Forum du PPHL


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hells Island

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Itzi-Bitzi
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 1711
Age : 20
Localisation : Dunkerque (nord)
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: Hells Island   Dim 21 Oct - 21:11

J'adore ton histoire alexy !
Je te suis depuis le debut !
Je connais plein de musique epic, n'hésite pas à demander!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Hells Island   Mar 23 Oct - 0:34

alexy999 a écrit:
Mieux qu'Hunger Games ??? Tu vas me faire rougir icon_mrgreen
Non plus sérieusement je ne vois pas beaucoup d'avenir au vu de la piètre qualité de mon scénario par rapport à ce que peuvent faire de vrais auteurs mais je suis très content que ça te plaise à ce point cool-blue

Je pense que tu te sous-estimes. Ton scénario est loin d’être d'une pietre qualité. J’ai déjà lu des trucs bien plus pauvres et bien plus prévisibles.
A ce niveau de l’histoire, je ne peux pas du tout dire comment ça va se terminer. On a déjà eu le droit à quelques surprises et je ne doute pas d’en voir d’autre avant la fin.
Tu as peut-être encore des progrès à faire mais une chose est sûr c’est que tu as du talent. Ton histoire a pris le temps de s’installer et tu as cherché à développer tes personnages. Arthur, dans le genre héros maudit est une belle réussite par exemple.
Et puis de toutes façons, le principal c'est de se faire plaisir à écrire et à inventer !
D’ailleurs à un moment il faudra que je prenne le temps de relire l’histoire depuis le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroshi1730
Skink
avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Hells Island   Dim 28 Oct - 18:03

Cette histoire déchire et j'ai trop du mal à patienter pour avoir la suite donc je vais te menacer toi et toute ta famille pour avoir la suite dans les plus bref délais tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mer 31 Oct - 18:10

Jour 38 Noémie

Je l'ai sauvé, et après j'ai appris que douze personnes sont mortes de sa main. On n'en sait pas beaucoup plus, « Lui » a annoncé qu'il serait jugé pour cet acte grave de tricherie. Il n'a pas dit comment. Pourquoi ? Si Arthur, la personne la plus ... forte de ce groupe a craqué, que vais je devenir ? Ils crient leur haine en public, certains disent qu'ils doivent le tuer. D'autres veulent l'exiler. Ils ne savent même ce qui s'est réellement passé. Je suis resté avec Florence pour changer ses bandages. Ses plaies commencent à cicatriser, même celle de la balle qui n'a pas traversé, mais il a perdu tellement de sang.

J'ai peur, encore plus qu'avant. Chaque fois que je crois avoir touché le fond, le sol s'effondre un peu plus sous mes pieds. Bientôt c'est le monde qui s'effondrera. Mais de toute façon ça n'y changerait rien, nous avons déjà tout perdu et nous nous raccrochons à des miettes de souvenirs. Mais des choses bien plus graves guettent à court terme. Ils ont demandés Arthur dans le bunker sous le camp. Florence et moi nous sommes vites dépêchées de lui administrer tout ce que nous savions qui aurait pu le ramener à lui un bref instant, mais en désespoir de cause nous avons fini par lui retirer la perfusion de morphine, la douleur a fait le reste.

Une heure qu'il est là dessous, les gens se sont calmés, maintenant eux aussi ont peur. Ils ont peur de lui, il a tué douze personnes et en est ressortit vivant. Quel genre de bête féroce est il ? Quel pacte a t'il conclu ? Sommes nous condamnés ou va t'il nous tuer sont le genre de questions qu'ils se posent. Peu se soucient de ce qu'il va lui arriver. En tout cas, qu'ils lui veuillent du bien ou du mal, le résultat de ce jugement est sans appel : « Non-coupable ». Voilà ce qui résonne encore dans les haut-parleurs du camp ... non-coupable.

Ils disent que s'il a commis une faute mineure en se rendant illégalement dans un autre campement, il n'est pas responsable de l'escalade de la situation qui a entraîné ce drame et est donc acquitté par ceux qui ont organisé ce cirque, ceux qu'on nomme maintenant les titans. Il n'a pas du rester conscient très longtemps, ils l'ont ramenés à sa clinique de fortune. Pas un son, personne pour redire quoi que ce soit, alors ils ont ajoutés que ce verdict ne pouvait être remis en cause et qu'il ne pouvait pas être condamné pour cela, à notre attention évidemment. Ils peuvent faire ce qu'ils veulent, ils ne les empêcheront pas de voir en lui maintenant, quelque chose pire qu'un monstre, un cauchemar.

Jour 39 : Hunters

Lucas : Mais quel con ! Ils auraient pu tous nous tuer pour sa merde, encore heureux qu'il n'y pas eu de répercussions sur nous ... Mais qu'est ce qu'il avait dans le crâne bordel de merde !!! On va tous mourir si on continue à le laisser faire. Et meeerde ... Je ne sais plus quoi faire, ce débile va tous nous tuer, un équipe entière ne lui a pas opposer de résistance, il faut qu'on soit prêt à le descendre au moindre geste suspect.
François : C'est un peu exagéré, une telle puissance nous servirais fort bien, mais il est clair qu'il ne doit plus avoir aucun rôle à jouer dans cette histoire.
Lucas : Éliminons le tant qu'il est dans le coltar !
François : Quand est ce que tu comprendras triple buse, on pose les question d'abord et on tire après.

Ils tenaient cette discussion dans la cabane du moniteur du ravitaillement. C'était devenu leur lieu de rendez-vous depuis qu'Arthur avait commencé à devenir une trop grande menace pour l’intérêt du groupe Aujourd'hui devait se dérouler l'épreuve de chasse, une des épreuves dites « sans risques » d'un cycle. L'objectif était des plus simple, trois heures pour rapporter la plus importante masse de gibier de la jungle alentour. Les groupes étaient déjà formés. Les Hurricane et les Nova étaient parti avec chacun avec un des chiens. Restaient au camps les Shadows et les Tempest. Peu enclin à participer. Élisa les avait rassemblé tous rassemblé.

Thomas : Ce que tu nous demande est inconcevable.
Aurélien : C'est de la folie pure même.
Élisa : Cette folie pure a fait en sorte que nous soyons encore en vie aujourd'hui.
Camille : On ne peut pas le nier, mais c'est dément.
Nathan : On s'en ait déjà remis à un fou jusqu'ici et je trouve qu'on ne s'en est pas trop mal sorti.
Vincent : Mais tu sais bien que personne ici n'est neutre.
Sarah : Exact, nous avons choisi notre camp depuis longtemps.
Élisa : Pourtant vous êtes là, vous êtes tous resté.

Le silence retomba, tous ici savaient ce qui n'allait pas tarder à arriver, on leur cachait les détails, mais ils savait ce qui allait arriver et leur objectif était de l'en empêcher. Alors qu’Élisa, Nathan, Camille soutenaient plutôt Lucas. Sarah, Vincent, Thomas et Aurélien se rangeaient aux côtés de François. Mais la cause pour laquelle ils se battaient nécessitait de mettre de côté leurs différents, pour survivre.

Élisa : Bien ... si nous sommes tous d'accord, il faudra être prêt à le soutenir quand il aura besoin de nous. Même si ce qu'il demande vous paraît absurde, obéissez. Et s'il faut le tuer pour empêcher la scission, alors faites le.

L'assistance se dispersa. Deux heures plus tard les escouades de Lucas et François revinrent, ils rapportaient quelques lapins et une sorte de chevreuil, le score n'allait pas être terrible ...

Jour 40 Florence

Hier soir, Arthur est sortit du coma. Ses blessures ont cicatrisés et il peut se déplacer même s'il souffre encore. La seule blessure importante qu'il a reçus n'ayant rien endommagé de vital il est sur pied, je n'y comprend rien, comment est ce qu'on peut survivre après avoir encaissé sept balles ? Le soir même, les comités se sont réunis. Il a été démis de ces fonctions au sein du comité martiale, le vote est passé à l'unanimité. Ils ont proposés que Louis le remplace. Je crains le pire, il a demandé du temps pour réfléchi mais c'est sans doute le pire choix possible. Louis sort avec Élisa, est encore le meilleur ami de Lucas mais est aussi super influençable par François, Louis est jaloux et en ce moment il croit que tous le monde veut lui voler Élisa, je soupçonne même François de l'avoir poussé à menacer Lucas la nuit où je l'ai trompé. S'il cède à un des trois partis, on aura un très gros problème sur le dos.

Mais en attendant, je supervise avec Noémie le rétablissement d'Arthur, nous avons préféré ne poser aucune questions. Nous devons nous charger de lui avec indifférence. Que ce soit un monstre ou un martyre. Les autres sont partis en reconnaissance. La dernière épreuve du second cycle approche. Nous avons défendu les ruines, anéanti la flotte allemande, gagné l'élémentaire de foudre grâce à Élisa et exécuté le parcours de tir, la chasse aura été notre seul échec car nous avons terminé sixièmes sur sept, nous n'avons presque pas gagné de crédits. Il ne nous reste que l'épreuve d'assaut, contre un convois blindé. Tous ceux qui se sont porté volontaires sont partis exploré toutes les zones que nous avons négligées depuis notre arrivée. Durant toute la journées ils ont cartographiée tout le périmètre et ont fini par trouvé une route qui sera le point de passage de notre convois. Il nous reste deux jours si on suit la logique.

Jour 41 Louis

J'ai accepté, je me moque de savoir ce qu'il ont derrière la tête, je leur prouverais que je vaux mieux que cet abrutis de « dieu ». Il verront, d’ailleurs personne n'a protesté quand nous avons reçus le lance-roquette et que je me le suis attribué. Ils verront, je leur prouverais que je vaux mieux que ça. Lucas et François compte à présent dissoudre l'escouade Tempest, mais si Arthur a été démis de son rôle aux comités il en reste le chef. Je peux les comprendre, Thomas et Aurélien se rallieront à François et Camille et Nathan nous rejoindront. Mais au vu du statut actuel, nous ne pouvons nous le permettre, Arthur gagne du soutien à chaque jour. J'en convient qu'éliminer une équipe à lui seul soit incroyable mais une bête sauvage ne mérite pas le titre de dieu, pas plus que le respect.

Nous trouverons un moyen de nous en débarrasser. En attendant il est remis sur pied et bien qu'affaiblit, se déplace comme il veut. Ce type est un miraculé, à mois que les soins fournit par nos amis les titans soient un brin plus avancés que ceux que nous connaissons. Après tout, un minigun géant et un sniper utilisant la technologie du tir électrique ce n'est pas banal. On a sûrement affaire à des tas de produits d'avant-garde pas encore sur le marché et qu'ils ont envie de tester en situation réelle. Je me demande à quel sorte de blindé on aura droit demain ...

Jour 42 : Vipère d'acier

lancez cette musique

François : Bon écoutez moi, d'après les informations qu'on a reçu, un convoi composé de quatre camions, deux véhicules d'escorte et un blindé empruntera la route non loin d'ici dans à peu près deux heure.
Lucas : Le plan d'action est simple, tendre une embuscade, faire un maximum de dégât et se replier.
Louis : Les armes lourdes ouvriront le feu sur le blindé et son escorte, nous comptons sur vous tous pour détruire les camions et occuper leurs éventuels soldats.
Élisa : Nous nous positionneront là où la route croise une clairière de sorte à avoir un maximum de terrain découvert entre nous et des soldats. Nous occuperons la lisière sur toute sa longueur.
François : Des question ?

Un silence de mort lui répondit, la perte de Jean était encore fraîche dans leurs esprits et la situation n'avait rien de rassurante. Tout à coup, quelqu'un posa une question, quelqu'un à l'écart du groupe.

Arthur : Et que comptez vous faire avec un plan pareil ?
Louis : On ne t'a pas sonné l'assassin.
Arthur : Pourtant si, avec un plan pareil vous courez à l'échec total, si ce convois est ici ça veut dire qu'aucune des autres équipe n'a réussi à l'éliminer. Ce n'est pas avec ce genre de stratégie que vous réussirez.
François : Qui te dit qu'on va se limiter à ça, on a commandé vingt charge explosives, on les posera sur la route et quand le convois cherchera à battre en retraite on le détruira.
Arthur : C'est bien ce que je craignais,
Lucas : Va te faire foutre d'accord ? Tu n'es pas en état alors tu reste ici, Louis a eu provisoirement le contrôle de ton escouade, si tu tente quoi que ce soit tu en payera le prix c'est clair salopard ?
Arthur : On ne eut plus clair .... pauvres fous.

Restant seul un moment, alors que tous les autres étaient partis, il se mit à pousser un long et terrible hurlement de rage. Il défonça la porte de l'infirmerie d'un grand coup de pied, prit son équipement et parti en courant à leur poursuite, mut uniquement par la colère. Pendant se temps dans la clairière, les escouades prenaient place.

Sarah : Pourquoi est ce qu'on doit placer les explosifs plus loin sur la route et pas sur la portion qu'ils vont emprunter avant de passer ici ?
François : Parce que nous ne savons pas quelle distance il y a entre les différent véhicules, de même ils pourraient décharger directement tous les soldats qu'ils transportent et notre embuscade tomberait à l'eau. Et puis s'ils battent en retraite se sera vers l'avant puisque c'est leur route.
Vincent : Mais tu n'avais pas dit qu'on avait commandé vingt charges ?
Lucas : On a prit les vingt pourquoi ?
Vincent : Ben ... je n'en ait trouvé que dix dans le sac.
Lucas : Arthur ... Bordel de merde ! Si je l'attrape je le bute !
François : Ce con va tout faire rater. Quelqu'un l'a vu ?

Toujours le même silence, soit personne ne l'avait vu, soit personne ne voulait le dire. Ses paroles les avaient tous troublé. Et ils lui accordait certainement plus de confiance en ce moment que jamais auparavant. Le trio pesta, il se lança dans un discours pathétique sur le fait que ce « dieu » allait encore une fois causé la mort d'autre personnes avec ses actions débiles mais peu leur prêtaient oreille. Dans son coin, Élisa sourit, le plan d'Arès pour eux se concrétisait.

Le convois arriva une demis heure plus tard, les hummers roulaient en tête, énormes jeep avec mitrailleuse monté sur le toit. Derrière eux, les camions, quatre camions bâchés. Et enfin, le blindé. Énorme machine montée sur huit roue avec elle aussi une mitrailleuse, mais d'un calibre plus élevé, monté sur le toit. Quand ils longèrent la clairière, les spécialistes ouvrirent le feu. Élisa élimina un mitrailleur sur le véhicules de tête, Lucas détruisit un camion en vissant son moteur mais François et Louis ratèrent complètement leurs tirs sur les hummers et ne réussirent qu'à faire sauter un camion de plus. Ils n'avaient plus l'initiative. Huit soldats sortirent de chaque camions restant et du blindé. Leur escorte entama de faire demis-tour pour venir leur porté assistance, un autre soldat avait déjà prit la place du mitrailleur mort.

François : Fait sauter les charges !
Lucas : Ils ne sont pas tous à portée !
François : Fais le ! Ou on aura pas ces putains de blindés !!!

Alors Lucas appuya sr le détonateur activant les charges placées un peu plus loin, enfouies sous la route de terre battue. Mais ils n'étaient bien pas à portée et avait déjà entamés un 180°. Un des hummer décolla sous le souffle de l'explosion mais se contenta de faire un tonneau pour retomber sur ses quatre roues, l'équipage sonné mais le véhicule indemne, ils jouaient de malchance.

Ils subissaient un véritable déluge de feu, plus de vingt soldats leur tiraient dessus ainsi que les trois mitrailleuses du convois. Les troupes ennemies progressaient vite et auraient bientôt quitté le terrain découvert pour les atteindre dans les sous-bois. Ils ne pouvaient même plus sortir de derrière leurs couverts tellement les tirs ennemis étaient intense. Ils allaient perdre, ils avaient mal très mal joué. Ce fut Zoé qui s'enfuit la première. Lorsque les balles sifflèrent à ses oreilles le traumatisme se réveilla, elle était la seule présente à s'être déjà prit une balle, elle eu peur, elle s'enfuit. Un à un, ils perdirent tous courage et battirent en retraite.

La mission du convois était de progressé sans être détruit, ils abandonnèrent donc les poursuites et reprirent la route. Seul deux camions étaient détruit, les véhicules armés n'avaient rien. Les hummers reprirent la tête de la colonne pendant que le blindé protégeait à nouveau l’arrière garde. Bientôt, le bruit des moteurs disparut. Ils étaient tous là, sain et sauf mais désespérés. Ils avaient échoué, ils n'avaient jamais connu un tels échec jusqu'ici. Quarante jours de victoire, pour en arriver là. Certains pleuraient, d'autre erraient sans savoir quoi faire. Ils avaient échoués.

Soudain, des explosions survinrent au loin, dix pour précis. Dix, c'était le nombre de charges qu'Arthur leur avait volé. Lentement, il se mirent marche pour voir ce qu'il s'était passé. Lentement, sans un mot. Ils débouchèrent sur une portion de la route qui longeait une falaise de pierre d'à peu près dix à quinze mètre de hauteur. Le convois avait été massacré, le blindé n'était plus que de la taule fumante. Le hummer de tête était écrasé par un rocher de plus d'une tonne et le reste des véhicules brûlaient, ils étaient resté coincés entre leur escorte détruite et n'avait rien pu faire pour éviter la boucherie. Lentement, ils s'avancèrent au milieu des décombres fumants.

Lucas : QUI A FAIT ÇA ???

Personne ne lui répondit. Alors il hurla, et hurla encore, jusqu'à ce que Florence lui mette la main sur l'épaule et pointe du doigt celui qu'ils regardaient tous. Arthur, assit sur le bord de la falaise.

Lucas : DESCEND ENFOIRÉ QUE JE TE FASSE LA PEAU !!!
François : TU A FAILLIS TOUS NOUS FAIRE TUER EN NOUS VOLANT SOMBRE IDIOT !!!
Lucas : TU M'ENTENDS CONNARD ? TU ES MIS AUX ARRÊTS, TU M'ENTENDS ? AUX ARRÊTS FILS DE PUTES !!!

François et lui se retournèrent, l'espace d'un instant ils eurent peur que personne ne les suivrait, mais personne ne les contesta, ils étaient encore les chefs ici. Pourtant, certaines personnes se tournèrent discrètement vers Élisa, mais celle-ci leur fit un timide non de la tête. Du haut de sa falaise, Arthur regardait l'horizon, le regard vide, son plan se déroulait comme prévu.


Dernière édition par alexy999 le Jeu 1 Nov - 17:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroshi1730
Skink
avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Hells Island   Mer 31 Oct - 23:25

épique, j'adore, ce arthur c'est jésus mais en mieu

Vivement la suite biggrin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Jeu 1 Nov - 15:28

magnifique texte comme d'hab (envois ton manuscrit a une maison d'éditeur je te dis )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Ven 2 Nov - 1:32

Jour 43 : Sophie

Premiers .... on avait perdu, et à lui seul il nous amène à la première place. Ça a un air de déjà vu. Ils l'ont enchaîné dans l'infirmerie après avoir fait réparer la porte et ajouter un verrou. On le détestait, maintenant on le craint. Le pire c'est qu'il n'a rien fait de mal, mais on le met tout de même en cage. Comme un fauve qu'on neutraliserait avant qu'il ne commette quelque monstruosité. On a peur. Lucas, François et maintenant Louis, ils deviennent de plus en plus tyranniques et paranoïaques. Ils vient des complots partout et ils n'ont pas tout à fait tord.

Nous sommes encore seize. C'est la moitié qui complote contre l'autre. Je soupçonne Élisa de chercher à prendre le pouvoir ou a aider Arthur à le faire. Et au nom de quoi d'abord ? On a pas besoin de monstre à notre tête mais de gens qui savent nous inspirer l'espoir. Je .... je ne sais pas quoi faire car je dois dire que ceux en qui je croyait me font maintenant presque aussi peur que ceux que je croyait être mes ennemis.

Le deuxième cycle s'est terminé, nous sommes à nouveau premier, derrière nous les allemands et les français. Les danois sont bon derniers, ils ne doivent plus être beaucoup. Le troisième cycle commencera dans deux jours, il commencera par l'épreuve du simulateur de combat spatial, sauf que notre commandant est arrêté sur la case prison.

Jour 43 : Zoé

Toute la journée, on a débattu sur ce qu'il fallait faire pour le lendemain. Il nous fallait quelqu'un pour le diriger ce foutu croiseur. Arthur aux arrêts, on sait ce qu'on va faire. Lucas est un de nos meilleurs pilotes, François gère tout l'armement du vaisseaux. Quant à Louis, personne ne lui fait confiance pour assumer cette tâche. Les discussions se sont prolongées toute la matinée et après le repas de midi. Finalement, notre trio a décidé qu'ils pouvaient se passer de commandant, qu'après il leur suffisait juste de remplir leurs rôles au maximum pour gagner.

J'ai été porter sa nourriture à Arès. Il m'a demandé ce qu'ils comptaient faire et quand je lui ait expliqué il s'est laissé aller à un grand éclat de rire. Il faut croire qu'on me surveillait car ils ont débarqué la seconde suivante.

Louis : On peut savoir ce qui te fait rire ?
Arthur : Hahahaha ... vous êtes pathétique.
François : Ce n'est pas nous qui faisons chier le monde jusqu'à nous retrouver enchaîner par nos propres frères.
Lucas : Tu es très mal placé pour te foutre de notre gueule petit con.
Arthur : Hahahahaha !!! Les mots et la forces brutes dont vous êtes chacun capable ne vous garderons pas en vie.
François : Ah bon ? Pourtant tu as tout perdu, personne n'éprouve d'affection pour toi, quand ils ont peur, c'est ton visage qui apparaît dans leurs cauchemars.
Lucas : Et est ce que ton arrogance te gardera en vie espèce d'enfoiré !

Sur ce, il lui décrocha un coup de poing à la mâchoire d'une telle force qu'Arthur tomba au sol, inerte quelque secondes, avant de repartir une nouvelle fois dans un profond fou rire. Lucas, à bout de nerfs, l'empoigna pour le ramener à sa hauteur.

Lucas : Qu'est ce qu'il y a de drôle merde !!!
Arthur : Ils ne vous laisseront jamais commander hahahaha !
Louis : Les titans n'ont rien à redire, nous n'avons transgressé aucune règle contrairement à toi.
Arthur : Oh non, je ne parlais pas des titans.
François : Tu crois peut être avoir encore du pouvoir sur ce qu'il reste de notre classe pauvre fou ?
Arthur : Les nôtres vous vouent un profond respect qui les empêche de voir à quel point vous êtes des incapables. Mais vous ne pourrez pas les tromper, pas eux. Hahahahaha !

S'en fut trop pour eux, ils commencèrent à le ruer de coups, pourtant, il n'en riait que de plus belle. Las, il le laissèrent à moitié inconscient et refermèrent la porte à clef. Se calmant petit à petit, il commença à verser des larmes et à parler tout seul.

« Pitoyables, encore plus stupides que je l'imaginais. Croient ils que la douleur physique peut encore m'atteindre ? Croient ils me faire souffrir avec la douleur mental alors que leurs mots ne sont que des égratignures sur un corps mutilé ? Encore plus stupides ... depuis que je t'ai perdu, il ne me reste plus rien ... j'ai déjà vendu mon âme, vendu mon âme aux enfers ... pour eux. Tu me manque tellement. Tout était de ma faute, je suis désolé ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Ven 2 Nov - 19:29

Jour 45: Bloody Hell

Nous avons été appelé, cette fois on nous a dit que nous resterions moins d'une journée dans le simulateur alors nous rien pris de particulier avec nous. Il y a eu une nouvelle polémique à propos d'Arthur, pour savoir s'il fallait le prendre avec nous ou non. Dans le doute, ils l'ont fait descendre pour l'attacher dans la pièce qui nous servait de cantine quand on y passait plusieurs jours. Mais arrivé dans la salle où nous attendait les casques, nous avons été surpris e voir que notre vaisseau avait encore été agrandie. Ils étaient tous plus gros que notre croiseur, tous les quatre. Aucun ne sortait du lot pourtant.

Vincent : Je ne comprend pas, pourquoi notre escorte dispose des même vaisseaux que nous ? Elle n'est pas censé comprendre des navires un cran en dessous ?
François : J'avoue ne pas comprendre non plus.
Lucas : Qu'est ce que c'est que ce merdier ...

Dans son coin, Arthur recommençait à rire, Lucas se remit à le rapper, lui demandant ce qui le faisait rire et essayant aussi de le faire taire.

Arthur : L'Avenger est juste sous vos yeux hahahahah ...
Lucas : Ta gueule !
Sarah : Dites, je ne me souvenais pas qu'on partait d'un hangar ...
Louis : Bah, non. On partait d'un quais la dernière fois, il n'y avait pas de plafond.

Lentement, il levèrent tous la tête vers le haut de l'écran géant qui faisait guise de fenêtre pour en rester sans voix. Arthur lui, souriait.

Élisa : Qu'est ce que c'est que ce truc ... ?
Arthur : Cuirassé, avec escorte de croiseurs lourds.

....

Nous prîmes nos postes, les changements étaient moins important que le passage de la première épreuve à la seconde, le calibre des armes et de la DCA avait encore augmenté, les pilotes avaient maintenant le contrôle non plus de deux IA mais de cinq. Ils reprirent les nom de codes pour la chasse de la fois précédente. Ils étaient prêts, d'ailleurs ils venaient de recevoir les coordonnées pour leur saut quantique. Mais le trio doutait, ils retournèrent voir Arthur, toujours enfermé.

Lucas : Tu sais des chose, balance la sauce !
Arthur : Non, je ne sais rien, je devine c'est tout.
François : Et tu crois nous faire avaler ça ?
Arthur : Nous sommes dans une sorte de film, tout est scénarisé,alors oui je devine ce qui va se passer.
Louis : Nous attendons ...
Arthur : Je n'ai pas besoin de vous expliquer, faites ce saut, et vous reviendrez me libérer cinq minutes après.
Lucas : Tu m'as l'air bien sûre de toi, tu n'as rien de plus que nous, tu resteras ici un moment.

Arthur lui fit un sourire sadique et Lucas ne trouva rien de mieux à répondre que de lui décroché un coup de pied dans les côtes. Il était toujours en train de rire, ils laissèrent tomber et remontèrent à la passerelle. Après quelques minutes de réflexion il entrèrent les coordonnées et l'Avenger et ses croiseurs lourds : Bloody, Carnage, Devastation et Exterminator, effectuèrent le saut.

A leur arrivé, il n'en crurent pas leurs yeux, il y avait un rassemblement impressionnant de dizaines de vaisseaux, des escadrilles de toutes les factions volaient en tous sens, prêtes à passer à l'attaque si la situation dégénérait. La plupart des vaisseaux étaient des croiseurs légers mais quelques croiseurs lourds et autres desroyers étaient aussi présent. Il apparut très vite qu'à part l'Avenger, il n'y avait qu'un seul autre cuirassé : L’Olympe de l'équipe française. D'un seul coup, un panneau coulissa dans le plafond et six écrans descendirent juste au dessus du radar où se plaçait d'ordinaire le « commandant ». François s'en approcha et découvrit les têtes des autres commandants. Il reconnut Aphrodite, Athéna, Apollon et Hadès, respectivement Dieux des Danois, des allemands, des irlandais et des Suisses, la cinquième personne était une fille assez mince qui représentait les anglais mais qui n'était pas leur « dieu ». Le sixième écran, celui de l'équipe française, n'affichait personne. Athéna commença à parler, François ne comprenait pas l'allemand mais ses paroles étaient sous-titrées sous l'écran presque instantanément.

Athéna : Vous avez dix minutes de retard et ... qui êtes vous ?
François : Je ... c'est moi qui commanderais notre équipe aujourd'hui.

Lucas et Louis lui adressèrent des regards noirs car ils s'étaient mis d'accord sur l'absence totale de commandant, mis la situation avait changée. Le commandant suisse continua, il était francophone. Vu qu'il comprenait ce qu'il disait sans avoir besoin de sous-titres, François pu mieux percevoir le début de colère dans son intonation.

Hadès : Où est Arès, que Héphaïstos ne commande pas les anglais car l’ingénieurie n'a rien à voir avec ça c'est une chose, mais peut on savoir ce que vous avez fait de votre dieu de la guerre ?
François : Il est aux arrêts.
Aphrodite : Voyez vous ça, et peut on savoir ce qu'il a fait ? Pourquoi l'enfermer ?
François : Il nous a caché des choses, volé du matériel, a comploté et nous a tous mis en danger voilà pourquoi.
Emily : Je m'appelle Emily, c'est moi qui commande notre équipe dans ces épreuves de simulation, et permettez moi de vous dire que vous êtes un abruti.
François : Je vous demande pardon ???
Emily : Autant mettre les choses au point, on vous déteste tous, vous êtes premier depuis le début. On vous haït, vous êtes au complet, presque pas de morts ...
François : Presque pas ? Deux personnes sont mortes pour ce jeu stupide !!!
Aphrodite : NOUS EN AVONS PERDU DIX ! LES AUTRES, ENTRE QUATRE ET SEPT !!!
Hadès : Vous êtes des gosses gâtés, Arès était un présent pour vous, une véritable bénédiction, là seule chose qui nous retient d’ouvrir le feu sur votre flotte juste pour vous faire chier c'est lui. Vous n'avez presque pas eu de morts, ça vous empêche de vous rendre compte de ce qu'est la guerre. Alors vous vous permettez de vous plaindre, comme des gosses gâtés qui ne savent pas ce qu'est le manque et la patience !

François était effaré, ce premier contact avec d'autres personnes le laissait sans voix, il ne savait pas du tout comment prendre la chose. Voyant cela, Hadès ramena la conversation sur Arès.

Hadès : Amenez le.
François : Je ne peux pas, et puis je sais aussi bien commander que lui, je ...
Apollon : Ne discutez pas ! Ceux qui ont un cuirassé sont ceux qui ont réussis à atteindre deux fois le classement du podium, ceux qui ont réussi une fois ont un croiseur lourd, nous les irlandais n'avons rien réussis de tout cela, nous nous contentons du Ratchet notre croiseur léger Et je refuse d'en céder le commandement à cet enfoiré de Zeus.
François : Zeus ?
Athéna : Là il est parti se passer les nerfs, ce type est un vrais tyran, obséder par le besoin de commander, et il a aussi un cuirassé. La seule chose qu'on a pu négocier avec lui pour l'empêcher d’imposer sa loi c'est de le convaincre que la seule personne plus aptes à mener le combat que le « dieu suprême » n'était autre que le dieu de la guerre, sans Arès cette coalition ne tient plus.
François : Quelle coalition ?
Apollon : Arriver à l'heure ça sert aussi à avoir le briefing, nous allons affronter une flotte ennemie tous ensemble, si on ne combat pas tous ensemble on est mort. Nous avions une heure pour nous préparer, vous venez de nous en faire perdre un quart.
François : Je refuse de laisser ce monstre sans cœur conduire l'assaut.
Athéna : Ce monstre sans cœur ... comment pouvez vous dire ça après ce qu'il a fait !!!
François : Massacrer tout une équipe en pleine nuit, les uns après les autres, moi j'appelle ça un monstre.
Athéna : Les uns après les autres ? On ne vous a pas montré la vidéo ?
François : Quelle vidéo ?
Athéna : La vidéo de ce qui s'est vraiment passé cette nuit là chez les espagnols.
Hadès : La vidéo qu'ils nous ont montré après l'avoir jugé pour nous justifier son innocence et non qu'on l'avait gracié pour son crime.
Apollon : La vidéo qui prouve qu'Arès est peut être le seul qui mérite le titre de dieu, c'est uniquement à cause de lui que nous ne vous crachons pas au visage aujourd'hui.
François : Qu'est ce que vous savez que j'ignore ???
Emily : Si on ne vous l'a pas montré c'est qu'il y a une raison. Nous ne dirons donc rien.
Aphrodite : En tout cas, vous feriez bien de revoir votre jugement à son sujet, je serais prête à dépenser tous nos crédit pour qu'une telle personne fasse partie de mon équipe ... allez le chercher, sans lui cet arrangement n'existe pas.

François n'avait plus le choix, à contrecœur il alla libérer Arthur. Quelque minutes plus tard, il regagnait la passerelle, libre. Il demanda aux autres de partir, il voulait s'entretenir en privé.

Arthur : Messieurs dames, merci pour cette libération. A vrai dire je m'attendais à ce qu'il vous tienne tête plus longtemps.
Hadès : Bonjour, avant de commencer, je ... je voudrais vous dire que je suis profondément désolé de ce qui vous est arrivé.
Athéna : On en a vu des horreur, mais rien d'aussi sinistre que ce que vous avez traversé. C'est ... c'est pire que la mort.
Arthur : Merci de votre soutien ... mais rien ne ramènera les morts.
Aphrodite : Alors tâchons de garder les vivants en vie.
Arthur : C'est ce que je m'applique à faire. Bon, alors je suppose que vous faites appel à moi parc que vous voulez contrôler " Zeus ", que nous allons affronter une flotte ennemies tous ensemble, que cette flotte sera supérieur en nombre, avec sûrement un vaisseau amiral spécial, et aussi que l'IA ennemie n'aura rien de particulièrement débile je me trompe ?
Apollon : Je vois qu'on vous a briefé.
Arthur : Vous voulez rire, c'est à peine s'ils m'ont regardé. Non, c'était prévisible, nous sommes dans un film, les titans ne sont rien d'autres que des producteurs et bien que leur public soit les hommes les plus riches de ce monde, il n'en reste pas moins des hommes qui ne doivent rien avoir de grand philosophes, le scénario est donc des plus simple. Et il n'y a pas de scénario qui puisse m'échapper.
Emily : Vous êtes bien celui que nous attendions.
Arthur : Laissez moi commander cette flotte en tant qu'amiral, et je vous jure que la victoire sera nôtre.
Zeus : Si vous échouez, comptez sur moi pour vous le faire payer.
Arthur : Content de voir que vous avez fini de râler. Bien passons aux choses sérieuses commandants, voici le plan ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroshi1730
Skink
avatar

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Hells Island   Sam 3 Nov - 1:19

vivement la suite biggrin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Sam 3 Nov - 1:52

Mais c'est géant ne t'arrette pas et envois ton scénario a un éditeur pour que tu sois reconnu s'il te plait ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Hells Island   Dim 4 Nov - 23:41

Que s'es-il vraiment passé lors de la confrontation entre Arthur et les espagnols ?
Je suis pressé de connaitre cette réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 26 Nov - 21:28

C'est pas bien de rien poster pendant longtemps est d'abandonne ses fans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mar 27 Nov - 3:33

Cette mégabataille spatiale est l'un des moment que j'étais le plus impatient d'écrire mais maintenant que j'y suis ... j'ai déjà rédigé trois textes différents et je ne suis satisfait d'aucun d'eux, je n'arrive pas à écrire cette bataille aussi bien que je le voudrais et ça m'éneeeeerve ! ! ! ! ! Bref, dés que j'aurais pondu un texte dont je serais fier, il vous sera parvenu dans l'heure biggrin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mer 28 Nov - 22:20

Thomas : Fin du compte à rebours dans vingt secondes ...
Arthur : Tout est en place ...
François : Tu aurais pu nous prévenir de ton plan.
Arthur : Pas le temps, nous avons terminé notre réunion stratégique il y a à peine deux minutes.
François : C'était largement suffisant.
Arthur : Fais moi confiance.
François : Plutôt mourir.
Camille : J'ai un contact !
Arthur : Rapport !
Camille : Ça sort d'un saut quantique ... un écho ... non trois ... non sept ... oh merde .... DES DIZAINES ! ! !
Arthur : Ils sont là ...

Lancez cette musique et enjoy your life !!!

La flotte ennemie émergea de son saut, quatre cuirassé, douze croiseurs lourds et des myriades 'autres vaisseaux. Mais c'était le Chronos qui attirait toute l'attention, grand comme trois fois l'Avenger, un gigantesque canon spatial capable d'annihiler un cuirassé d'un seul tir.

François : Nous avons une portée de tir supérieur, nous pouvons les attendre avant qu'ils ne soient sur nous.

Les seules personnes présentes sur la passerelle étaient Thomas, Camille, François et Arthur. Tous regardaient ce dernier dans l'attente d'un ordre. A vrai dire ils étaient sûrs de savoir ce qu'il devaient faire, cela les surpris d'autant plus :

Arthur : Restez en Stand-by, conservez la formation !
François : Quoi ?
Arthur : Camille, l'Olympe est il en place ?
Camille : Euh ... il tient le centre de la ligne de bataille avec nous ....
François : On doit ouvrir le feu !
Arthur : Restez en attente ! C'est un ordre !

La flotte Titan étira sa ligne, surprise de ne pas être sous le feu de l'alliance, elle en profita pour faire sortir le Chronos de son couvert de cuirassés, la fenêtre de tir du canon spatial était minime mais elle suffisait largement pour atteindre sa cible.

Thomas : Je capte un flux énergétique intense sur le navire amiral ennemie !
Camille : Ils nous braquent, on est pris pour cible par le Chronos !

Arthur sourit, il alluma alors l'écran de contact avec la flotte Irlandaise et commença à essayer de les contacter.

Arthur : Ratchet - Ratchet ?
François : Mais qu'est ce qu'il fout ce con ?
Thomas : Ce truc redirige toute son énergie vers son arme principale, tir dans quinze secondes !!!
Arthur : Ratchet – Ratchet ?
Camille : Qu'est ce qu'on fait ?
Thomas : Dix secondes !!!
François : Et merde et merde ...
Arthur : Ratchet – Ratchet ?
François : Thomas toute l'énergie sur le bouclier avant !
Thomas : Il m'a dit de la répartir sur tout le bouclier !
François : Rien à foutre, fais le !

Thomas hésita, il se tourna une dernière fois vers Arthur, celui-ci essayait toujours de contacter les irlandais, indifférents à ce qui allait se passer. Alors il s'apprêta à s'exécuter mais un évènement vint tout chambouler.

Camille : Cinq nouveaux contacts quantiques ! Des renforts ennemis émergent d'un saut !!!
François : On aurait du le buter quand on en avait l'occasion ...
Arthur : Ratchet – Ratchet ?
Apollon : Sir ?

Arthur sourit de plus belle, le plan se déroulait comme prévu, à la seconde prête. La petite flotte Irlandaise qu'il avait envoyé loin en avant précédemment à l'arrivée de l'ennemi avait fait demi tour pour émerger derrière la formation adverse, en plein derrière le Chronos qui s'apprêtait à faire feu.

Arthur : Boum ...
Apollon : Alright !

Le Chronos était un vaisseau titanesque, c'est le cas de le dire, en comparaison du pauvre croiseur Ratchet et de son escouade de destroyer, mais celui-ci avait dévié toute son énergie pour son tir. Cinq secondes avant ce dernier, le flottille ouvrit le feu et en l'absence de bouclier, les réacteurs furent partiellement détruits, les explosions en chaîne se multiplièrent et des surcharges énergétiques survinrent.

Thomas : DEUX SECONDES !!!
Camille : Il perd l'assiette !
Arthur : Accrochez vous ! Le tir va nous frôler !

L'espace d'un dixième de seconde, le laps de temps le plus court que l'être humain peut percevoir, le néant devint lumière. Le trait incandescent déchira l'espace comme la foudre déchire la nuit. Sa propulsion touchée, le Chronos avait légèrement dérivé, la vague d'énergie brute rasa l'Avenger d'à peine un kilomètre. Les boucliers, pourtant équitablement répartis et à pleine puissance, eurent bien du mal à absorber toute cette énergie si proche, mais ils tinrent bon. Alors que la plupart des personnes à bord du simulateur se relevaient à peine des secousses qui avaient ébranlé la structure sur vérin, Arès était déjà debout auprès des écrans de communications.

Arthur : A toute la flotte, engagez la seconde phase du plan d'action, lancez le siège de l'enfer ! Groupe d'assaut tribord avec moi ! Groupe d'assaut bâbord avec l'Olympe, en avant, en avant !!!
Camille, moteurs pleine puissance, 45° tribord !

Camille reprit les commandes et s'exécuta. La flotte de l'alliance se scinda en deux groupes qui chargèrent les flancs dégarnis de la ligne de bataille de son homologue Titan. Cette même flotte était complètement désemparée, le Chronos avait subit des dégât catastrophique qui l'empêchaient de rétablir son bouclier. Certains vaisseaux chargèrent les positions de l'alliance alors que d'autres reculèrent pour intercepter la flotte Irlandaise qui battait en retraite. Lentement, la coalition encercla les Titans, Ils étaient deux fois moins nombreux mais leurs ennemies, repliés sur eux même avaient bien du mal à prendre des postions défensives efficaces. En désespoir de cause les Titans lancèrent leur chasse.

Arthur : Préparez tous nos appareils, les chasseurs engagez les bandits ennemis, les bombardiers harcelez le Chronos et juste le Chronos ! Bonne chance ...

Dans ce qui servait de hangar au simulateur, tous les pilotes attendaient depuis le débuts dans leurs compartiment que le Show commence. Lorsqu'ils eurent le feu vert, ils décollèrent presque tous simultanément. Avec chacun cinq IA à leurs côtés, c'est trente-six chasseurs et dix-huit bombardiers qui émergèrent de l'Avenger. Le champs de bataille fut la première chose qui les frappa. L'alliance encerclait les titans pourtant en surnombre, de gigantesques vaisseaux tentaient de faire des percées et étaient systématiquement repoussés par l'artillerie combinées des cuirassés et des croiseurs pendant que les destroyers et les croiseurs de tailles plus restreintes retenaient leurs homologues.

Arthur : Écoutez moi tous, toute la flotte ! Jusqu'à ce que la mission principale soit remplis, l'objectif c'est le confinement, empêchez les de briser le siège ! A tous les bombardiers encore une fois, concentrez vous sur le Chronos, les chasseurs vous couvriront !

Lucas : Plus facile à dire qu'à faire !
Nathan : Reste avec moi, on va couvrir Florence.
Lucas : Reçus, Louis et Sophie couvrez Sarah, Aurélien et Damien sur Noémie.
Louis : Ils sont trop nombreux !
Lucas : Travaillez en équipes, sacrifiez vos IA, les bombardiers doivent atteindre le Chronos !
Louis : Ce truc est déjà hors service pourquoi on continu ?
Lucas : J'en sais rien, mais si vous avez la possibilité d'éliminer les cuirassés dites le moi !
Sophie : On ne peut pas faire les deux à la fois !
Lucas : Putain mais foutez moi la paix j'en sais rien ! Et merde, je suis pris sous le feu !
Nathan : Je ne peux pas t'aider, j'ai des bandits à sept heure !
Florence : Bordel les mecs sortez moi de là ! Ils sont dix derrière nous !
Lucas : Et merde, et merde ET MERDE ! ! !

La situation se présentait mal, les titans se reformaient, leur chasse avait un surnombre considérable et les pertes subies par la flotte menaçaient directement la manœuvre d'encerclement. Pendant ce temps là les commandants s'étaient à nouveaux réunis par communication à la demande de l'amiral, Arès.

Emily : Nos flottes vont céder !
Athéna : Nous tiendrons encore mais la chasse se fait massacrer, les bombardiers n'arrivent pas à atteindre le Chronos, les escadrons sont dispersés et l’ennemi s'est ressaisit !
Arthur : Apollon vous avez des données sur le Chronos ?
Apollon : On est encore loin de la saturation amiral, son noyau est intact.
Zeus : Je savais que votre plan était foireux, je le savais, je bat en retraite !
Aphrodite : Faites ça et le seul responsable de notre échec ce sera vous pauvre andouille !
Arthur : Que peut faire pour accélérer la fusion ?
Apollon : Leur passerelle est intact, si elle est détruite ils ne pourront plus contrôler les incidents, si les réacteurs sont définitivement détruits en prime ce sera bon !
Zeus : Mais ... où allez vous ?!?!
Arthur : Athéna prenez le commandement et maintenez l'attaque selon le plan prévu, je vais faire le travail moi même ...
Athéna : A .... A vos ordre amiral.

Parler de massacre dans la situation où se trouvaient les pauvres pilotes de la flotte de l'alliance n'était pas superflu. Les trois quarts des appareils étaient détruits ou dispersés aux quatre coins du champs de bataille à lutter pour leur survie, les rares bombardiers à avoir atteint le Chronos avaient étés descendu car leurs escortes n'avaient pas suivies. Ce qui restait des forces de l'Avenger s'était maintenant rassemblé en un seul escadron de treize chasseur et de huit bombardiers. Poursuivis par le double d'assaillants.

Lucas : Continuez à bouger, vous laissez pas verrouiller !
Damien : Rien à faire y décrochent pas !
Lucas : Et meeeerde ... au rapport !
Louis : Deux IA !
Nathan : Une IA !
Aurélien : Trois IA !
Sophie : J'en ai plus !
Lucas : Damien ?
Louis : Il s'est fait descendre !
Lucas : Bordel ! Les bombardiers au rapport !
Noémie : Deux IA !
Sarah : Trois IA !
Florence : J'en ai plus qu'une !
Lucas : On est foutu, je ... Bandit à une heure ! Butez le, butez le !

Un franc-tireur fonçait droit sur leur formation, tout en gardant leur cap ils essayèrent de l'éliminer, mais c'était peine perdue. Le chasseur exécutait tonneaux sur tonneaux en évitant tous les tirs qui lui étaient destinés jusqu'à arriver à leur hauteur. Lucas pensa que c'était fini, Arthur avait encore échoué dans ses plans stupides ... une fois les forces de chasses détruites, la flotte titan reprendrait le dessus et tout cela n'aura été qu'un beau fiasco.

Mais à leur surprise, le franc-tireur les croisa à plusieurs centaines de kilomètres/heures sans les détruire, au lieu de ça il continua sa route vers leurs poursuivants. En une nouvelle série de tonneaux couplés de rafales dévastatrice, il avait éliminé douze hostiles en un seul passage. Le chasseur effectua un demis tour sur le dos pour se retrouver dans le dos de ceux-ci où il continua son œuvre de mort. Lorsqu'il revint à la hauteur des appareils de l'Avenger, tous les poursuivants étaient détruits. Il était semblable aux autres de la flotte, mais sa couleur le différenciait, un chasseur rouge, rouge comme le sang.

Lucas : Bordel c'est qui celui-là.
Nathan : Arès ...

Il se passa quelques secondes où le temps était comme suspendu, une fois encore, il arrivait et ne lassait que mort dans son sillage. Ils volaient, en une seule formation, presque insouciante de la bataille qui se déroulait tout autours d'eux. Ils avaient beau savoir ce que se passait et être chacun dans un simple simulateurs mais ils ne purent s'empêcher d'admirer ce héros écarlate à leur tête. Lentement, le temps reprit son cours, et la guerre avec lui.

Arthur : A tous les appareils ! Chasseurs et Bombardiers, ralliez vous à moi ! Tentons une ultime percées, pour la survie ! Ralliez vous à moi !

Les commandants traduisirent et firent passer l'ordre, des quatre coins du carnage, les survivants vinrent à cet ange de sang. Il rassembla à lui, en une seule unité, près de septante chasseurs et plus de cinquante bombardiers. La chasse ennemie fit de même, la charge était inévitable. Des dizaines de kilomètres séparaient les deux armada, mais elles seraient l'une sur l'autre ne à peine quelque secondes. Arès donna ses ordres.

Arthur : A tous les chasseurs, rompez les formation, que tous les appareils, pilotes ou IA passent en combat libre ! Je répète, rompez ! Nous devons gagner du temps. Bombardiers, ne deviez de votre route, attaquez la passerelle du Chronos et envoyez vos IA directement dans ses réacteurs, en avaaaaant !!!

Le choc fut digne des dieux eux même, alors que les avant-gardes des titans brisaient l'encerclement, que tout espoir semblait perdu, in avait surgi et avait mené la charge. Les chasseurs de l’alliance n'avaient pas la moindre de survie, mais leur mission était de permettre aux bombardiers de passer, et ils rendirent cela possible. Le Chronos avait été presque détruit dés les premières secondes de combat, mais il était le garant d'une source d'énergie très puissante, or la flotte titan encore amassée autours de celui-ci, n'avait compris que trop tard les intentions de leurs ennemis. En quelques instants, la passerelle du Chronos fut détruites, les bombardiers encore armés se jetant dans ses réacteurs entraînèrent l'explosion en chaîne voulue, ces explosions atteignirent le cœur du noyau d'énergie, celui-là même qui aurait du activer le canon du Chronos et signer la perte de l'alliance, causerait maintenant la chute des titans.

Une fois leur mission terminée, l'ordre de replis fut donné. Ceux qui avaient survécu, toujours menés par le dieu guerriers, volaient entre les géants d'aciers, poursuivie par les légions de ces derniers, mais leur tâche était accomplis. Le noyau du Chronos implosa, et le néant redevint lumière.

Les cuirassés et croiseurs lourds Titans détruits par la vague d'énergie, l'alliance n’eut aucun mal à éliminer les derniers vaisseaux plus modestes qui s'étaient auparavant lancé à l'assaut de son blocus. Les DCA des navires de la coalition anéantirent les derniers poursuivants des appareils alliés. Elle avait réussi, menée par Arès, l'alliance avait vaincu un ennemis supérieur en nombre, en puissance et en courage. Les pertes étaient élevées, mais sur simulateur seule la victoire importait. Arès était sortit du compartiment de chasse et retourné voir les autres commandants sur la passerelle.

Arthur : Je vous avais promis la victoire, j'espère avoir tenu parole ...
Zeus : Elle a failli vous échapper.
Athéna : Mais alors même que la mort était inévitable, vous l'avez contesté.
Emily : Arès ... dieu de la guerre sous toutes ses formes ... le guerrier et le stratège.
Apollon : Vous ... vous êtes incroyable ... votre stratégie, votre talent, vous êtes digne d'un dieux.
François : Dieux ou non, tu es toujours aux arrêts.

François se tenait là, un pistolet braqué sur la temps d'Arthur, à la vue des autres commandant sur leur écrans. Arthur sembla sourire, les autres dieux s'apprêtaient à intervenir mais François les coupa net.

François : Il a tuer toute une équipe, il nous cache des choses, ils dangereux et fou !
Hadès : Il vous a fait gagner bande d'imbéciles, c'est comme ça que vous le jugez ?
Aphrodite : Vous êtes des ingrats, il est ...
Zeus : Fou ... oui il est fou.

François sembla troublé que le dieu français ne cherche pas à défendre Arès. Il se tourna alors vers l'écran où il apparaissait, Arthur ne souriait plus.

Zeus : Fou et déclaré par votre état.
François : Comment savez vous ça ?
Zeus : Mon don divin, des informations sur chacun d'entre vous, et sur lui aussi.
François : Et que savez vous exactement ?
Arthur : Ça ne vous regarde pas !
François : La ferme ! Ferme ta gueule ! Que savez vous ?
Zeus : Et bien, je sais qu'il a tué cinq personnes, je sais qu'il a passé un an en hôpital psychiatrique et qu'il est toujours potentiellement dangereux ...

Personne n'eut rien à redire. Cette révélation leur coupa tous le souffle. Zeus, très fier de son effet continua sur cette pente. Arès, sous le choc, resta impassible.

Zeus : Il avait quatorze ans. Il était dans une banque, et cette banque s'est fait braquer. Les voleurs étaient rapides et efficaces, aucune alarme ne se déclencha pour alerter la polices et ils firent mettre tout le monde à terre le temps de vider les coffres. Mais l'un d'eux passait de personne en personne pour prendre également les portefeuilles des clients. Quand il prit celui d'Arès, celui-ci attrapa l'arme que l'on pointait sur lui, lui fit une clé de bras et se servit de l'homme comme bouclier alors qu'il abattait ses complices avec son arme de l'autre main.

L'homme parvint à se libérer, mais Arès l'abattit presque à bout portant quand il voulu le désarmer. Il resta là, immobile, le regard vide, l'arme en main. Personne n'osait bouger, tous le craignaient bien plus que les voleurs. Quand la police arriva, il refusa de lâcher l'arme prétextant que le travail n'était pas terminer, puis la braqua sur sa texte et fit feu. L’ironie du sort c'est qui se rata.

Quand on l'interrogea sur le pourquoi, il répondit qu'il avait agit guidé par la colère, quel a rage envers ces personnes étaient telles qu'il avait pu accomplir ce que peu de gens auraient su faire. Qu'il avait voulu protéger ces gens. On a estimé qu'il était fou et dangereux alors on l'a placé en hôpital psychiatrique. Là ils ont jugé qu'il était dépressif et avait des réactions de violences inouïes quand la colère le prenait. Qu'il était capable de tuer de sang froid .... je me trompe ?

Arthur : JE VOULAIS SAUVER CES GENS ! ILS ONT AUSSI JUGE QUE J’ÉTAIS INNOFENSSIF HORS DE TELLES SITUATIONS DE VIOLENCE ! ! !
Zeus : Et où sommes nous aujourd'hui ? Nous sommes sur une putain d'île déserte où nous devons nous battre tous les jours et tu as déjà massacré l'équipe espagnole dans un de tes excès de colère !
Arthur : C'était ... de la légitime défense ... je ... je voulais tellement bien faire ...
Zeus : L'alarme ne s'était pas déclenchée dans cette banque, si tu ne t'en étais pas mêlé rien de tout cela n'aurait dégénérer ! Et c'est exactement la même chose que ce qui s'est passé cette nuit là !

Arthur allait lui répondre, il aurait pu trouver des centaines d'arguments, mais au fond de lui il comprit que Zeus avait raison, rien ne serait arrivé s'il n'était pas intervenu .... tout étais de sa faute. Alors, il tomba à genoux, le regard aussi vide que ce jour là dans la banque, des gens étaient mort par sa faute. Sans un bruit, il pleura .... François comprit qu'il tenait là tout ce qu'il lui manquait pour atteindre ses objectifs, alors d'un coup de crosse il assomma Arès.

François : C'est bien ce que je craignais, il va falloir prendre les mesures adaptées ...

Je tenais également à vous informer que ce sont les trois derniers jours du premier tome qui vont suivre ... en effet au vu de la longueur du récit et de sa divisions en phases distinctes, j'ai décidé de séparer l'histoire en trois tomes respectivement nommés:

- Penitence
- Decadence
- Conscience / Inexistence / Experience / Indulgence / Innocence / Evanescence (oui j'hésite sur le nom du dernier )

Une fois ce tome terminé, le second sortira une fois ma session de janvier bouclée (mais j'aurais pris un peu d'avance ne vous inquiétez pas, j'hésite cependant à créer ce second tome sur un autre sujet (Hells Island II: Décadence) ou a continuer sur celui-ci (mais à la fin une petite trentaine de page ça fera peut être beaucoup pour un sujet ... à vous de voir je vous demande votre avis
biggrin


Dernière édition par alexy999 le Lun 3 Déc - 4:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Jeu 29 Nov - 20:08

Je dis juste magnifique comme d'habitude (par contre il manque des mots des moments ) Je te jures qu'envoyais ton script a une maison d'édition ne serait pas une perte de temps ton truc c'est aussi cool (voir mieux ) que hunger game .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Jeu 29 Nov - 20:11

Merci icon_mrgreen ,

Par contre n'hésite pas à me signaler où il manque des mots car après X recorrections je ne vois même plus certaines fautes pourtant flagrantes ( 3000 mots c'est chaud à corriger ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Jeu 29 Nov - 21:03

je vais relire mais pas la , surement ce week end je vais tout relire d'un coup .....
Contacte une maison d'edition par pitié .....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Hells Island   Sam 1 Déc - 1:50

Grosse, très grosse révélation et une bataille terrible. Quoi demander de plus ?
Pour ma part que tu ouvres un nouveau sujet pour la suite ou que tu continues là, ça n'a pas d'importance. Quoi qu'il arrive, je continuerais à lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 3 Déc - 4:46

Jour 46 Sarah

On en aurait presque oublié la victoire ...

Quand François nous révéla ce que Zeus, qui savait tout de chacun d'entre nous, lui avait rapporté, nous fîmes sous le choc. Il avait tué cinq personne avant d'arriver ici. Certes cinq criminels, mais cinq hommes tout de même. Je crois que la chose la plus dérangeante dans l'histoire, c'est qu'il avait réussi ça à seulement quatorze ans et sans la moindre expérience. Qu'en est il maintenant ? La réponse est pourtant claire, il a été capable de massacrer une équipe entière à lui seul ... quelle chance avons nous.

Il a à nouveau été enfermé à double tour, une réunion des comités extrêmement importante se tient ce soir. Mais avant toute chose, « lui » nous a annoncé qu'en ce début de troisième cycle, nous avons maintenant droit à une seconde arme au choix et ce indifféremment de nos capacité. Notre victoire dans le simulateur, a permis à toute les équipes e s'en équipé gratuitement semble il, si nous avions échoué ça ne nous aurait juste fait perdre que quelques crédits en gros. Nous avons décidé de remettre ce choix au lendemain car des affaires plus pressantes requerraient notre attention.

François a pris la parole, j'ai noué une relation avec lui, nous avions des affinités, mais maintenant je le vois avide de pouvoir. Il a toute ma confiance pour nous diriger, il est sans nul doute bien meilleur tacticien que Lucas, mais c'est son absence de côté « humain » que je redoute. Il nous a à nouveau parlé des faits d'Arthur, il a mis sur son dos nos deux morts et la haine qu'éprouverait les autres équipes à notre encontre juste par sa notoriété de monstre. Il a dit, que puisque nul cage ne le retenait, qu'il fallait prendre des mesures plus drastiques pour nous protéger de sa folie, de ce berserker meurtrier qui sommeille et peut prendre nos vies quand bon lui plaira.

Nous avons voté, non pas par comité, mais chacun de notre côté à main levé. Elles se sont dressées vers le ciel, lentement, mais entièrement. Tout le monde a choisi cette option, car tout le monde à peur, peur d'un être qui vient ajouter encore plus de mort et de danger à ce cauchemar. Nous avons voté, il sera fusillé à l'aube.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darris
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 629
Age : 29
Localisation : Jungle Lustrienne
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 3 Déc - 15:16

Toujours aussi interessant. Vite, la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 3 Déc - 20:28

vivement la suite ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Jeu 13 Déc - 19:38

Jour 47 : Lucas

C'est un choix difficile, mais il nous a permis de voir à quel point nous sommes soudés, et pas grâce à lui. Tous ceux qui n'en avaient pas ou avaient comme moi une arme spécialiste, ont choisi un fusil d'assaut. Les autres se sont partagé de simple fusil semi automatiques et des fusils à pompe en guise de seconde arme. Nous avions choisi de le faire avant de rendre notre jugement, que ce soit fait avec un seul et même type d'arme, on ne fusille pas quelqu'un avec un shotgun.

François et moi et moi avions soigneusement choisi les six personnes qui s'en chargeraient. Les Tempest n'étaient pas prêt, je soupçonnait Elisa et ses Shadow de le soutenir encore un peu. Alors Jean, Sophie, Florence, Damien, Noémie et Sarah se sont imposés comme les choix les plus judicieux. Ils n'étaient pas aux anges évidemment, personne ne l'était ou du moins ne le laissa paraître ... Je ne cautionnais pas ses actes, mais en arriver là ? François semblait plus déterminé, bien que je ne sache pas vraiment ce qui le motivait. Il avait peur de lui, mais pas pour la même raison que les autres.

Nous avions préparé des liens contre l'un des murs en bois d'une cabane que nous n'utilisons pas encore. Certains ont étés surpris que nous l'amenions torse nu, un tissus sur la tête. Nous voulions qu'ils voient qui il était vraiment. Le sac n'était là que pour lui enlever son côté humain et ainsi faciliter ce que nous avions à faire. En l'attachant, je me suis surpris à moi aussi, le trouver blanc et maigre. Il n'avait jamais été gros loin de là, il devait peser à peine soixante kilos quand nous sommes arrivé ici. Mais là, il en avait bien perdu une dizaine. Maigre comme un miséreux, mais sur les os, uniquement des muscles. Peut être était ce à cela qu'il passait ses journées, s'entraîner. Il impressionnait, même dans cette position, celle d'un être condamné à mort, vêtement en lambeaux, peaux blanche et pâle marqué de cicatrices des balles et sac de toile sur la tête, il impressionnait. C'est peut être parce qu'il se tenait fièrement, droit, silencieux, noble.

Lucas : Présentez .... arme !

Les six désignés prirent leurs fusils d'assaut, ils tentaient de rester neutre et objectifs, mais tuer requiert une force énorme quand votre propre vie n'est pas menacée, surtout si vous connaissez celui qui se trouve à l'autre bout du canon. Son visage masqué était à la fois censé le protéger de la peur et l'empêcher d'intimider les six. Mais il n'avait pas peur ...

Arthur : Je suis Arès, je suis la guerre ... et le guerrier ne meurt pas !
Lucas : En joue !

Ils braquèrent leur armes, il était debout, aussi droit qu'une statue marbre. Son corps était d’ailleurs semblable au marbre, pâle, dur, fin ... et froid. Même sans voir son regard, on le devinait inflexible, regardant la mort qu'il ne pouvait voir, droit dans les yeux. Les autres étaient là, juste sur les côtés, à attendre. Je savais que si je le laissait continuer il les détournerait de leur devoir.

Arthur : Le guerrier se sacrifie, sur le champ de bataille ... et seulement quand il le souhaite.
Lucas : Chargez !

J'avais demandé à ce que les armes soient mises en coup par coup, je ne voulais qu'une seule salve pour marquer les esprits. Car je savais au fond de moi que personne ne regarderait, peut être pas même moi. Nous détournerions le regard, nous saurions ce qui s'était passé. Il fallait en finir, et vite.

Arthur : Je me sacrifierai pour vous ! Mais vous ne n'arriverez pas à me tuer ... est ce que vous pouvez comprendre ça ? VOUS NE POUVEZ PAS ME TUER !
Lucas : FEU !

Comme un seule et même détonation, le bruit fendit l'air, le son de la mort. Comme je l'avais prévu, personne ne le fixa, nous savions, pas la peine de fixer la mort dans les yeux quand vous savez qu'elle est là. Comment avions nous pu en arriver là ... Mais à nouveau, la peur. Son rire était reconnaissable entre tous, un rire moqueur et triste ... le rire de celui qui vous plaint, le rire de celui qui vous blâme, le rire de la peur. Alors je rouvris les yeux.

Les paupières closes avaient cédés la place aux regards vides et ahuris. Six impacts ... répartit autour de lui. Je me suis tourné vers les six, et j'ai compris directement que je leur en avais demandé trop. Dans l'espoir, qu'un autre viserait juste et ferait ce qui est nécessaire, ils avaient tous fait feu à côté. Et Arthur qui continuait de rire sous ce sac. Il fallait terminer, il fallait en finir !

Lucas : En joue, EN JOUE !

Mais personne ne se remis en joue, ils n'en étaient pas capables.

Arthur : Je suis la guerre, je suis un guerrier ... et je mourrai sur le champ de bataille !
Lucas : Toute cette foutue île est un champ de bataille !

En un instant, j'avais sortis mon arme de poing, j'avais visé et pressé la détente. Aujourd'hui encore, j'ignore comment il esquiva le coup, comment il le vit venir. Comment il avait penché la tête à ce moment précis ... pour ne laisser qu'un trou béant dans le bois là où elle se trouvait précédemment.

Arthur : Tellement prévisible ....
Lucas : Tu vas tous nous tuer ! C'est ce que tu as toujours voulu !

La suite des évènements est assez floue dans mon esprit. Je l'entend encore hurler à plein à pleins poumons : Si j'avais voulu vous tuer ... Après ça, je me souviens de ses liens brisés, d'un nouvel ordre de faire feu que les six exécutèrent cette fois, car la peur était revenue. Mais les armes encore au coups par coups, ne l'atteignirent pas. En un instant, il fut sur nous. C'était tellement fluide, on aurait cru qu'il dansait, qu'il savait quoi faire, qu'il connaissait sa chorégraphie. Je me souviens des armes saisies par leur canons, des crosses dans les têtes et des coups, des dizaines de coups. En quelques secondes, sans que je n'y comprenne rien, les six étaient à terre, inconscients, et moi ... j'avais mon propre pistolet braqué sur la tempe, et le reste du campement qui pointait ses armes sur nous, mon corps faisant bouclier.

Arthur : Si j'avais voulu vous tuer ...

Sa voix se faisait moins violente, la colère retombait. Il revint à un état de calme en un temps incroyablement court. Il était à nouveau lui même, ou du moins, celui que nous croyions connaître ... avant. Et il dit cette phrase, cette même phrase que je n'arrive pas à me sortir de la tête.

Arthur : Si j'avais voulu vous tuer, je vous aurais laissé seuls ...


Dernière édition par alexy999 le Ven 14 Déc - 3:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Jeu 13 Déc - 23:00

MAGNIFIQUE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 17 Déc - 5:04

Jour 48 : Descente au Tartare

Tard dans la journée, la suite des évènements était tombée. Lors du précèdent cycle, on avait commencé l'épreuve d'assaut par l'équipe la moins bien classée, inversement l'équipe belge, en tête de classement commencerait celle de ce troisième cycle. Quatre hélicoptères vinrent les chercher le matin suivant. Ils prirent les chiens de guerre avec eux, c'était l'occasion de voir s'ils étaient vraiment si utiles qu'on le prétendait. Arthur, de nouveau privé de liberté, fut aussi emmené, ligoté et bâillonné.

Sa dangerosité venait d'être largement prouvée, mais devant une telle puissance, François et Lucas avisèrent de l'utiliser comme arme, mais uniquement sous contrôle. Mais il les haïssait, c'était sûr. De même, Louis le détestait encore plus que les deux chefs autoproclamés de l'équipe. Ne restait qu’Élisa, Elle avait certes posé quelques problèmes et divers doutes en s'affichant régulièrement avec « Arès » et en défendant sa cause, mais en ayant été dans les premiers à prendre part au vote pour son exécution, ils lui accordèrent leur confiance .... du moins, le temps de tester sa loyauté.

Arthur étant maintenant sous les ordres directes d’Élisa, de même que son équipe. Élisa disposait maintenant de la plus puissante force militaire au sein du campement. Mais, François et Lucas, estimant chacun de leur côté être en mesure de la manipuler prirent ce risque calculé. Chacun dans son coin, tous méditaient à ce qui se passait dans leur groupe, à qui faire confiance, que faire du « monstre » ? Que faire ... 

Tout à leurs pensées, peu d'entre eux remarquèrent que les transports les conduisaient droit vers les monts au centre de l'île. Une fois posés et le matériels déchargés, ils firent l'état des lieux. On les avait lâchés devant une gigantesque porte d'acier à flanc même de montagne, sur ses côtés, deux portes plus petites mais suffisamment grandes pour fermer un hangar à avion. Cela ressemblait fort à l'entré un bunker ... « Lui » revint donner les explications nécessaires.

« Aujourd'hui vous allez devoir prendre d'assaut le Tartare et le détruire. Devant vous, trois routes, kilomètres de tunnels et trois cibles à couvrir d'explosifs ... Le terminal devant vous vous permettra d'acheter des véhicules pour cette missions, ils ne seront bien évidemment plus disponibles à la fin de celle-ci. Une fois vos choix validés, les transports vous seront livrés et les portes s'ouvriront. Vous devrez alors progresser en trois équipes, vaincre les défenseurs des tunnels sur votre route et poser les charges qui se trouveront dans vos véhicules avant de déclencher un compte à rebours de deux minutes. L'explosion ne détruira pas les tunnels mais tout le reste à l'intérieur de ceux-ci sera pulvérisé donc ne traînez pas et bonne chance Olympiens ! »

Noémie : Je déteste ce type ....
Sarah : Olympiens ?
Camille : C'est sans doute en lien avec cette histoire de Dieu Grecs et de Titans, ça doit être le fil conducteur de ce jeu macabre, les armes élémentaires rentre sans doute la dedans aussi ...
Lucas : Vous discuterez de ça plus tard, venez donc tous voir ce qu'on a là.

Sur le terminal, le même type d'écran que celui du camp, mais seulement trois choix, pas un de plus. Des Bulldogs, des sortes de Quad pour deux personnes avec une espèce de mitrailleuse à 360° assez stable à l'arrière, du moins c'est ce que disait la description. Cents crédits.

Des lynx, sortes de Humers pour quatre personnes, ressemblants beaucoup plus à des jeep de cross qu'à ce qu'ils avait vu quelque jour plus tôt dans le convois. Avec notamment des ouverture dans le toit pour que les passagers arrières puissent utiliser leurs armes. Deux cent cinquante crédits.

Et enfin, les Scarabs. Des blindés à six roues, avec un poste de pilotage renforcé, un poste de tir avec une mitrailleuse lourde par dessus et un espace pour six personnes. Ils étaient aussi assez différent de ce qu'il avaient pu voir chez leurs adversaires, bien plus compacts et solides. La seule entrée du véhicule était sa porte arrière, on n’accédait à la minuscule cabine par ce même espace. On pouvait éventuellement sortir par le poste de tir mais s'était fastidieux et limité à une personne à la fois. Sept cent cinquante crédits.

Très vite, deux groupes distincts se formèrent. Ceux qui cautionnais un usage Total de Scarabs pour être sûr de réussir cette épreuve en toute sécurité et ceux qui préféraient se limiter aux Lynx car en prendre quatre reviendrait un tiers moins cher que les onéreux blindés. Le débat s’agitait, il dériva et finalement, s'envenimait. Comme à chaque fois, le stresse et la peur, transformait chaque dispute en une rixe qui pouvait mener à la scission. Et comme d'habitude, c'est Arthur qui stoppa net l'escalade de violence. Passant entre entre les deux groupes, il se dirigea vers le moniteur, pressa quelques touches et cliqua. Avant que qui que ce soit est pu réagir, les véhicules étaient commandés.

François : Bordel de Merde !
Lucas : Dites moi que c'est pas vrais !
Arthur : Les tunnels annexes sont plus petits, les défenses y seront donc moins conséquentes, un Lynx s'y faufilera mieux et vous pourrez utilisez votre lance-missile et le lance-grenade pour détruire les barricades. L'accès principale sera mieux gardé, seul un Scarab, lourdement blindé pourra en forcer le passage et ...
Lucas : On se moque de tes justifications ! Tu n'as pas ce droit !
Arthur : Tu l'as peut être ?

La discussion tourna court, quatre hélicoptères revinrent, tractant deux Lynxs et un Scarab avec eux. Quelques minutes plus tard, alors que les différentes escouades s'habituaient aux véhicules et à leur pilotage, François prit Élisa à part.

François : Ne le laisse pas commander, il peut paraître être un génie, un vrais combattant ... mais au fond ce n'est qu'un taré qui se croit dieu, il ne pense qu'à lui même et ne se rendra même pas compte de votre mort si tu le laisses diriger.
Élisa : Ne t'inquiètes pas pour ça, s'il donne le moindre ordre je le remettrai illico à sa place.

François sourit, c'était trop facile.

François :
Si tu as l'occasion, essaye de te débarrasser de lui, si les autres voient à quel point il s'est ridiculisé en trouvant une mort stupide, nous aurons à nouveau leur confiance.

Sur ce, il s'éloigna rejoindre son escouade, avec son lance-grenade il serait sans doute l'homme de la situation pour les tirer de là en cas de difficulté, et il aimait impressionner les gens, c'était tellement plus facile d'obtenir ce qu'on voulait de personnes redevables ... à peine était il hors de portée qu’Élisa marmonnait entre ses dents.

Élisa : Oui ... les autres verront à quel point tu es ridicule, pauvre con !

Elle rejoignit les Shadows et les Tempest, rassemblé autour du Scarab. Ils étaient tous silencieux, ne sachant que faire, les deux autres escouades étaient prêtes et avaient déjà gagner les entrées dans leurs transports, on n'attendait plus qu'eux. Élisa s'approcha d'Arthur, adossé au véhicule, et s'agenouilla.

Les autres l'imitèrent, les Novas et Hurricanes ne pouvaient les voir caché par leur Scarab. Se redressant, il vint se placer face à leur sniper. Il était impressionnant, sa lourde combinaison par-balles ne pouvait entièrement masquer sa stature inhabituelle. Privé de casque par ceux qui voulaient sa mort, son visage nu ne lui ajoutait que de la prestance. Il s'adressa à elle.

Arthur : Relevez vous ... vous n'avez nul compte à me rendre, je suis votre serviteur dévoué. Vous pouvez vouloir de moi comme votre chef, mais je ne suis que votre protecteur, je vous garderai en vie, mais vous serez libre de décidez qui en faire. Si vous êtes tous ici, c'est que vous connaissez la vérité. Peut être pas tout, peut être n’ai je pas envie de parler de certaines choses, mais même si vous l'appreniez, vous n'auriez aucun regret. Vous connaissez la vérité, vous connaissez mes intentions, et celles de ceux que vous avez suivis. Ils veulent le pouvoir ... je veux votre survie.

Élisa se retira pour attraper un sac qu'elle avait prise avec elle. Elle en sortit un casque, tels eux employés par le reste de l'équipe, l'un de ces casques intégrales à visière. Mais celui-ci était différent. Car il arborait une crête similaire à celle des casque antiques, une crête noire. Elle l'avait commandé de nuit par l'intermédiaire de Thomas. Ce n'était certes pas le genre de produits auxquels ils avaient accès mais ceux qui produisaient ce cauchemars n'avaient sans doute pas raté la conversations qu'elle avait eu avec Thomas à ce sujet et s’étaient empressé de le rajouter sur le terminal. Arthur le prit, le regardant avec attention et fierté, il reprit :

Arthur : La survie, est notre seule but. Pour survivre nous devons gagné, car refuser les défis nous entraînera lentement vers notre perte, mais charger sans plan, le fera bien plus vite. Tant que je vivrais, je vous protégerai. Tant que je vivrais, mon seul but sera que vous restiez en vie, même si pour cela je devais me sacrifier ... Mais je suis Arès ! Je suis un guerrier, et je choisirai moi même ma mort. Je suis Arès, et je vous guiderai. Allons, allons nous battre, et quand tout cela sera fini, que nous aurons gagné, encore, je ferais ce qui est nécessaire, par delà la mort s'il le faut, et nous gagnerons .... VICTOR MORTIS !

« VICTOR MORTIS ! » Reprirent ils tous.

C'était Élisa qui avait trouvé ce cri de guerre, vainqueurs de la mort, cela résumait à la fois Arès, que personne ne pouvait tuer, ainsi que son mot d'ordre : Survivre. Aujourd'hui, ils le criaient courageusement, car aujourd’hui des choses allaient changer .... tout allait changer. Arès mit son casque, et monta à la position de la mitrailleuse.

Arthur : En avant, donnez le signal du départ aux autres, et si vous avez confiance en moi ... alors rien ne pourra nous arrêtez. VICTOR MORTIS !

Introduction de la dernière épreuve du premier tome : Penitence. La suite suivra sous peu Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 17 Déc - 21:45

Toujours aussi beau je te redis bravo est te souhaites une bonne continuations .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hells Island   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hells Island
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» [R] Hells Island
» Hells Island
» Let's Go Island - Lost on the Island of Tropics
» Monkey island copieur ou pas
» The Curse of Monkey Island

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du PPHL :: Temple des mémoires :: Récits-
Sauter vers: