené dans le bastion avec les survivants.
Soudain, ils entendirent des cris sauvages à l’extérieur et un violent raffut. Plusieurs coups assourdissants furent donnés sur les portes du bastion et les tambours de guerre orques se mirent à chanter. Un frisson parcourut la salle et les elfes s’échangèrent des regards. Sous celui interrogatif de Belaacor, Thelmek déclara :
- Ils sont las d’attendre, une bagarre a encore due se déclarer dans leur rang.
- Que fait-on maintenant ? demanda Belaacor.
- Il nous faut tenter une sortie. Il y a près de mes appartements un passage secret qui nous mènera près du port. Avec un peu de chance nous réussirons à nous enfuir.
- Vous voulez abandonner la forteresse ? interrogea l’archimage Duplion incrédule.
- Nous devons sauver ce qui peut-être encore sauver. Peux-tu marcher fils ?
- Oui je crois.
- Bien, c’est le moment d’en profiter. Ils sont distraits par leurs querelles internes, ils seront ainsi pris par surprise. Soldats, tenez-vous près.
Les elfes se mirent donc en position de charge, serrèrent les rangs, les arcs furent bandés et les mages concentrèrent leur énergie. Thelmek demanda en murmurant à l’oreille de Meleas le calédorien de veiller sur son fils puis donna l’ordre d’ouvrir les portes. Une fois la chose faite une volée de flèche vint s’abattre sur les orques. Déjà, les premiers gobelins surpris commencés à fuir.
- Chargez, ordonna Thelmek et les elfes s’engouffrèrent à l’extérieur du bastion.
Mais certains orques attendaient et contre-chargèrent en poussant un terrible cri de guerre.
Le choc fut violent, les coups pleuvaient de partout et déjà beaucoup d’elfes tombaient à terre. Les orques venaient de partout, bientôt Belaacor ne put plus rien distinguer dans le chaos de la bataille. Sa tête lui faisait encore souffrir. Un orque se jeta sur lui mais fut éliminer par Meleas.
- Vient, lui dit-il, il ne faut pas rester là. Suivons ton père.
Du faut des murailles, les arbalétriers druchiis ne se gênaient pas pour faire feu dans la mêlée.
Belaacor et Meleas avançaient tant bien que mal et ils avaient dépassé la cour intérieure quand soudain deux trolls de pierre se mirent en travers de leur chemin. L’un deux tenta une frappe mais Meleas lui coupa un bras mais celui-ci commença à repousser. Il se jeta sur un lancier qui avait suivit les deux héros et lui arracha les membres. L’autre troll s’avança vers Belaacor et fit une drôle de grimace.
- Il va vomir, hurla Meleas.
Le troll commença à ouvrir la gueule quand une énorme boule de feu s’écrasa sur sa tête qui explosa. L’autre troll tétanisé prit ses jambes à son coup.
Duplion avança avec Tyléon à ses côtés.
- Ça va, demanda-t-il ?
- Oui, répondit Belaacor. C’était moins une, merci !
- Où est Thelmek ? demanda Tyléon.
- Il est partie devant, nous avons été retardés.
- Nous aussi, rajouta Duplion, par une satanée de sorcière suprême qui nous a donné bien du mal.
- Et avez-vous vu Atalwith ? demanda inquiet Belaacor.
- Malheureusement, il n’a pas réussi à forcer le passage. Avec quelques hommes nous l’avons vu battre en retraite et retourner dans le bastion afin d’en sceller les portes. Nous ne pouvons plus rien faire pour lui.
Soudain une horde de corsaires arrivèrent bloquant le chemin qui menait vers le passage secret.
- Ils sont trop nombreux, observa Tyléon. Nous n’arriverons jamais à forcer le passage à nous quatre.
- Vite, aux écuries. Avec un peu de chance ils ne nous attendront jamais là bas ! proposa Meleas.
- Très bien, allez-y devant moi, ordonna Duplion. Je vais les retenir un peu et les mener ailleurs. Je vous rejoindrais au plus vite.
D’un signe de main, un énorme phénix enflammé s’envola en direction des corsaires tandis que Belaacor, Meleas et Tyléon courraient en direction des écuries.
Sur le chemin ils tombèrent sur quelques peaux-vertes qui étaient en train de se disputer les carcasses d’elfes morts. Ils n’eurent pas d’autres choix que d’engager le combat. Tyléon s’était mis en retrait afin de soutenir Belaacor et Meleas grâce à ses sorts. Aucun de ses peaux-vertes n’étaient un fin bretteur et les trois elfes remportèrent finalement la victoire en quelques minutes faisant fuir les derniers peaux-vertes désespérés. Arrivée près des écuries, ils furent rassurés de voir Duplion les rejoindre. Ce dernier semblait exténué mais bien vivant.

Les écuries étaient là et aucun druchiis ni orques au alentour. Quelle chance pensa Belaacor. Ils pénétrèrent donc à l’intérieur d’un pas pressé. Un corsaire elfe noir était là ; il était en train de prendre un cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 31 Oct - 1:06

- Relâche immédiatement ce coursier immonde chien.
Le corsaire se tourna vers eux et commença à enlever sa cape en peau de dragon des mers.
- Attendez ne me tuez pas je peux vous expliquez mais il faut partir ils seront bientôt là je ne suis pas un elfe noir.
- Tiens donc, je me disais aussi ! Voyons ce que dira ma lame qu'en tu auras les tripes à l'air libre.
- Meleas attends, l’interrompit Belaacor. Parles qui que tu sois.
- Merci mon seigneur, je me nomme Kryl et il n'y a pas très longtemps encore j'étais un esclave au sein d’Har Ganeth. Je me suis échappé il y a peu de temps et j'ai pris la place d’un des corsaires des dagues pourpres car je savais qu'il quittait Naggaroth. Je pensais prendre un navire pour rejoindre Ulthuan car j'ai à parler au roi phénix d'une chose importante.
- Au roi phénix rien que ça, Belaacor je suis sur qu'il ment pour sauver sa peau. C'est tout ce qu'ils savent faire mentir et trahir. Tuons-le vite et partons d'ici.
- Meleas ça suffit. Et qu'est que tu as à dire au roi de si important ?
- Je dois lui parler d'un cercle appelée le cygne noir, le noble elfe noir qui m'a réduit en esclavage en fait parti, il se nommait Lanethar et ce cercle est à la recherche d'artefacts très puissant mais je ne sais pas pourquoi ils les recherchent. Je sais juste qu'il y en a un qui se trouve dans les montagnes du bord du monde.
- Belaacor nous perdons du temps avec cet elfe il nous ment tuons le et partons.
- Duplion qu'en penses-tu ? interrogea Belaacor.
- Je ne sais pas trop, tout ce que je sais c'est que si nous le tuons alors qu'il disait la vérité nous perdrons alors des informations peut-être très importantes.
- Tu as raison. Écoute Kryl si tu te laisses faire nous ne te ferons aucun mal, un de mes elfes va te ligoter le temps que je réfléchisse sur ton sort et nous allons t'emmener avec nous.
- Tu n'y penses pas, dès qu'il aura l'occasion il nous poignardera dans le dos.
- Ca suffit Meleas, ligotes-le et partons.
- Merci mon seigneur, fit Kryl.
- Ferme la chien et si tu bouges permet moi de te dire que je me ferais une joie de te trancher la gorge.
Des cris se firent entendre à l’extérieur des écuries. Les elfes se dépêchèrent de seller les chevaux et de grimper dessus. Meleas ficela bien son prisonnier derrière lui et tous partirent d’un coup au gallot.

Quelques orques étaient déjà en train de se rassembler à l’extérieur.
La charge, couplée à quelques projectiles magiques envoyés par les deux mages, fut suffisante pour leur ouvrir le passage. Ils passèrent la porte, gardée uniquement par quelques gobelins, sans trop de difficultés. Heureusement l’ennemi, pensant les asurs encerclés les avait sous-estimé et avait négligé de mettre une bonne garde aux portes. Malgré tout, quelques traits d’arbalètes sifflèrent quand même près de leurs oreilles mais le bouclier magique de Duplion les protégeait de toutes blessures.
Ils atteignirent le pont qui reliait la petite île au reste du continent. Celui-ci était heureusement abaissé. Quelques orques étaient à leur poursuite plus loin mais leur cas fut vite réglé avec quelques boules de feu magique.

Cette fois ils étaient sauvés pour de bon. Ils jetèrent un rapide coup d’œil sur la forteresse qu’ils venaient de quitter. Des volutes de fumée s’élevaient encore lentement dans le ciel et les cris résonnaient encore dans les murs. Soudain, Belaacor remarqua une forme planait dans le ciel. C’était un aigle géant.
- C’est Grimnyr, fit-il tout joyeux. Il est vivant.
- Et maintenant que fait-on ? interrogea Meleas.
- Rendons-nous à Aragnheim en attendant de trouver un moyen de retourner en Ulthuan. Nous avons toujours eu de bonnes relations avec Boris Nurglinter, il acceptera de nous accueillir.



La suite, je ne sais pas quand, j'ai un peu d'avance sur mes textes mais je ne vais pas avoir beaucoup de temps ces prochains jours alors je préfère garder quelques textes au chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 26 Déc - 22:28

Allez, un nouveau texte, ça faisait longtemps. J'espère qu'il vous intéressera.

Aragnheim, principauté frontalière :


- Bien évidemment, monsieur l‘elfe, avec les nombreux services que vous nous avez rendu, vous êtes les bienvenu dans ma cité, fit l’homme de petite taille assis derrière un grand bureau de chêne.
- Nous vous en sommes extrêmement reconnaissants. Nous avons parcouru une longue route et nous sommes las.
A leur arrivée à Aragnheim, les elfes avaient été autorisé à entrer (cinq elfes, dont un ligoté, ne semblaient pas représenter une grosse menace) et on avait permis à Belaacor de s’entretenir avec Boris Nurglinter afin de savoir s’ils pouvaient rester un moment, tandis que des soldats prenaient en charge le prisonnier.
- Mais dîtes en moi plus sur ce qui vous amène à chercher refuge chez moi.
- Une très mauvaise nouvelle, pour vous et toute la région. Les dagues pourpres, allié à une bande d’orques se sont emparés de la forteresse du dragon d’où nous avons réussi à fuir.
- Par Sigmar, s’étonna le gouverneur humain, c’est une affreuse nouvelle. Quelles seront leurs prochaines actions d’après vous ?
- Nous l’ignorons encore. Mais mieux vaut s’attendre au pire avec eux. Notre armée entravait leurs mouvements jusqu’à présent. Ils ne craignent plus grand-chose maintenant. Mieux, vaut pour cette cité se préparer au pire.
- Tss, fit une voix venant de derrière Belaacor. Notre forteresse est ancrée dans la montagne, elle ne tombera pas aussi facilement que votre vulgaire caillou.
- Allons, allons, Joseph ! ne manque pas de courtoisie envers ce noble elfe. Il connait bien les druchiis et s’il pense que nous pouvons courir un danger, mieux vaut être prêt. Fais doubler la garde.
- Mais monsieur, ça va nous coûter…
- Ne discute pas mes ordres. Fais doubler la garde.
- Comme vous voudrez, abandonna-t-il avant de quitter la salle.
- Pardonnez mon trésorier monsieur l’elfe, il est jeune et manque de diplomatie mais c’est un brave homme.
- Nous avons ramené un prisonnier avec nous, reprit Belaacor. Il prétend être un ancien esclave mais c’est difficile à croire. En l’interrogeant nous en apprendrons surement plus sur les plans des druchiis.
- Je suis au courant pour le prisonnier. J’ai donné l’ordre de le faire transférer au cachot. Peut-être pourrions nous l’interroger tout de suite, j’ai hâte d’entendre ce qu’il a à nous dire.

Et l’homme se leva, il n’était vraiment pas très grand. Il s’avança d’un pas godillant vers la sortie de la pièce et fit signe à Belaacor de le suivre à l’extérieur. Il avait les cheveux grisonnant et un visage à l’allure minable qui contrastait avec ses riches habits.
Ils rejoignirent tous deux Tyléon, Duplion et Meleas qui attendaient à l’extérieur. Belaacor fit rapidement les présentations avant que Nurglinter remarque une ombre planée au dessus d’eux.
- N’ayez crainte monseigneur, le rassura Belaacor, cet aigle géant est avec nous. Il est totalement inoffensif. Il ne vous causera aucun souci et se nourrira seul en allant chasser dans les collines.
Boris Nurglinter acquiesça sans chercher à en savoir plus et mena les quatre elfes vers les cachots.
Ils traversèrent la grande place de la cité, c’était apparemment jour de marché. Une odeur acre de poisson flottait dans l’air. Quelques soldats aidèrent le petit groupe à se frayer un chemin dans la foule. Belaacor s’aperçu qu’ils attiraient de lourds regards sur leur passage. Visiblement, ces humains n’avaient pas l’habitude de voir des elfes par ici.
Ils durent traverser une autre rue avant d’arriver devant un imposant bâtiment de pierre. Quand ils virent le comte Boris, les gardes s’écartèrent et ouvrirent la porte au groupe. Après avoir descendu un étroit escalier et traversé un couloir, ils arrivèrent devant l’humide cellule où l’elfe prisonnier avait été installé. Il été allongé sur un peu de paille. Boris Nurglinter l’observa d’un œil inquiet.

- Quel est ton nom druchii ? commença Belaacor.
- Je m’appelle Kryl, je vous l’ai déjà dit, et je ne suis pas un druchii, je…
- Mouais, on connait cette version, le coupa Meleas. Nous, ce qu’on veut maintenant, c’est la vérité.
- La vérité c’est que je suis un ancien esclave d’Har Ganeth et que j’ai réussi à m’enfuir…
- Comment ? l’interrompit Belaacor.
- Une bagarre orque s’est déclenchée et j’ai profité de cette diversion pour m’échapper. Je connaissais bien la demeure, j’y étais esclave depuis tout petit. Je n’ai pas eu de mal à passer le mur.
- Et pour quitter la ville ?
- J’ai pris l’équipement d’un corsaire assassiné dans la rue qui devait embarquer vers le vieux monde. Le capitaine a accepté de m’embarquer contre de l’or que j’avais volé auparavant.
- Ben voyons ! On perd notre temps, on aurait du le tuer dès le début.
- Cela suffit Meleas.
- Je vous en prie, vous devez me croire. Il faut que je prévienne le roi-phénix. J’ai des informations très importantes à lui apporter. Le monde est en danger.
- Moi je dis que ça sent l’assassin à plein nez, affirma Meleas.
- J’en doute, poursuivit Duplion. Un assassin n’inventerait pas une histoire aussi ridicule juste pour approcher le roi-phénix.
- Est-ce que ça concerne le plan des dagues pourpres dans la région, s’inquiéta Nurglinter. Aragnheim est-elle en danger ?
- Aragnheim ? s’étonna Kryl. Jamais entendu parler. Mais si cette ville se situe dans ce monde alors, oui, elle est en danger. N’avez-vous pas entendu quand j’ai dit que le monde entier était en danger ?
- Comment, un simple esclave peut-il avoir reçu ce genre d’informations ?
- Lanethar, mon m…ancien maître en parlait avec son supérieur, Nespotane Nyraldice si j’ai bonne mémoire. Ils font tout deux parti d’un ordre, le Cercle du Cygne Noir qu’ils appellent ça et sont à la recherche de plusieurs artefacts d’une puissance extraordinaire.
- Veux-tu réellement nous faire croire qu’ils auraient parlé d’informations aussi vitales devant un esclave ? demanda Meleas dubitatif.
- Je sais, cela peut paraître fou mais vous devez comprendre que pour un druchii, un esclave ne vaut pas plus qu’un vulgaire meuble. Nous n’existons pas pour eux, nous ne sommes rien ! Ils ne s’imaginaient jamais que je sortirais un jour du palais de Lanethar. C’est ainsi que fur et à mesure des années, ils n’ont plus du tout fait attention à moi.
- Quel est le pouvoir de ces artefacts ? demanda Boris.
- Je n’en sais rien exactement, avoua Kryl. Mais ils ont parlés d’un rituel et qu’une fois qu’ils auront réunis les huit ils seront capable de conquérir le monde.
- Ridicule, affirma Meleas. Belaacor, laissons-le moisir ici. C’est tout ce qu’il mérite.
- Si tu ne peux pas nous en dire plus, poursuivit Belaacor, alors tu ne nous es pas utile. Partons.
- Attendez, cria Kryl. Ils ont parlés d’un des artefacts. La couronne des joies ou quelques choses comme ça.
- La couronne des extases ? demanda Boris surpris.
- Oui c’est ça. Elle est quelque part dans les montagnes du bord du monde et ils seront bientôt à sa recherche.
- Cela vous dit quelque chose, comte Boris ? demanda Belaacor.
- Une vieille légende naine traitant d’une couronne maléfique des premiers âges. J’en avais entendu parler lors d’un de mes voyages à Karak Merak. Je ne me souviens plus de ce que ça disait.
- C’est ça, c’est ça, s’impatienta Kryl. Vous voyez bien que je vous dis la vérité. Il faut faire vite avant qu’ils la trouvent.
- Cette couronne existe peut-être vraiment mais ça ne prouve pas que tu ne nous ais pas menti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Mer 26 Déc - 22:53

Très très sympathique, mais je ne suis pas sûr d'avoir bien saisi la nature de ces elfes ... druchiis ou hauts elfes ? Ils ont un aigle mais il n'est dit nul part que ce sont bien asurs ... la suite happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Jeu 27 Déc - 1:45

Si ce sont bien des asurs, ce sont ceux qui ont parvenus à fuir la forteresse du dragon (une forteresse haut-elfe) après l'attaque des druchiis (voir les textes précédent).

Bon c'est vrai que ça fait un moment que je n'avais pas posté, donc pour se rappeler, ce n'est pas vraiment évident.

La suite devrait arrivée d'ici la fin de la semaine, elle mettra en scène Thelmek (le père de Belaacor) qui sera de retour en Ulthuan avec quelques autres survivants de la forteresse du dragon.

N'hésites pas à poser des questions s'il y a autre chose que tu n'es pas sûr d'avoir compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Sam 29 Déc - 18:36

Lothern, Ulthuan :

- Avances Thelmek. Viens donc nous faire part des affreuses nouvelles que tu nous apportes.
Thelmek s’avança donc à travers cette immense salle et une fois arrivée devant l’elfe qui venait de lui adressait la parole, il s’agenouilla.
- Mon roi, je suis désolé…
Les murs de la salle étaient recouverts d'un marbre blanc si pur que l'on pouvait se voir dedans comme dans un miroir. Des statuts de tous les anciens rois phénix étaient alignés entre les colonnes de pierres et une immense fresque murale d'Aenarion le premier des rois phénix lors de sa victoire contre les quatre démons majeurs du chaos était suspendue sur le mur derrière le trône du roi. Des gardes phénix se trouvaient également dans la salle, immobiles, statiques et silencieux.
Sur les côtés de la salle, d’autres elfes se tenaient là et observaient d’un œil curieux Thelmek. Il y avait des courtisans, des marchands et quelques chefs militaires. Thelmek reconnu parmi eux Isarion qui l’observait d’un œil impassible et fier.

- Quand ma garde maritime m’a annoncé que deux de tes navires étaient arrivée avec une cargaison de blessé, reprit Finubar le roi phénix, j’ai compris que le pire était arrivé.
- En effet, votre majesté, j’ai le regret de vous annoncé que la forteresse du dragon est tombée.
Des voix choquées s’élevèrent parmi la foule.
- Racontes moi Thelmek, fit le roi la mine visiblement consternée. Qui étais-ce ?
- Les dagues pourpres, majesté. Ils sont venus avec leurs deux arches et ont amené avec eux une bande de peaux-vertes.
- Par Isha, ils n’ont vraiment plus d’honneur…Veuillez nous laisser, ordonna-t-il à sa cour.
Tandis que les autres elfes commençaient à se retirer lentement dans le calme, Finubar le voyageur demanda à Isarion de rester.
- Racontes nous plus en détails, reprit-il à l’intention de Thelmek.
- Nous avons très rapidement été submergés par l’ennemi et ils ont réussi à passer les murs. Nous sommes restés plusieurs jours enfermés dans notre bastion puis j’ai décidé de tenter une sortie pour arriver jusqu’à nos navires. Nous avions fait tout notre possible mais la forteresse était perdue. Il me fallait sauver ce qui pouvait encore être sauvé. Beaucoup de nobles guerriers se sont sacrifiés pour permettre aux femmes et aux enfants de s’échapper et grâce à eux nous sommes arrivés jusqu’au port où nous avons embarqué le plus de monde possible dans les navires mais l’ennemi arrivait en nombre alors j’ai été obligé de donner l’ordre de partir et d’abandonner le reste de nos elfes. Cinq de nos navires ont quittés le port et très vite nous avons dû se séparer car les arches noires nous poursuivaient. J’ignore ce que sont devenus les trois navires qui ne sont pas rentrés mais je crains le pire.
Thelmek avait prononça son récit d’une intonation pleine d’émotion.
- C’est une bien triste nouvelle ! affirma Finubar d’un ton sincère. Et ton fils, est-il toujours vivant ? Et Duplion ? Et Atalwith ? Que sont-ils tous devenu.
- J’ignore malheureusement ce qu’ils sont tous devenus. Mon fils et Meleas me suivaient pendant un moment puis j’ai perdu leur trace. Ils n’ont jamais atteint le port. Ils sont très probablement morts à l’heure actuelle, ou alors réduit en esclavage. Atalwith, Duplion et Tyléon, je les ai perdus plus tôt. Quand a Ilendirion, il n’a jamais atteint le bastion où nous sommes restés plusieurs jours. Sa mort ne fait pas trop de doute.
- Téclis sera bien triste d’apprendre pour Duplion et son apprenti. Je sais qu’il avait beaucoup d’affection pour eux. Quant à moi, je suis vraiment peinée pour tout ces nobles héros et particulièrement pour ton fils.
- Majesté, s’avança soudain Isarion, laissez-moi partir pour les principautés frontalières et reprendre la forteresse à l’ennemi. Je ne vous décevrais pas. Je vengerais la mort de tous nos braves morts au combat.
- Malheureusement je ne peux pas permettre cela car j’ai moi-même des nouvelles alarmantes. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai souhaité que tu restes Isarion. Thelmek, pardonnes moi mais je ne peux pas t’accorder le temps de faire ton deuil.
- Que se pesse-t-il ? interrogea Thelmek inquiet.
- J’ai reçu un message provenant de Téclis, il a aperçu dans une pierre de vision qu’une incursion du chaos était imminente en terre d’Ulthuan. J’ai besoin particulièrement de vous deux pour la contrer. Rassemblez de nouvelles troupes et faites fronts communs pour repousser l’envahisseur. Il nous faut agir vite, nous connaissons bien les dégâts que peux infliger une armée du chaos si elle s’aventure trop en Ulthuan.
- Par Asuryan, maudits soient-ils, pesta Thelmek.
- Thelmek, je sais que tu as fait tout ton possible pour sauver la forteresse et je t’en remercie. Vous pouvez à présent tous deux vous retirez. Je vous conseille de partir tout de suite. Il ne faut pas perdre de temps.
- A vos ordres votre majesté, firent les deux princes elfiques en cœur.



Thelmek prit le chemin retour repassa devant les statuts des anciens rois phénix, passa les immenses portes gravées et entreprit la traversée d’un long couloir qui devait le mener vers la sortie du palais quand soudain, il s’aperçu que le prince Isarion était sur ses talons.
- Tu n'es qu'un lâche, déclara Isarion quand il fut à sa hauteur.
- Pardon ?
- Je dis que tu n'es qu'un lâche. A ta place moi je serais resté et j'aurais périt avec mes elfes plutôt que d'avoir fuit.
Le prince Thelmek s'approcha d'Isarion et lui dit :
- C'est parce que tu es bouleversé par la mort de nos confrères et que ma peine est grande que je ne te corrige pas. Si ceci se saurait passer dans d'autres circonstances je t'aurais volontiers appris le respect.
Puis le prince tourna les talons et quitta le palais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Sam 29 Déc - 19:36

clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 30 Déc - 23:20

Un petit smiley vaut mieux qu'un long discours à ce que je vois ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 30 Déc - 23:32

icon_mrgreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Dim 13 Jan - 14:04

Comme ça fait un petit moment que je n’ai pas posté, j’ai pensé faire un petit résumé des textes précédents.
Belaacor est un noble haut-elfe qui vivait dans la forteresse du dragon, une forteresse elfique des principautés frontalières. Un soir, la cité est attaqué par l’armée druchii des dagues pourpres dirigée par le grand squale Keith Balfatéus et une horde de peaux-vertes. Belaacor, accompagné d’un de ses lieutenants Meleas, de l’archimage Duplion et du mage Tyléon parviennent à fuir par voie terrestre avec un prisonnier Kryl qui prétend être un ancien esclave des druchiis.
Tous les cinq trouvent refuge à Aragnheim, une cité humaine des principautés frontalières où commencent l’interrogatoire de Kryl.
Pendant ce temps là, le prince Thelmek père de Belaacor, qui lui a réussi à fuir par voie maritime sans savoir que Belaacor était vivant, retourne en Ulthuan avec le peu de survivants et fait son rapport au près du roi phénix Finubar. Ce dernier lui apprend d’autres nouvelles de mauvais augures : une horde d’adorateurs du chaos a gagné le nord d’Ulthuan. Thelmek doit donc prendre la tête d’une nouvelle armée et collaborer avec son rival le prince Isarion pour repousser cette menace.





Aragnheim, principauté frontalière :



- Vite Belaacor vient voir.
Meleas, était entré dans la pièce en trombe. Voilà déjà plusieurs jours qu’ils étaient réfugiés à Aragnheim. Le comte Boris les avait installé dans une riche demeure de la ville et les nourrissait abondamment. C’était un hôte des plus accueillants, malheureusement c’était loin d’être le cas du restant des habitants de la ville. A chaque fois que les elfes marchaient dans la rue, ils s’attiraient des regards d’hostilités et on murmurait des choses sur leur passage. Certains paysans leur crachaient même dessus. Apparemment, les elfes étaient accusés d’attirer le malheur sur la cité.
La situation était tellement éreintante, que les elfes préférèrent passer tout leur temps soit dans leur chambre, soit aux cachots à interroger Kryl et essayer de le démasquer. Seul Meleas refusait de rester enfermé à l’intérieur et se fichait des ragots qui les visaient.
Ils avaient aussi cherché une embarcation pour Ulthuan, mais celles-ci étaient plutôt rares dans la région. De toute façon, Belaacor commencé à se demander s’il fallait vraiment rentré. Si Kryl disait la vérité, alors il valait mieux partir le plus tôt possible à la recherche de la couronne des extases. Le voyage aller-retour jusqu’en Ulthuan ferait perdre trop de temps. De plus, un petit groupe d’elfes pourrait surement retrouver plus facilement une relique que toutes une armée. Ils attireraient moins l’attention des autochtones.
Mais pour ça, il fallait déjà être sûr que Kryl dise la vérité.
- Que se passe-t-il Meleas ?
Duplion et Tyléon s’étaient redressé de leur somptueux lit pour entendre les nouvelles.
- Une armée humaine vient de rentrer d’expédition. Ils ont ramenés quelques choses ?
Pris de curiosité, les trois héros elfes décidèrent de suivre Meleas jusqu’à la grande place de la cité où des soldats étaient en train de décharger une cargaison.
Il y avait tout un tas de joyaux et pierres précieuses, des parchemins, des poteries et toute sorte d’ustensiles divers et variés. Il y avait aussi quelques objets de tailles plus importantes ; des sortes de statues et… Belaacor dut s’approcher pour voir de quoi il s’agissait…Un sarcophage !
Boris Nurglinter était là et discutait avec son trésorier Joseph Fried et un homme à l’aspect trapu et à la calvitie précoce. Tous trois avait l’air très ravis. Les elfes s’approchèrent.
- Qu’est-ce que cela ? demanda Belaacor.
Le trésorier leur jeta un regard froid.
- Oh ça, fit joyeusement Boris. Cette notre expédition de retour de Nehekhara. La pêche a été très fructueuse.
- Oui tout à fait poursuivit l’homme trapu en se frottant les mains, Aragnheim va connaitre la gloire maintenant.
- Je vous présente Ferdinand Molet, c’est le conservateur de notre musée.
- Un musée ? lâcha Tyléon surpris.
- Tout à fait, tous ces objets sont destinés à notre musée, expliqua le conservateur. Nous avons maintenant une grande collection et notre musée sera parmi les plus célèbres et concurrencera même les plus grands musées impériaux. Nous avons travaillé dur pour arriver à ce jour et nous avons du faire d’énorme sacrifice.
- Des sacrifices humains vous voulez dire, corrigea Meleas. Vous n’avez pas de navires, il vous a donc fallut traverser les terres arides et combattre des peaux-vertes pour arriver jusqu’aux désert. Et tout ça, juste pour quelques vulgaires babioles.
- Chaque soldats morts au combat connaissez les risques, s’emporta le trésorier. Mêlez-vous de vos affaires.
- Peu importe, poursuivit Belaacor. Ces objets ne vous appartenaient pas. Vous connaissez les légendes sur les néhékhariens. Vous avez risqué de réveiller un mal très ancien. Vous n’auriez jamais du.
- Pff, racontars de fillettes apeurées, se moqua Joseph. Ne nous en voulez pas de faire preuve de maturité et de ne prêter foi à ces histoires à dormir debout. Et puis, de toutes façons, notre ville est imprenable je vous le rappelle.
- La sagesse sait que chaque légende possède sa part de vérité, affirma Duplion.
- Vous n’allez pas nous faire croire que des morts vont se remettre à marcher jusqu’ici pour reprendre un trésor dont ils n’ont plus l’usage depuis plusieurs millénaires tout de même. C’est absurde !
- Aussi ridicule que ces histoires de rats bipèdes géants. Jamais rien entendu de plus aberrant. Comme si nous n’avions pas assez d’horreur dans ce monde pour ce mettre à croire à celles des contes.
- La magie est puissante chers humains, je sais de quoi je parle je suis un archimage de la tour de Hoet, et l’esprit des morts est rarement apaisé.
- Cela suffit messieurs les elfes. Vous abusez de mon hospitalité. Mon trésorier a raison, il n’y a absolument rien à craindre. Je vous prie de regagner maintenant vos appartements et de ne pas vous mêlez de cette histoire ou je me sentirais obligé de vous chassez de ma cité. J’espère avoir bien été clair.
- Absolument, s’excusa Belaacor. Pardonnez nous mais cela nous semblait être de bons conseils. Le monde possède bien des mystères et des forces étranges. En ces jours sombres, nous aimerions vous éviter plus de malheurs.
- Ne vous inquiétez pas pour nous, ce musée nous apportera que des choses biens.

***

Le soir les quatre elfes étaient réunis dans leur chambre et Belaacor faisait les cent pas dans la pièce et soufflait d’exaspération.
- Ça ne va pas Belaacor, demanda Tyléon.
- Non, toute cette histoire m’inspire la plus grande crainte.
- Peut-être qu’ils ont raison finalement, reprit Tyléon, et qu’il n’y a rien à craindre.
- Je ne sais pas, hésita l’elfe, Grimnyr semblait agité toute la journée.
- Tyléon, ne les ressens-tu pas ? demanda Duplion. Les vents de magie semblent agités ce soir. Il se prépare très prochainement quelque chose.
- Peut-être est-il temps de quitter cette ville, proposa Meleas. Nous nous y sommes que trop attarder.
- Mais pour où ? s’inquiéta Tyléon. Devrons-nous retourner en Ulthuan où partir à la recherche de cette hypothétique couronne naine ?
- Je crois que ce sera plutôt au roi phénix de juger de la véracité de cette histoire, déclara Belaacor. C’est décidé, nous partirons demain matin et nous prendrons avec nous notre prisonnier.
Soudain, les cloches retentirent dans la ville. Les elfes se jetèrent un regard surpris et décidèrent d’accourir dehors voir ce qu’il se passait.
Ils rejoignirent la grande place en quelques minutes et virent des soldats courir dans tous les sens.
- Vite, tous à vos postes ! hurla ce qu’il semblait être un des capitaines humains.
Les elfes se rapprochèrent de lui.
- Que se passe-t-il ? demandèrent-ils.
- Nous avons repéré une armée en approche, fit-il sur un ton accusateur. Ce sont les elfes noirs d’après ce qu’on m’a dit. C’est de votre faute tout ça, vous les avez attiré jusqu’à nous. Soyez maudits !

Les elfes ne répondirent pas et se précipitèrent vers les murailles afin de voir cette fameuse armée et tendit qu’il courrait dans cette direction, dans le musée, le conservateur était réuni avec deux de ses apprentis. Ils étaient effrayés car le sarcophage résonnait depuis un petit moment, de grands coups semblaient être donnés depuis l’intérieur même. Bientôt un hurlement s’échappa et le cercueil se mit à remuer. Plus l’armée ennemie approchait de la ville et plus le cercueil remuait. Soudain le couvercle valdingua. Un mal ancien venait de s’être réveiller.
Les elfes avaient atteints les murailles et distinguaient nettement l’armée ennemie malgré l’obscurité.
- Ce ne sont pas les druchiis, déclara Belaacor.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Jeu 17 Jan - 15:46

Ce texte est la suite directe du texte précédent. Il a été écrit en grande partie par mon frère. J’ai juste modifié deux ou trois trucs


Le sarcophage venait de s’ouvrir. Le conservateur du musée avait lâché un petit couinement de surprise mêlé de frayeur. Il ne comprenait absolument pas ce qui venait de se passer. Ses deux apprentis non plus !
Les trois hommes virent une silhouette d'une maigreur à couper le souffle se relever lentement du sarcophage et sortir de ce dernier une immense lame longue d'au moins 1,50mètres. Ils étaient tous trois terrifiés par ce spectacle mais ne bougeaient plus. La silhouette s'approcha d'eux et s'adressa à eux d'une voix grave et caverneuse.

- Où sommes-nous et qui êtes vous ?
Les trois hommes se regardèrent et aucun d'eux ne comprit ce que le roi venait de dire et de toute façon, aucun d'eux ne voulaient prendre la parole. Alors le roi des tombes se mit à hurler.
- OU SOMMES NOUS ET QUI ETES VOUS ?
Voyant que le roi des tombes commençait à s'impatienter le conservateur prit la parole.
- Bonjour ô grand roi de jadis, nous sommes très fiers de faire ta connaissance.
Le roi le regarda avec ses globes oculaires vides et lui dit dans un dialecte que le conservateur pouvait comprendre.
- Tu parles une langue d’esclave ? Qui êtes vous et où sommes nous ?
- Je me nomme Ferdinand Molet et je suis le conservateur du musée et nous nous trouvons dans la cité d'Aragnheim.
- Un musée ? Qui est ton roi esclave ?
- Arrêtez je vous prie de me traiter d'esclave. Je suis issu d'une famille noble de la cour d'Altdorf tout de même.
- Monsieur, je pense qu'il serait préférable de lui répondre. Cette créature ne m'inspire aucune confiance.
- Ne t'inquiète pas, je sais ce que je fais. Soudain un son de cloche sonna de l’extérieur de la ville et le roi s’énerva.
- DIS MOI QUI EST TON MAITRE ESCLAVE ET TA MORT SERA RAPIDE.
- Ma mort ? Mais… mais, pourquoi vouloir me tuer ? bredouilla Ferdinand Molet.
Le roi pris sa lame dans les deux mains et en une fraction de seconde décapita le conservateur.
- A qui le tour ?
- A lui, moi je vous dirai ce que vous voulez savoir.
- Soit.
Dans un grand revers de sa lame il décapita le second apprenti.
- Gloups ! Nous sommes à Aragnheim une cité des principautés frontalières et le comte Boris est notre gouverneur.
- Je ne connais pas cette cité, tu me mens ! Dans un troisième mouvement de sa lame, le roi trancha le dernier apprenti au niveau du buste.
- Et de trois.
Le roi se rapprocha des statues de marbre noir qui étaient disposés tout autour de la salle, et, après quelques mots celles-ci se réveillèrent.
- A vos ordres mon seigneurs que devons nous faire ?
- Accompagnez moi à l’extérieur nous devons rejoindre l'armée.

Sur les remparts de la ville Belaacor, Duplion et Tyléon arrivèrent au niveau de la porte de l’enceinte de la cité et virent le comte Boris et deux de ses capitaines en train de discuter sur le moyen de repousser l'envahisseur. Le comte Boris semblait terrifié et demanda de l'aide à Belaacor car il ne savait comment défendre la ville.
- Pitié, pitié Belaacor aidez nous à les repousser.
- Je vous avais prévenu que s'attaquer aux légions du sud était dangereux.
- Je sais, je sais, maintenant je vous crois.
- Il est trop tard pour ça espèce d'idiot.
- Je sais, je vous promets que la prochaine fois je vous croirais.
- Espèce de grosse barrique, s’énerva Meleas, il n'y aura sans doute pas d'autre fois.
- Gloups ! Vous voulez dire que nous sommes perdus ? N'y a t-il pas moyen de parlementer avec ces créatures.
- Vous les hommes n'êtes que des incultes. Il est impossible de parlementer avec les légions de Nehekhara, expliqua Belaacor. Ces créatures, comme vous dites, sont des morts vivants qui vivaient ici autrefois alors que vos ancêtres n'étaient que leurs esclaves.
- Aidez-nous par pitié ! Je vous payerai pour ce service.
- Je n'ai que faire de votre argent. Je vais vous aidez, mais simplement car il y a des femmes et des enfants en ces lieux. Peut-être qu'ils pourront un jour argumenter les légendes en racontant ce combat et faire encore plus peur aux enfants. Duplion, Tyléon prenez le commandement des arquebusiers et ne faites feu que sur mon ordre. Meleas, vas chercher notre prisonnier, amène le dans nos appartements, attache le bien et garde le sous la main. Mieux vaut être prêt à toute situation.
- Excusez-moi mais j'ai mes propres capitaines.
- VOUS VOULEZ MON AIDE OUI OU NON ?
- Heu ! Oui bien sur mais que faisons nous en attendant ?
- Avez-vous de la cavalerie ?
- Oui bien évidemment.
- Alors qu'un de vos capitaines en prenne le commandement et charge leurs lignes si les portes cèdent.
- Mais la cité est imprenable.
- Nous verrons bien.

Belaacor donna l'ordre aux arquebusiers de tirer une salve sur les rangs serrés de squelettes. Toutes les arquebuses se mirent à faire feu au même moment, sur les remparts du flanc est où se trouvaient Duplion et Tyléon. Des squelettes tombèrent par dizaines pendant que le second rang d'arquebuses se préparait à faire feu. Belaacor donna l'ordre et une seconde salve partit droit sur les squelettes qui s'écroulèrent de nouveau. Malheureusement ces derniers se relevèrent comme si rien ne s'était produit et commencèrent à avancer. Des rangs d'archers se trouvant derrière eux mirent le feu à leurs flèches avant de les décocher sur la cité, des maisons commençaient à prendre feu tandis que les archers décochaient flèches après flèches s'en relâche.
Sur les remparts, des charognards en lambeaux s'attaquaient aux arquebusiers et à l'intérieur de la cité, le sol se mettait à trembler. Les lanciers de l'empire virent sortir de la terre d'immenses serpents de marbre qui transformaient quiconque croisait leurs regards en statue de sable. Les chevaliers de l'empire s'attaquèrent à ses serpents pour défendre les hallebardiers qui étaient pris à partie. Soudain un cri horrible retentit dans la cité et tous les combattants morts vivants se mirent à combattre avec encore plus de sauvagerie. Le roi des tombes apparut dans la cour d'enceinte accompagné de ses ushabtis et engagea le combat contre les chevaliers de l'empire. Le capitaine de l'unité chargea le roi des tombes qui esquiva l'attaque et frappa le cheval de sa grande lame, lui coupant ainsi les deux pattes avant ce qui fit chuter le capitaine. Lorsque le capitaine se releva un ushabti se lança sur lui et le capitaine le frappa de toutes ses forces à plusieurs reprises pour le tuer. Après en avoir fini avec son adversaire il s'approcha du roi et le roi lui parla.
- Que comptes-tu faire contre ma toute puissance.
- Je vais te bannir de la surface de la terre.
- Ah ! Ah ! Ah ! Arrête donc de me faire rire, moi Hémihostès ne peut pas mourir je suis immortel à présent.
- C'est ce que l'on va voir immonde créature.
- QUOI ! MOI UNE IMMONDE CREATURE. JE VAIS TE FAIRE RAVALER TON SACRILEGE SALE CHIEN.
Le roi des tombes fonça sur son ennemi et le frappa avec une vitesse fulgurante sans que le capitaine ne puisse parer aucun de ses coups.
- Et de trente quatre.
Puis le capitaine s'effondra au pied du roi qui piétina son cadavre avant d'ouvrir les portes de la ville sans que personne ne puisse l'arrêter. Belaacor sentit que la bataille était perdue. Il sonna la retraite alors que le comte Boris hurlait sur les remparts à qui voulait l'entendre, que tout le monde devaient fuir.

Belaacor, Duplion et Tyléon se retrouvèrent lorsqu'ils se dirigèrent sur la maison où ils logeaient pour rejoindre Meleas et leur otage. Lorsqu'ils entrèrent ils expliquèrent à Meleas que la ville était perdue et qu'il fallait fuir, puis ils se dirigèrent vers l'écurie pour récupérer leurs chevaux et partir au plus vite. Mais sur leur chemin, ils tombèrent sur une unité de gardiens des tombes qui s'attaqua à eux. Belaacor et Meleas se battaient contre les gardiens des tombes alors que Duplion lançait des boules de feu sur ces derniers. Tyléon qu'en à lui gardait le captif Kryl. Évidement sous le poids du nombre les elfes furent débordés et les gardiens des tombes prenaient l'avantage. Un gardien des tombes approcha de Meleas sans que ce dernier le voit, et au moment ou il allait frapper, Kryl se libéra de l’étreinte de Tyléon coupa ses liens et tua le gardien, sauvant ainsi Meleas. Ce dernier fut très étonné de voir que Kryl l'avait sauvé et tous les elfes combattirent ensemble pour repousser les gardiens des tombes. Après une dizaines de minutes, ils réussirent à tous les tuer et entrèrent dans l'écurie pour récupérer leurs chevaux.
- Pourquoi m'a tu sauvé ? Un elfe noir n'aurais pas fait ça.
- Peut être parce que ce que je vous dis depuis le début est vrai.
- Alors si c'est la vérité, nous devrions partir au plus vite à la recherche de cet artefact.
- Meleas, même si ce que tu dis est juste, il me semble que le chef du groupe est encore moi.
- Ah oui c'est vrai Belaacor, allons y alors, mais je passe derrière toi.
C'est ainsi que les cinq elfes quittèrent la cité d'Aragnheim la laissant à la stupidité des hommes et à la sauvagerie des rois des tombes.



Dernière édition par Darris le Ven 18 Jan - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Jeu 17 Jan - 21:16

On sent la différence d'écriture, le texte me parait moins travaillé mais peut être n'est ce qu'une fausse impression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aligax
Saurus
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 20
Localisation : quelque part en Lustrie...
Date d'inscription : 20/02/2010

MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   Jeu 17 Jan - 22:51

Groar à vous !

C'est le premier commentaire que je poste sur ce récit mais sache que je l'ai lu en entier et avec grand plaisir, parce qu'on sent le boulot et les bonnes idées derrière.
Au passage, parce que je suis un maniaque, voilà quelques fautes que j'ai remarqué (en espérant que cela aide et apporte une -encore- plus agréable lecture du texte) :
Spoiler:
 
Voilà, il y a aussi des problèmes de ponctuation que j'ai pas corrigé car je ne sais pas si c'est volontaire ou non.
J'aime beaucoup le dialogue du Roi des Tombes même si, quand on lit, on a l'impression qu'il parle d'une traite comme là :
Citation :
Je ne connais pas cette cité tu me mens.
Et je dois avouer que j'imaginais plus un RdT parler plus lentement et posément (après, c'est peut-être que moi et mes délires étranges Laughing )
Citation :
- Ah oui c'est vrai Belaacor allons y alors mais je passe derrière toi.
C'est l'autre phrase qui me dérange un peu, pour le même genre de raisons.
Enfin bon, je te félicite néanmoins pour l'histoire et t'encourage pour la suite.
Citation :
Un petit smiley vaut mieux qu'un long discours à ce que je vois ^^
clap

Aligax
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les druchii de Kar Argond.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les druchii de Kar Argond.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les druchii de Kar Argond.
» [EN] Avis aux Druchii ! Rumeurs EN
» L’histoire des Druchii racontée par l'un d'entre eux
» Elnaroth, jeune Dynaste Druchii
» Les cités des druchii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du PPHL :: Temple des mémoires :: Récits-
Sauter vers: