Forum du PPHL


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hells Island

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mer 14 Aoû - 13:21

Bravo comme d'habitude ton histoire captive .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skyrun
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 21
Localisation : Blois
Date d'inscription : 05/08/2013

MessageSujet: Re: Hells Island   Ven 16 Aoû - 7:58

Un seule mot à dire : MAGNIFIQUE  👏 clap clap clap clap clap clap 
Je suis entièrement d'accord sur le fait que ton récit mérite d'être envoyer en maison d'édition et que c'est carrément mieux que Hunger Games. Je vais même avouez que je suis un grand féru d'histoire de ce genre (Je ne lit quasiment que sa...) et que ton récit est de loin dans mes favoris!
A mon avis tu corriges les quelques petites fautes d'orthographe et oublis de mots qui apparaissent tu développe un poil plus certaines descriptions (uniquement si tu en ressent le besoin et plus particulièrement si tu tiens à faire sa sous forme de différents tomes (au quel cas je pense que sa ferais un peu court même si on se rend pas très bien compte du nombre de pages que sa fait pour de vrai...)) et tu envoie ton script en maison d'édition! Après tout t'as rien à y perdre et puis comme il a était dit ils publient pas mal de mer** donc il y a pas de raison qu'il refuse ton récit (qui je le maintient est génial!). (et même si sa foire (ce que je trouverai perso étonnant vu la qualité de ton récit) tu peux retenter chez une autre maison d'édition un peu plus petite (donc avec un ego moins gros)
Bon encore une fois au cas ou je me serais pas fait comprendre sur ce que j'en pense (  :whistling: ) :
 clap BRAVO  👏
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Ven 16 Aoû - 21:49

Merci, et pour répondre à ton interrogation, en comparant la police de caractère que j'emplois et le contenu moyen d'une page de roman (j'avais justement prit Hunger Games pour le test) je suis à 180 pages de roman pour le premier tome. online2long 

Comme tu l'as bien fait remarqué, ça manque de descriptions par moment. Cela s'explique par le fait que cette histoire est loin d'être écrite sérieusement, le scénario varie ci et là en fonction de mon humeurs et les journées se font longues ou courtes selon si je suis pressé ou non de passer à une épreuve. C'est ce qui s'est passé au tout début du roman. J'aurais dû plus développer leur histoire, la manière dont ils ont atterris là et les alentours, leurs journées, etc ... Je le regrette et je songe sérieusement à ré-écrire les premiers jours.

Sur le côté j'écris un autre roman (de manière beaucoup plus sérieuse et structuré) dont la première page est en ligne dans cette section sous le nom de Dreams Network, mais comme il est possible que je soumette mon manuscrit à des éditeur une fois finit (et aussi parce qu'il y a beaucoup de similitudes avec des personnages de Hells Island) je préfère ne pas poster le reste du récit en ligne de peur de ne pas pouvoir faire valoir mes droits d'auteur si quelqu'un venait à me voler mon travail sad 

Mais pour en revenir à nos moutons, un grand merci pour ton soutient et la suite bientôt Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skyrun
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 21
Localisation : Blois
Date d'inscription : 05/08/2013

MessageSujet: Re: Hells Island   Dim 18 Aoû - 14:59

Je pense que la réécriture des premiers jours seraient intéressant pour toi comme pour nous (tes chers lecteurs biggrin )
Après pour les droit d'auteurs il doit bien y avoir un moyen (peut être peut tu demander aux modos si ils ont un moyens d'installé un copyright (sa serait le most du most) ou simplement de supprimé le sujet une fois le textes publié)
Après cela restera ton choix et nous le respecteront comme il se doit.
(Par contre si tu le publie et bien tu sais que tu aura au moins un acheteur Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itzi-Bitzi
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 1711
Age : 20
Localisation : Dunkerque (nord)
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: Hells Island   Dim 18 Aoû - 17:20

Je te conseil de ne rien publier sur le net si tu compte vraiment le faire publier, parce que ce forum est public, et par conséquent, n'importe qui, qu'il soit membre ou non, pourra librement s'inspirer de tout ce qu'il trouve ici, sans que tu ne puisse faire valoir tes droits d'auteur, même en prouvant que c'est toi qui l'a écrit puisque tout ce qui est ici devient publique.
En tout cas, si tu le publie, signale le, je suis sûr qu'on sera plus d'un à l'acheter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skyrun
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 21
Localisation : Blois
Date d'inscription : 05/08/2013

MessageSujet: Re: Hells Island   Mar 27 Aoû - 22:55

Si tu est toujours en peine de trouver de nouvelles musiques épiques je ne peux que te conseiller : 3 hours pure epicness mix: epic music 2012/2013!
C'est 3 heures de bon son dans le même style que ce que tu nous présente (et en plus les photos sont sympa)
voilà!

Ps : ah quand la suite?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mer 9 Oct - 8:50

A défaut d'écrire la suite à l'heure actuelle, je me suis enfin attaqué à la ré-écriture des premiers jours de l'histoire que je trouve bâclée. Si vous avez déjà lu l'histoire mais que vous souhaitez quand même lire la nouvelle version alors rendez vous sur ce post où je réécris tout depuis le début pour savoir où en est éxactement la ré-écriture

Lien vers Hells Island : Forum Comptes Vampires

Bien évidemment, les anciens post seront également édité en même temps que les mises à jour sur le lien, bonne lecture Mr. Green 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Godzilla24
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 238
Age : 21
Localisation : Tours
Date d'inscription : 31/08/2012

MessageSujet: Re: Hells Island   Mer 9 Oct - 13:42

C'est effectivement bien mieux comme ça.
Je sait pas si je te l'ai déjà dit, mais ton travail est absolument génial,  et j'espère que la suite viendra bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skyrun
Kapac Skink
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 21
Localisation : Blois
Date d'inscription : 05/08/2013

MessageSujet: Re: Hells Island   Sam 12 Oct - 15:06

Y a plus de détail sa fait plaisir a lire happy
J'ai retrouve quelque bugs : Jour 4 : "On a nous avons" (première ligne du premier paragraphe)
"n" (troisième paragraphe).
Voila
Bon bah y reste qu'à te souhaiter une bonne continuation!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Sam 28 Déc - 22:34

L'histoire a été ré-écrite jusqu'au 30ème jour, moins de fautes, un meilleur style, plus de détails. N'hésitez pas à relire.  
Si vous voulez suivre au jour le jour la ré-écriture du texte, rendez vous sur le forum des CV

http://whcv.forumactif.com/t5459-recit-non-whb-hells-island
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mar 4 Fév - 1:17

J'adorais le premier écrit j'adore encore plus le second ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ten-Zlati
Têtard


Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 24/02/2014

MessageSujet: Re: Hells Island   Sam 1 Mar - 0:52

Un super texte, je viens de m'enfiler les 13 pages et c'est juste génial ! Les actions sont variées et on sent bien toutes les tensions à fleur de peau.smile

J'attend avec impatience la suite quand tu aura le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mer 15 Oct - 18:52

Salut alexy999 alors je suis heureux de ton retour parmis nous de par tes messages sur le forum vampire mais n'étant pas un vil serviteur nécromant je ne puis te répondre sur leur forum je répond donc ici .

Je suis navré de savoir que tu es du passer par une passe émotionnelle aussi hasardeuse même si je peux réfréné la joie de savoir que tu es de retour . J'ose espèrer que tu te rappelle que je suis l'un de tes tous premiers fan . Ton idée d'abandonner hell island m'a navré mais je respecte le choix puisque j'ai hâte de lire tes futures production .

Sur ceux bon courage à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tecto'eko
Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 770
Age : 20
Localisation : bresles,oise 60
Date d'inscription : 17/03/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Dim 19 Oct - 2:26

Est-ce que quelqu'un pourrais prévenir alexys999 sur le forum compte vampire qu'un Irreductible Fan de lui l'encourage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teotiqax
Apu-Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 1020
Localisation : Zlatlan
Date d'inscription : 19/09/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Dim 19 Oct - 10:50

Un message d’Alexy999 sur le forum CV:

Alexy999 a écrit:
Très bien, je crois que je peux au moins essayer et arrivera ce qui arrivera Happy
(si Dame Arken est toujours prête à renouveler son offre de correctrice orthographique Whistling )

Pour ne pas décevoir ceux qui attendaient (encore) la suite, sachez que je me suis remis au travail quant au squelette du tome, même si je compte m'autoriser plus de liberté quant aux événement mineurs qu'auparavant.

Pour vous consoler, un petit dessin réalisé avec Illustrator que j'apprend à utiliser dans le cadre de mes études. Je tiens à préciser que je n'ai fait qu'un mélange de décalquages, je ne suis pas (encore) doué en dessin à ce point Innocent

Voilà en espérant que ça rassure certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mar 21 Oct - 22:17

Moi le premier, vu qu'il semblerait que si je vous ai lâchement abandonné, tel d'irréductibles ovipares vous n'en avez pas démordu !

Et oui, la mélancolie c'est fini, je renaît de mes cendres ! Ou devrais je plutôt dire que je me suis enfin décidé à ouvrir ma propre cage dont j'avais pourtant la clé tout ce temps ... (les joie de la dépression evilgrin )

J'ai repris la route d'une vie saine : boulot, métro, dodo. Et écrire me fera le plus grand bien, c'est pourquoi je suis bien décidé à reprendre une parution régulière de Hells Island pour les quelques adeptes qui m'ont traqués si longtemps pour cette suite  Mr. Green

Bref, du monde des morts en passant par celui des morts-vivants, me voici de nouveaux en chairs  et en os (plus de chairs que d'os qu'avant d'ailleurs). I'm back ! (pour le lynchage, prenez un numéro comme tout le monde).


Dernière édition par alexy999 le Mar 21 Oct - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teotiqax
Apu-Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 1020
Localisation : Zlatlan
Date d'inscription : 19/09/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mar 21 Oct - 22:20

Tu devrais continuer de poster ici aussi, je fais partie de ceux qui ce sont inscrit sur les CV pour ça (et aussi parce que les vampires me plaisent).

Et c’est sous la condition de la suite et du dessin que tu seras pas lynché Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mer 22 Oct - 23:44

Voici les textes que vous avez manqués et le nouveau que je viens d'écrire, je dois encore vérifier que les textes remis à jours l'ont bien été sur ce forum, mais je compte continuer à vous faire profiter d'Hells Island aussi sur ce forum  happy

Bonne lecture !


Jour 58 : Sophie

Je continue de m'occuper des blessés, même si tout ce que nous pouvons faire, c'est leur administrer d'énormes doses d'anti-inflamatoires, d'anti-douleurs et de cet étrange médicament fourni par les titans et censé accélérer la régénération naturelle du corps humain. Les fractures costales sont les plus handicapantes, ceux qui en souffrent ne peuvent plus épauler leur arme sans en subir le douloureux prix, je ne parle même pas de leurs capacités à bouger librement. Les autres, qui souffraient uniquement d'hématomes, se remettent bien plus vite et peuvent à nouveau faire à peu près ce qu'ils veulent. J'espère que nous terminerons vite de nous remettre de cette épreuve, car si on suit la logique, il nous reste encore l'épreuve du parcours de tir à réaliser avant la fin de ce troisième cycle. Zoé est toujours dans le coma, mais son état est stable, on peut même dire qu'il s'améliore légèrement, mais ce n'est pas un gage de réveil malheureusement.

Pourtant, ça n'inquiète guère mes camarades, dont la seule préoccupation semble être Thanatos et ses capacités. Les théories sur son armure, sur Blaze et sur son identité fusent aux quatre coins du campement. Certains parlent d'un démon supérieur, d'autre d'un membre déchu d'une équipe, voir un mercenaire engagé pour nous surveiller. J'ai même entendu quelqu'un dire pour rigoler que cela aurait tout aussi bien pu être Arthur ayant survécu. Comme on pouvait s'y attendre, ça a jeté un certain froid et a clôturé le sujet par la même occasion. On peut sentir que la mort d'Arès est de plus en plus regrettée. D'ailleurs, François et Lucas ne se sont plus exprimés en public depuis cette victoire aux lourdes pertes, je ne sais pas ce qu'ils mijotent, mais je crains qu'ils ne fassent pire que mieux à long terme. Cependant, personne ne s'opposera à eux tant qu'aucun d'entre nous ne sera prêt à assumer cette tâche à leur place.

Jour 59 : Aurélien

Louis a demandé à nous voir : Vincent, Thomas et moi. Il s'est ... résigné à être le spécialiste en arme anti-char de l'équipe, du moins, pas avec son lance-missile. Il nous a expliqué qu'il avait été lire les règles concernant les spécialistes sur le moniteur. Tant qu'un spécialiste est en vie, il ne peut délibérément abandonner son poste, mais rien ne lui interdit par contre de changer de spécialisation. Louis a donc été rechercher l'une des lames d'Arthur, celles qui faisaient office de tombe symbolique pour lui, et il nous a demandé de lui fabriquer une attelle pour pouvoir utiliser cette arme avec son membre charcuté aux deux tiers de l'avant-bras. Nous n'avons pas pu lui sortir ça de la tête, il refusait obstinément d'être un fardeau pour le camp et voulait continuer à se battre, c'était un choix honorable. Nous n'avons même pas cherché à savoir à qui il comptait refiler le lance-missile et nous nous sommes mis au travail.

Confectionner une telle attelle sans les matériaux de fabrication et médicaux nécessaires fut un vrai calvaire. Mais Thomas, qui souffrait pourtant encore de l'entaille d'une baillonette à l'épaule, ne recula pas devant la tâche. Cependant, il s’avéra finalement que c'était impossible, fidèle à son imagination, Thomas trouva donc un moyen de contourner le problème. L'arme se fixait normalement au bras par une sangle au niveau du coude et une autre au niveau du poignet, pour assurer une certaine stabilité à la lame tout en raccourcissant les points d'attache dans le but de la faire tenir sur un tiers d'avant-bras, il créa un gant de cuir enrobé de plaques d'acier auxquelles était directement fixée la lame. Le gant remontait presque jusqu'à l'épaule et était maintenu par pas moins de quatre sangles, de sorte à ce que Louis ne puisse pas le perdre au combat. Lorsque Louis revînt constater le résultat final, il en fut plus que satisfait et jura de l'essayer dès l'épreuve du lendemain.

Jour 60 : Rééducation

Lancez cette musique

Comme ils s'y attendaient, Tristan annonça une épreuve de parcours de tir, la dernière du troisième cycle. Cependant, un seul groupe de cinq y participerait au vu des nombreuses pertes qu'avaient subi les différentes équipes au cours des combats récents. Le parcours comporterait des ennemis inhabituels et verrait sa difficulté grandement rehaussée. Cela faisait trois jours que Lucas et François ne s'étaient plus adressés aux autres, ils profitèrent donc de cette épreuve pour se rattraper en faisant comme si la tragédie précédente n'avait jamais existé.

Lucas : Je crois qu'il est temps de former l'escouade Charlie.
Louis : Tu vas enfin nous dire pourquoi lors de l'attribution des noms de code des escouades vous avez sauté celui-là ?
François : C'est simple, nous gardions Charlie pour une escouade spéciale, formée selon la nécessité du moment, nous allons donc prendre avec nous les meilleurs d'entre vous.
Damien : Tu veux plutôt dire : ceux qui n'ont pas fini comme des passoires !
Nathan : C'est vrai ça ! Tu veux juste te débarrasser de ceux qui n'ont pas eu la même chance que toi !
François : Ne dites pas n'importe quoi, vous êtes encore blessés, il nous faut les meilleurs !
Camille : Alors que Charlie soit constitué des spécialistes, ce sont eux les meilleurs !
Lucas : C'est une bonne suggestion, mais il nous manque un spécialiste et nous en avons un autre qui est devenu infirme et qui ne peut plus assumer ce ...
Louis : Qui t'a dit que l'infirme n'était plus spécialiste ni que nous n'avions trouvé personne pour remplacer notre mort ?!
Lucas : Quoi ?

Louis exhiba sa nouvelle arme, son bras droit fièrement tendu, pointant la lame vers le ciel. Sarah quant à elle, sortit de sa cachette à l'arrière du groupe pour se présenter aux chef munie du lance-missile. François et Lucas ne cachèrent pas leur surprise, mais ils comprenaient ce qu'il se passait. Louis ayant changé sa spécialité, le spécialiste absent était donc l'anti-char, et il avait choisi d'en apprendre le maniement à Sarah pour en faire la nouvelle spécialiste, et ce sans leur en faire part.

François: Bon très bien, vous allez faire vos preuves là dessous avec Élisa et nous, mais si nous échouons à une place médiocre, je vous en tiendrai pour responsables.

Ils ne bronchèrent pas, la totalité du camp avait conscience qu'ils échoueraient de toute façon à une place médiocre, leurs chefs venaient juste de trouver une excuse pour se décharger de cette responsabilité. Ils descendirent dans le bunker, comme il l'appelaient. Étrangement, Louis refusa toute aide pour descendre à l'échelle, sa volonté d'assumer son infirmité surpris plus d'un, c'était une preuve de courage qui contribua à rendre un peu d'espoir aux autres. Mais le faisait il pour lui ? Ou justement pour tenter de remonter le moral de ses camarades ? C'est à cinq, qu'ils entrèrent de front, Charlie était prêt au combat.

Ils en eurent pour une demi-heure de combats féroces. Leurs adversaires avaient beau être sans danger, faits de carton, de bois ou d'acier, le rythme qui leur était imposé était difficilement soutenable. Sarah s'illustra par ses réflexes, éliminant les tanks et autres monstres alors même qu'ils apparaissaient et ce malgré le poids de son arme. Élisa liquidait toujours les cibles les plus distantes, même si elle passait plus de temps à se soucier de Louis et à l'encourager. Celui-ci s'en sortait à merveille, sa lame au bras droit, son pistolet mitrailleur en main gauche, il alignait les cartons comme sur un stand de foire. Il avait développé une technique pour recharger son arme qui consistait à abandonner le chargeur vide pour aller emboîter son arme dans l'un des chargeurs pleins déjà prêts à sa ceinture. Enfin, Lucas et François eux, ne faisaient pas dans la subtilité, libérant rafale sur rafale des balles ou des grenades. Ils dégageaient le chemin comme un jardinier dégage une allée avec un bulldozer. 

Il se classèrent tout de même à la cinquième place sur les sept équipes participantes et il était difficile de leur reprocher un tel score au vu des circonstances actuelles. Toutefois, les chefs du camp commencèrent à tourner leur attention vers Sarah, qui se faisait de plus en plus insistante et prompte à s'opposer à eux. Ils commencèrent à craindre qu’Élisa n'est été qu'un leurre pour les appâter loin de la nouvelle spécialiste. Ils devaient revoir leur politique au plus vite, et ce avant les premières épreuves du cycle suivant ...

Un petit dessin réalisé avec Illustrator que j'apprend à utiliser dans le cadre de mes études. Je tiens à préciser que je n'ai fait qu'un mélange de décalquages, je ne suis pas (encore) doué en dessin à ce point 😇

Thanatos :


Jour 61 : Florence

Il y a une chose, une seule chose pour laquelle je veux vraiment des réponses aujourd'hui : C'est le secret qui se cache derrière le matériel médical qu'ils nous ont fournis. Tout le reste : l'île, les démons, les titans, nos proches, la nuit espagnole, Arthur, François, Lucas, Élisa, Louis, Sarah, ... Je n'en ai rien à cirer des questions qui entourent tous ces sujets de discussions du quotidien. Je veux juste qu'on m'explique ce qu'il y a dans ces médicaments improbables.

Les blessures se cicatrisent en quelques jours, parfois même en quelques heures. Les fractures se ressoudent en quelques nuits, comme si toutes ces côtes cassées n'avaient jamais existé .... C'est quoi le délire derrière cette histoire ? Je ne me souviens même pas avoir eu à traiter une infection conséquente, c'est dire. Je ne suis pas stupide au point de ne pas en comprendre l'intérêt : nous remettre sur pied le plus rapidement possible entre ces épreuves mortelles dont plus personne ne sort indemne. Ça n'explique pas par quel miracle nous régénérons nos plaies aussi vite ?

Le quatrième cycle est sur le point de commencer. Sur les sept qui nous sont réservés, le quatrième est le centre de nos tourments. Nous sommes à mi-chemin après deux mois passés ici. Cette simple perspective devrait nous réjouir, nous avons purgé la moitié de la peine. Mais qu'en sera-t-il pour les survivants ? Au début, nous avons suivit le mouvement car la peur de la mort était omniprésente et nous empêchait de voir en face les réalités qui venaient entraver cet espoir de gagner le jeu pour que tout redevienne à la normale. Mais maintenant, nous ne sommes plus ceux que nous étions il y a deux mois ...

Je n'aurais même pas cru possible une telle évolution, nous ne sommes pas des militaires de profession ! Nous ne savons pas utiliser du matériel complexe, nous fondre dans le paysage en rampant des jours entiers dans la vase, nous avons appris les tactiques de combats sur le tas, via des connaissances éparses et notre carrure n'est pas celle d'un soldat bien entraîné, mais plutôt une parodie de survivant post-apocalyptiques épuisés par le poids de leur équipement. Nous n'étions encore que des ados de dix huit ans, mais ils ont faits de nous des gladiateurs, forcés de combattre avec une infime marge d'erreur ou la mort. Forcés de renier le confort de cette immaturité qui nous allait si bien, un luxe que nous ne pouvons plus nous permettre.

A vrais dire, peut être que je me pose autant de questions sur les médicaments simplement pour éviter d'avoir à envisager un semblant de réponses pour cette interrogation ô combien plus essentielle qu'est le sort qui nous sera réservé si nous survivons au septième cycle ?

Jour 62 : Damien

L'information est tombée comme par deux fois auparavant : Nous voilà de nouveau en tête de classements pour ce troisième cycle. Nos pitoyables scores des deux dernières épreuves n'ont pas altérés la confortable avance que nous avions, ou qu'Arthur nous avait donné pour être plus précis. Mais ce n'est guère ce qui a de l'importance en ce jour, le doute est préoccupé par une bien plus imposant défi : Le quatrième cycle aura lieu dans une base commune aux sept équipes survivantes. Ce cycle durera un mois entier et nous mettra en contact permanent avec nos rivaux européens.

Les hélicos seront là à l'aube. Le groupe Charlie a prit les choses en main avant que les débats houleux appréhendant le lendemain ne prennent le pas sur nos priorités. Je dis bien Charlie, parce que tous les spécialistes coordonnent ouvertement le camps, Sarah y comprit. J'ai été surpris de la voir donner des ordres quant à l'inventaire de nos stock de munitions, de vivres et de médicaments en parfaite coordination avec les autres, mais Lucas et François n'ont pas bronché d'un sourcil alors je suppose que tout cela a été discuté, ce n'est donc pas mes affaires. Qu'ils s'arrangent comme ils le veulent, pourvus que tout cela ne finisse pas aussi mal que ce qu'on a connu par le passé, un passé proche.

Le travail ne manque pas, nous nous préparons à la plus longue expédition hors de nos murs - pour peu que le grillage installé aux premiers jours puisse porter ce titre élogieux - depuis nos débuts ici. Personnellement, je crois que c'était une bonne chose de nous mettre ainsi au travail aussi hâtivement, ça nous a évité de trop réfléchir à ce qui se passerait une fois en contact avec les autres équipes. Même si en soit, j'ai quand trouvé le temps de réfléchir à toutes ces pensées tout en travaillant. Je ne peux donc pas garantir que tous ont préférés laisser leurs méninges au repos, renonçant à cogiter des réflexions qui risquent fort de ne nous apporter que des ennuis. Au final, la journée d'aujourd'hui aura été bien agitée. Mais ce n'était sans doute rien en comparaison de celle qui nous attend demain.

Jour 63 : Contact

lancez cette musique d'ambiance.

C'est une vision étrange ...

Ils ont beau l'avoir tous déjà vue au moins à une occasion de leurs propres yeux, l'avoir deviné maintes fois sur des images retransmises et l'avoir dessiné dans leurs imaginations. Cette vision de l'océan au loin les stupéfait. Ils le savaient depuis les premières heures, et pourtant ils le voient à présent pour la première fois depuis leur arrivée. Une île infernale, c'est bel et bien l'endroit où les titans ont affirmés les avoir séquestrés. Une côté tout du moins, car si les hélicoptères opèrent à une altitude bien plus élevée que les rase-mottes habituels au dessus de la cime des arbres, ils ne volent pas encore suffisamment haut que pour juger de ce qu'il y a derrière les montagnes.

Les vallées de jungles leurs masquaient jusqu'à présent cet horizon qui les laissent songeur, et lorsqu'ils atteignent les montes de moins en moins élevées de la chaîne montagneuse, ils ne découvrent derrière les derniers pics qu'un océan étrangement similaire au premier de l'autre versant, cela ne les affectent guère. L'espoir de se trouver sur un continent qui aurait rendu une fuite possible n'a même pas eut à naître. Ils se savent prisonniers depuis longtemps. Les hélicoptères pilotés à distance sont au nombre de six. Deux assurent le rôle de cargos pour les vivres et les munitions, les autres transportent les olympiens équitablement répartit dans leur configuration souhaitée : Alpha, Bravo, Delta, Écho ... Le voyage se fait en silence, c'est le mot d'ordre qui est passé : pas de prédictions, de discussions inutiles avant d'être fixés sur la situation. Pourtant, le silence a bien du mal à se faire quand des tâches noires se dessinent au loin, convergeant dans la même direction. Le souvenir effroyable de la dernière épreuve est encore frais dans leur tête.

Mais le silence se maintient. Les regards se toisent, puis se dévisagent. Le paysages change, les deux océans convergent eux aussi, vers ce qui semble être la pointe est de l'île. Loin sous leurs pieds, les jungles tropicales ont cédés leur place à des plaines marécageuses tantôt parsemées d'un arbre ci et là et coincées entre des petits bois biens moins denses que la forêts qu'ils ont connus jusqu'à présent. Au loin, ils ont aperçus la ville en ruine, l'observer dans sa globalité est également une première. Ils commencent seulement à estimer le nombre d'habitants qui ont du mener leur vie ici, sans doute plusieurs dizaines de milliers. Mais c'est une autre masse grisâtre qui attire leur attention, une autre souillure humaine à base de béton, une autre tâche sur l'horizon, là où convergent les rives : un port.

Trente - peut être trente-cinq – appareils sans âmes s'y rendent d'un même entrain. Pas un seul mouvement qui sorte du lot, pas un seul kilomètre heure de plus ou de moins, pas une vitre de cockpit qui ne soit pas teintée de noir. La nuée d'hélicoptère progresse à la même allure, comme tractée par une quelconque force sereine et invisible. Les armes restent dans leurs fourreaux, sanglées, en sécurité, et ce tant que le silence perdure. Il est inutile de nier que quelques voix essayent sans doute de se faire entendre, mais de ce capharnaüm de bruits de pales et de moteurs, le silence n'est que symbolique. Un silence forcé qui étouffe le moindre gémissement et qui dissuade toute conversation.

Le port se dessine mieux maintenant, ses alentours sont très boisés et contrastent avec les plaines, ils rappellent les profondeurs de la jungles, un environnement craint et pourtant rassurant car familier. De hautes fortifications en bétons enserrent une zone large de trois cent mètres, telles une enceinte moyenâgeuse. Ces murs se terminent dans la mer qui se fait plus proche que jamais, teintée d'un beau bleu cyan, et parée de ce qui ressemble à un navire de guerre de moyen tonnage, amarré à une digue bien trop large pour lui seul. Dans l'espace terrestre, contrastant avec la vétusté du béton et de quelques ruines de bâtiments éparses, une citadelle est posée en plein cœur du dispositif comme une cerise sur un gâteau, mais une cerise de la taille d'une orange.

De forme heptagonale et du diamètre d'un grand terrain de football, cette fortification haute de cinq étage n'avait nul autre pareil. Sur son toit, on devinaient - vides – des emplacement d'artillerie ainsi que ce qui ressemblait à une porte de hangar horizontale et donnant sur les entrailles du fort. Alors que la descente s'amorçait, quelque chose planait dans l'air, comme un sentiment de défaite, de regret, et pourtant quelque chose de paisible. Ils sentaient tous le tournant arriver, sans savoir de quoi il en retournerai, sans même percevoir la source de cette émotion pour certain. A l'ombre de la citadelle, à l'ombre des meurtrières, des plates-formes, des baies vitrées et des grandes portes d'acier, ils sentaient comme le souffle du destin et sa douce brise dans leurs cœurs. Les sites d’atterrissages étaient dispersés au grès de ces sept faces, le matériel fut débarqué et sans plus de nécessités, tous se réunir sur la digue, sans qu'aucun mot n'ait été échangé. En estimant, ils étaient encore à peu près quatre vingt en vie, et ils fixait l'horizon désespérément vide de la mer en l'attendant.

« Bienvenue à vous olympiens ! » put on entendre dans les instant qui suivirent dans toute la zone.

« Bienvenue à Atlantis ! Sur ce site, vous réaliserez vos épreuves en commun lors de ce quatrième cycle, et qui sait ... peut être serez vous amené à revenir ici bien après encore. Une semaine complète vous sera donnée pour faire connaissances avec vos adversaires avant le début de la première épreuve. Toutes les épreuves de ce cycle seront sans dangers, vous vous affronterez mutuellement dans des simples jeux ou des combats à munitions factices. ... »

Cette information n'échappa pas à la foule, quelques sourires à dents découvertes apparurent même en nombre réduit.

« Cependant, avant de vous quitter et de vous laisser découvrir votre nouveau cadre de jeu, laissez moi vous rappeler que l'interdiction de tuer un membre d'une autre équipe ou chercher à fuir sont les seules règles qui vous sont imposées. Seulement deux règles, que pourtant, beaucoup d'entre vous ont déjà essayé de transgresser ... »

Des regards se croisèrent, d'équipes en équipes, ceux qui avaient encore de la curiosité en eux, cherchaient des réponses ou des cas similaires au leur dans les rangs de leur concurrents.

« A cette fin, Thanatos a été désigné pour vous diriger, nous l’espérons, vers le droit chemin. Et est par conséquent, la seule personne ici à avoir droit de vie et de mort sur vous tous. Donc ... restez sur le droit chemin et que les meilleurs terrassent les titans ! »

Le silence, en totale opposition avec les dernières heures, ne dura pas plus de quelques instants une fois les hauts-parleurs calmés. D'abord les messes basses, puis ensuite les chuchotement, et enfin les hurlements injurieux. Les disputes éclatèrent, aussi bien internes qu'entre les équipes. On se reprochait tout et n'importe quoi, les traducteurs des casques ne parvinrent pas à suivre et plus personne ne se comprenaient. Certains les retirèrent, les francophones et les anglophones mirent à profit une langue commune pour reprendre leurs houleux débats de manière plus conventionnelle. Les Allemands eux, jouaient dans les deux camps du mieux que leurs permettaient leurs différents niveaux linguistiques dans une langue ou l'autre. A de nombreuses reprises, la situation failli dégénérer, mais à chaque fois que le niveau devenait critique, un leader ordonnait à son équipe de le suivre, et ils partaient en direction de la citadelle.

Ainsi de suite, le macadam se vida de toute vie, et le silence se fit de nouveau maître des lieux. Partis au fur et à mesure, n'ayant aucun véritable meneur à suivre. L'équipe Belge visita Atlantis de manière désordonnée, par petits groupes, chacun dans son coin. Le besoin de faire le point sur la situation était dans tous les esprits. Plus que jamais, le manque d'unité de leur groupe se faisait ressentir, et plus que jamais, les anciennes tensions revenaient se mêler aux affaires courantes. Mais cette sensation était toujours présente, l'espoir ... Celui de partager ses peines, de rencontrer, de coopérer, de vivre ... Loin du concept - pour les plus pessimistes - d'une prison encore plus oppressante, ils voyaient presque tous en la citadelle un bastion presque égal à une seconde armure sur leur peau. Et cette armure leur tenait chaud, chaud au cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teotiqax
Apu-Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 1020
Localisation : Zlatlan
Date d'inscription : 19/09/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Jeu 23 Oct - 15:27

Je suis bien content de voir la suite sur ce forum. Bon en vérité j’ai lu ça ce matin mais avec tout les textes à lire pour le concours de récits CV (je viens de finir de tout lire Shocked ma pauvre tête sad ) donc je n’ai pas pu dire ce que je pensais du soixante troisième jour avant. Et je dois dire que je ne suis pas déçu.

Tu as réussis à garder ton style quasiment identique à avant et ce tout en changeant d’état d’esprit donc chapeau. Je n’ai relevé aucune énormité ni aucune formulation laissant à désirer. Et en plus, je suis immédiatement replongé dans cette ambiance si caractéristique de tes écrits. Et rien que pour ça tu as tout mon respect. Je n’attend plus que la suite pour continuer de lire ce récit que j’adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 24 Nov - 21:08

Bon, entre grippe, pneumonie et travail scolaire à rattraper à cause des deux précédentes raisons, j'ai pris du retard sur ma promesse de m'y remettre régulièrement, alors j'envois la suite !


__________


Jour 64 : Élisa

Je suis forcée de l'admettre, les pièces du puzzle commencent à ressembler à quelque chose. J'ai moi même eue des doutes à l'ouverture du fichier. Mais je suis forcée d'admettre que le plan se déroule comme prévu, pour une stratégie posthume, elle est sacrement bien ficelée. Si j'en crois le planning établi, à compter du jour où nous avons mis les pieds ici, un sablier de deux semaine s'est lancé. Où tout cela nous mènera-t-il ? Que l'opération soit un échec, une réussite ou un succès mitigé, je ne peux voir au delà. J'entrevois tous les chemins qui s'offrent à moi, et pourtant je conçois pas ce qui se cache derrière, ce que j'entrevois, ce ne sont que des portes closes. Laquelle s'ouvrira ?

Thanatos est cependant une énigme, il fait partie du plan pourtant, mais c'est bien là le problème. Je n'arrive pas à le cerner, son flegme me rappelle un peu trop bien quelqu'un. Ils terrorise tous ceux qui le croisent au détour d'un couloir, se baladant sans but apparent si ce n'est pour nous observer avec curiosité plus que par devoir. Qu'il soit un géant de deux mètres, ou que ce soit simplement son armure, plus imposante que n'importe quelle autre, qui le grandisse, sa taille participe au sentiment de malaise qu'il crée. Et ce n'est qu'un détail parmi d'autres, l'armure noire, le masque morbide, la cape en lambeaux, l'immense fusil-antichar-faux qu'il porte en permanence dans son dos, ses deux énormes pistolets à la ceinture et surtout, surtout, son rire moqueur quand il croise des gens pétrifiés de terreur. Je ne peux pas croire qu'il soit qui je pense, mais il est de la même trempe c'est certain. Plus que n'importe qui d'autre, il me perturbe ...

Quoiqu'il en soit « le sablier est lancé », je n'ai plus un seul instant à perdre. Ainsi, dés que j'ai repéré l'étage réservé aux salles d'entraînements et aux simulateurs, quelques messes-basses ont suffit à lancer la rumeur. Tous ceux qui n'étaient pas convaincus, nous les envoyions faire un tour dans le gigantesque hangar sous la forteresse. Les tanks, c'était une chose, les hélicoptères d'attaque et les canonnières en étaient une autre. Si nous n'avions pas agis, les olympiens auraient sûrement attendus des conseils avisés des titans pour se lancer dans l'apprentissage du maniement de ces engins. C'est donc une bataille de l'ombre qui se joue aujourd'hui, et une bataille dans laquelle nous avons prit l'initiative.

Dés les premières heures, tous ceux qui enchaînaient crash sur crash dans les simulateurs, abandonnaient en désespoir de cause, pour aller s'essayer à quelque chose de bien différents dans les autres salles. Ils trouvèrent des simulateurs d'un tout autre genre que ceux de vol, j'y consacrerai du temps une fois que je serai sûre et certaine d'être capable de piloter Phoenyx et Viper si la situation l'exige, et elle l'exigera ...

Jour 65 : Thomas

Cette citadelle est une architecture bien étrange. Un heptagone à sept étages, comme quoi c'est un chiffre qui semble réellement avoir de l'importance. Sept équipes restantes, sept cycles, et je parie qu'il y a quelque chose que nous ignorons au sein des cycles eux même, six épreuves par cycle, c'est louche quand on voit à quel point le sept se répète ... Afin de me changer les idées, à force de vagabonder de simulateurs en simulateurs à fuir le regards des membres des équipes étrangères, j'avais besoin d'une pause. Je suis donc parti en solitaire pour un énième tour de la forteresse.

Le premier étage, c'est le sous-sol. Un vaste hangar d'un diamètre largement supérieur au bâtiment qui le surplombe. On y a trouvé des Lynx, des Scarab et des Scorpions en très grand quantités. Au moins deux tanks et cinq à six autres véhicules de chaque par équipes. Mais surtout, il y a les appareils aériens. Les Vipers, sortes d'hélicoptères à deux rotors de taille relativement restreinte. Lorsque les rotors sont verticaux, l'engin vole comme un hélicoptère normal, mais en inclinant les rotors à l'horizontal, l'engin gagne considérablement en vitesse en perdant ses capacités de vol stationnaires. Il a une faible capacité de transport à l'arrière, quatre hommes sur des sièges quasis suspendus au dessus du vide, ou un Scorpion sans équipage. Il est armé d'un mitrailleuse de gros calibre sous le cockpit et de quelques roquettes non-guidées sur ses flancs.

Le Phoenyx, là c'est une autre histoire. Même système de vol, mais trente mètres d'envergure, des rotors de taille conséquente et une capacité de transport de vingt hommes et de matériel ou d'un Scarab et de son équipage. Il y a un sas à l'arrière pour débarquer rapidement les hommes ou le véhicule et une trappe d'assaut à l'avant, juste sous le cockpit, qui ne peut laisser passer qu'une personne à la fois. Mais cette porte est couverte par une mitrailleuse du même calibre équivalente que celle des Viper. En plus des roquette, le vrais armement des Phoenyx, ce sont les doubles auto-canons de 37mm qui garnissent les flanc du monstres. Le pilote peut les faire tirer droit devant, mais tout comme la mitrailleuse frontale, l'équipage peut les téléguider pour plus de précision. Le titre de canonnière n'est pas un hasard, ni leur nombre, une seule par équipe, sept Phoenyx. En cherchant un peu sur les terminaux, il s'avère que les véhicules terrestres sont des restes de matériels militaires destinés aux rebuts, les véhicules aériens eux, sont des séries d'appareils d'essais n'ayant jamais dépassés les stades de prototype pour des projets gouvernementaux américains ou européens d'ADAV. Il n'y a pour l'instant aucune information sur le navire amarré dans le port si ce n'est son nom : Léviathan. Six types véhicules, ais je raison de croire en l'existence d'une septième catégorie ?

Tous ces véhicules remontent à la surface par de grands monte-charges débouchant sur le macadam. Un par face de la citadelle. Il y en a également un huitième au centre de celle-ci, il donne sur le toit pour des véhicules aériens mais sert aussi à déplacer un grand nombre de personnes entre les étages visiblement. Le second étage est le rez de chaussé, un hangar plus petit où seront stockés de toute évidence, des véhicules en réparation ou prêt à être déployés. Le troisième étage est une armurerie et des ateliers, une parties des locaux nous sont encore inaccessibles, je suis sûr et certain que ça a un lien avec ceux qui s'entraînent au port de l'armure dans les simulateurs et les parcours de tir du quatrième étage. Au cinquième étage, divisés en sept cellules indépendantes, il y a les des sanitaires, des buanderies et surtout des dortoirs. Pour la première fois depuis notre arrivée sur cette île, nous allons avoir un peu d'intimité car chaque lit est un chambre individuelle.

Le sixième étage est un lieux de vie : salle de sport, salle de jeux, grand réfectoire et toute aussi grande cuisine pour l'alimenter. Quarante personnes peuvent y manger à l'aise et les quatre vingt que nous sommes y tiennent également, pour peu qu'on se serre. Mais le plus important, c'est le septième étage, le dernier avant le toit. Je suis bien seul à y errer pour l'instant, mais je crois qu'il y aura prochainement de l'animation en permanence ici. Il y a une grande salle de contrôle similaire à ce que nous avons connu à bord des simulateurs de combats spatiaux mais en bien plus vaste. Trois salles de réunions pouvant accueillir une dizaine de personnes, et une dernière pouvant tous nous accueillir. De grandes choses vont se passer ici ...

Jour 66 : Florence

J'ai lamentablement échoué aux simulations de vols, autant voler dans un ciel dégagé était facile à apprendre, autant les épreuves plus complexes de combats dans des villes pleines d'obstacles et sous un feu ennemis se terminaient systématiquement par un câlin avec un bâtiment. Les commandes sont vraiment simplifiées par rapport à ce à quoi je m'attendais : deux pédales pour tourner à plat à gauche et à droite, un manche pour le pilotage avec des commandes pour le tir, un levier pour l'inclinaison des rotors, un autre pour la vitesse et une douzaine de boutons avec une légende mise bien en évidence. Avec des commandes aussi simples, sur les quatre-vingt survivants, nous aurons sans peines nos pilotes.

Je me demande ce qui est différents par rapport à la réalité ? Les technologies militaires sont censées être les plus high tech, alors comment pourrions nous bénéficier de programmes suffisamment puissant que pour nous simplifier la vie alors que les armées des grandes nations n'en ont pas ? Ceux qui nous amenés ici pour organiser cette infamie sont ils si puissants que pour restreindre le marché de la technologie ? Pour avoir récupéré une île, tout ce matériel et ses milliers d'enfants soldats, ils sont à coup sûr des hommes figurant dans le haut de la liste des plus puissants du monde. Ou bien sont ils simplement convaincu que notre vie a si peu de valeur que quelques crash pour cause d'une formation trop rapide les divertiraient ... avec du recul ... je crois que c'est ça ... puuuuutain ...

Quoiqu'il en soit, ayant échoué au pilotage, j'ai été jeter un coup d’œil aux formations des armures. Nous avons le choix entre deux modèles, une armure à peine plus résistante que les tenues saturées de gilets pare-balles que nous portions déjà, mais équipées de jetpack ayant une autonomie de quinze seconde. Ou bien d'énormes armures, assistées de petits moteurs aidant à se déplacer malgré leur poids monstrueux. Entre un blindage médiocre et une fusée à réaction sur le dos ou une massive armure de chevalier à la protection infaillible, je crois bien que tout le monde s'est précipité sur les simulateurs d'armures assistées, et nous avons déchanté.

Elles nécessitent une machine pour être revêtue et rien que l'idée de la manière recommandée pour faire ses besoins va me donner des cauchemars pour toute une semaine. Et puis, malgré l'aide des moteurs pour supporter le poids de cette chose, sa mobilité est médiocre. Les simulateurs consistent en des parcours de tirs , pour ceux ayant réussis les épreuves préliminaires, où l'armure d'essais est maintenue par des bras mécaniques reliés à des rails au plafond. J'ai donc pu observer ceux qui l'essayaient, et encore, il s'agissait des cas les plus prometteurs. Avec la grâce d'un éléphant, ils se déplaçait comme l'un de ces monstres imposant et patauds des films fantastiques. Alors même si le blindage pouvait encaisser multitudes de tirs de fusils des démons avant de se fragiliser, si c'étaient juste pour se faire facilement encercler et ne pas pouvoir fuir avec une grenade aux pieds ... j'ai abandonné l'idée et je suis retournée dans le simulateurs des armures à réacteurs, mal m'en a prit ...

Sans les bras mécaniques, j'aurais redécoré les murs un nombre incalculable de fois. Quand je me disais que nos ravisseurs avaient la main mise sur les nouvelles technologies, je ne pouvais être plus proche de la vérité. Les casques de ces armures sont pourvus de récepteurs de l'activité neuronale, j'avais entendu parler de ça dans des rubriques de vulgarisation scientifique mais de là à l'essayer en vrais sur un équipement qui serait notre seule défense contre les balles, j'en avais la chair de poule. Avant d'enfiler l'armure d'essais, j'ai passée six heures avec seulement ce fameux casque sur la tête, à essayer d'allumer plus ou moins fort une ampoule rien qu'en imaginant le mouvement d'un de mes membres, puis d'un membre imaginaire auquel associer la mise à feu du jet pack et la régulation de sa puissance. Quand enfin, le simulateur m'a donné accès aux essais en armure réelle, j'étais tellement euphorique après autant de tentatives infructueuses, qu'au lieux d'aller dormir, j'ai passé six heures de plus sur ce parcours de tir infernal, à virevolter dans tous les sens comme un avion avec une aile cassée.

Tous les chefs d'équipes se sont mis d'accord pour nous obliger à maîtriser au plus vite le pilotage des appareils aériens ou le port de l'une des deux armures, finir massacrée par les démons me paraît soudainement être un sort plus enviable ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teotiqax
Apu-Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 1020
Localisation : Zlatlan
Date d'inscription : 19/09/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 24 Nov - 21:12

J’ai déjà lu sur le forum CV mais je n’avais pas le temps de faire un commentaire et quand j’ai eu le temps ça n’a pas marché donc je dis tout ça ici: toujours bien mais toujours court (on est des lecteurs difficiles quand même icon_mrgreen ). Toutefois j’ai vu une légère faute: « en inclinant les rotors à l’horizontal » ici c’est « l’horizontale » puisqu’il s’agit de la position (bien que le sujet n’y soit pas spécifié).

Sinon et bien je te demande une suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 24 Nov - 22:23

Toujours aussi court ? On me l'a également signalé ça sur le forum CV, il y en avait pour 3 pages worlds complètes soit le double des derniers textes en date, alors aussi court que d'habitude ? online2long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teotiqax
Apu-Kroxigor
avatar

Nombre de messages : 909
Age : 1020
Localisation : Zlatlan
Date d'inscription : 19/09/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Lun 24 Nov - 23:13

Pas vraiment aussi court. Même un peu plus long mais pas assez encore, enfin vu que t’as déjà fais un truc de huit pages word ça doit être pour ça biggrin

Puis après je n’oublie pas que sur des forum n’ayant rien à voir avec le hobby je lis des trucs où un chapitre c’est assez souvent entre 3 et 5 pages et que les plus gros font pas loin de 15 donc je suis un peu subjectif aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mar 25 Nov - 0:37

Sauf que plus cinq pages en un seul post, je trouve ça illisible. C'est beaucoup trop dense, sauf s'il s'agit vraiment d'une seule et même action importante qui doit être mené du début à la fin en un seul jet. J'ai toujours préféré faire des posts plus brefs mais je veux bien faire un effort supplémentaire et monter à 5 pages pour des passages sans moments clés. Les huit pages en questions, c'étaient des batailles très détaillées cool

Par contre, c'est gentil de me signaler cette faute, mais j'en ai déjà corriger une douzaine entre-temps et je crois qu'il en reste encore cinq ou six bien plus évidentes que celle-là que je dois corriger happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexy999
Scribe Skink (vainqueur du concours de récits)
avatar

Nombre de messages : 749
Age : 22
Date d'inscription : 06/02/2011

MessageSujet: Re: Hells Island   Mar 25 Nov - 4:17

Allez, voilà la suite !

Jour 67 : Sophie

La méfiance et l'indifférence se sont transformées en malaise et en dénis. A force de nous rencontrer dans les couloirs, les simulateurs, le réfectoire où les cuisines pour ceux qui se chargent des repas, nous n'avons pas pu détourner le regard à chaque fois que nos routes se sont croisées. Que se soit des professeurs de religion ou de philosophie, chacun d'entre nous a, un jour, suivit un cours qui nous apprenait que la peur et tout ce qui en découle naissait de la crainte de l'inconnu. Pendant deux mois, cet inconnu, c'était une succession de lettres sans visage sur un tableau des scores et quelques brèves images volées sur ces mêmes écrans. Ceux qui avaient eut la chance de se côtoyer physiquement, l'avaient étés dans des épreuves mortelles où leurs pré-occupations étaient toutes autres. Aujourd'hui seulement, nous commencions tous à comprendre que nous n'étions pas ennemis , nous étions tous des victimes. La compétition avait pour but de nous monter les uns contre les autres, nous suggérant que tout cela se terminerait par un bain de sang entre nous ...

Aujourd'hui, qu'est ce qui a changé ?

Les installations d'Atlantis nous laissent présager que quelque chose approche, quelque chose d'énorme. Quelque chose qui ne se gérera pas avec des groupes éparses de dix personnes. Je sais que les chefs discutent entre eux au septième étages, on le sait tous ... J'ai finalisé la formations aux armures assistées sur leurs ordres et j'ai eu accès à la section de l'armurerie dédiée. J'y ai réservées une série d'armes et j'ai réalisé, encore et encore, des parcours de tirs. Les armes n'ont pas changées : fusils d'assaut, lance-flamme, fusils à pompe, fusils semi-automatique. Mais les olympiens en armures assistées ont maintenant accès à des versions plus lourdes et plus grandes de ces armes, plus adaptées aux énormes gants mécaniques de ces tenues. La puissance de feu est toutefois identique, c'est la capacité des chargeurs qui a été considérablement augmentée. Même si je n'y ai pas accès, j'ai cru comprendre par Florence que les premiers à avoir finalisés la formation aux armures aéroportées ont également reçus l'accès à leurs propre armurerie. Pour eux, les armes à deux mains sont restées les mêmes, mais les différents pistolets ont de la même manière subis des variantes, plus compactes, plus précis ...

J'ai même entendu une rumeur comme quoi les armes spécialistes étaient elles aussi à présent déclinées dans des versions lourdes où légères. Des modifications allant dans le même sens que celles des armes de calibre plus restreints. Mais les élémentaires ne changeront pas je suppose. Autant nos premières armes nous furent imposées car nous étions trop ignorants que pour prendre une décision judicieuse par nous même, autant la liberté du choix est maintenant nôtre. Toutes catégories confondues, je crois qu'un tiers d'entre nous ont complétés au moins une formation en simulateurs au bout de quatre jours. C'est à la fois peu et beaucoup trop, nous devons être formés rapidement pour survivre aux épreuves, mais le surmenage et des formations trop brèves, surtout pour les pilotes, pourraient nous êtres fatales ...

C'est la première réelle conversation que j'ai eue avec un étranger, un suisse qui a dit s'appeler Marc. Tout ce raisonnement sur nos relations futures entre équipes et les changements au niveau de notre arsenal, c'est de ça dont j'ai discuté avec lui. D'une certaine manière, son visage m'a rappelé Jean. Mais c'est peut être tout bêtement parce que j'ai au moins pu voir son visage, lorsqu'il a enlevé ce casque que nous portons en permanence - car il nous est indispensables pour traduire les langues étrangères – j'ai tout simplement pu voir les traits d'un étranger pour la première fois depuis notre arrivée à la citadelle. Nous parlions la même langue, sa classe venait du canton francophone, nous avons longuement discuté avec une vraie voix timbrée d'émotions et un visage pour les exprimer. Ça nous changeait des tons robotiques du traducteur intégré et des visières teintées si inexpressive.

Il n'a jamais été question de nos équipes respectives et de tout ce qu'elles ont traversées avant d'arriver dans ce lieu commun. Nous n'avons discuté que des problèmes d'actualités sans jamais entrer dans les détails de la politique qui se joue au septième niveau. Au final, je n'en sais pas plus sur les autres équipes ... et lui non plus. Nous nous sommes quittés en soirée, nous n'avons pas partagé de repas au réfectoire, nous ne nous sommes plus revu de la nuit, et je l'ai regretté. Car pour la première fois, le nombre de gens qui me sont cher sur cette île vient d'augmenter, pour la toute première fois, je me suis faite un ami au lieu d'en perdre un autre.

Jour 68 : Aurélien

Nous approchons de la fin de la semaine qui nous a été accordée, et malgré cette promesse d'épreuves sans risques, je redoute quelques mauvais tours des titans. Aussi, ai je seulement pris ma toute première pause depuis cinq jours à l'instant. quinze heures par jour dans ce simulateur, j'ai cru que mes yeux allaient fondre ... Mais j'y suis arrivé ! Le programme m'a donné l'autorisation de piloter un Viper ! Aussi, suis je descendu au sous-sol pour préparer un appareil dans le monte-charge, mon intention était simplement de pouvoir l'admirer à la lumière naturelle, en ayant plus que marre d'être enfermé. Je n'ai jamais voulu décoller prématurément avec et sans en avoir reçus l'autorisation. Mais sans le vouloir, j'ai été l’élément déclencheur de quelque chose qui aurait pu causer la mort de nombreuses personnes. En arrivant à la surface avec l'engin, un groupe de français qui errait sur le tarmac m'a prit à part, mal interprétant mes intentions.

Ils étaient trois, tous en armure assistée, je ne faisais pas vraiment bonne figure avec mon ancienne armure toute simple. Les insultes ont commencées bien avant les questions, si au moins il y avait eut des questions ... Je n'avais en tête que le suicide de ce spécialiste du corps à corps, qui s'était jeté du haut de l'immeuble où avait lieu l'épreuve. C'était longtemps resté un sujet de débat acharné, et la conclusion qui revenait le plus souvent était que cette équipe était fanatisé. Je ne donnais pas cher de ma peau, leurs fusils d'assaut format armure lourde dépassaient de leur dos, en un geste, ils auraient pu dégainer et me faire passer de vie à trépas. C'est sans doute ce qu'il se serait passé si un groupe d'allemand avec leur déesse à leur tête, n'étaient pas également en promenade cogitative dans les alentours. Là encore, il y eu mal interprétation, me voyant à la merci des français et dos à un appareil, peut être crurent-ils que j'essayais de les empêcher de prendre la poudre d'escampette avec ou bien qu'ils me faisaient chanter pour je le leur pilote moi même ...

Au final, même si aucun ne portaient d'armure lourde, de nombreux jet pack traînaient au sein de ce groupe qui réunissait presque la totalité de leur équipe. Sans parler de leur chef, Athéna et de son arme élémentaire, le « méga » minigun Maelström. Personne ne posa quoique ce soit qui ressembla à une question cherchant à éclaircir la situation. Situation qui se dégrada si vite, qu'on aurait presque crut qu'ils s'étaient mis d'accord sur ce point avant de venir ici. Aux tous derniers instants de la dispute, j'entrevis quelques bras se diriger à la ceinture ou à l'épaule, prêt à empoigner leurs armes. Mais personne ne l'avait vu venir, moi encore moins ... Sans que je sache comment, alors que j'étais persuadé être presque dos à dos au Viper, Thanatos était derrière moi.

Si la comparaison entre moi et les porteurs d'armures lourdes me donnait une sensation d'insignifiance. Le rapport était parfaitement similaire entre ces armures assistées et celle du dieu de la mort. En théorie, en voyant apparaître si soudainement un individus qui ne vous inspire pas confiance et semble menaçant, n'importe qui déjà sur la défensive passerait à l'attaque. Mais il avait comme ... une aura. Il inspirait le calme, mais pas par la sérénité. Il inspirait le calme par une sensation de terreur oppressante, la sensation d'impuissance, le genre de sensation que ressent la souris qui veut s'attaquer au lion, et ce malgré toute logique quant au nombre et à la force qu'elle peut lui opposer. Avec dix adversaire lourdement équipés et à si courte portée, même Thanatos n'aurait eu aucun chance. Mais la logique a souvent peu cour avec les émotions humaines. Ainsi, l'assemblée se dispersa sans demander son reste, comme si rien n'était jamais arrivé.

Ne restaient que lui et moi, je lui faisais toujours dos, n'osant me retourner. C'est là qu'il me l'a dit ... Il m'a dit que quitte à avoir sortit le Viper sur le tarmac et avoir de toute façon mis, sans le vouloir, en tête aux autres équipes l'intention de faire un vol d'essais, pourquoi ne pas concrétiser cela ? Le mal étant déjà fait ... Les deux heures suivantes furent, à cet instant, celles qui de toute ma vie, m'offrirent pour la première fois une vraie sensation de liberté. Pour ne pas attirer l'attention, je me suis contenté de manœuvres standards dans l'espace aérien d'Atlantis. Je connaissais ces commandes, ces voyants, ces indicateurs ... mais cette sensation m'était encore étrangère. Alors même que dans les temps passés de mon ancienne vie, je me croyais un homme libre, je réalise seulement, là, maintenant, ce que c'est de se sentir libre face à un soleil couchant et un ciel pour moi seul. L’excitation commence à monter en moi, le ciel sera bientôt embrasés par les flammes de la guerre, mais j'ai trouvé mon chemin, si je dois mourir dans ce ciel alors même que je me bats pour et avec mes camarades, je sourirai !

Jour 69 : François

Je ne sais plus quoi penser, tout se mélange dans mon esprit et je m'y refuse ! Je suis manipulé, tellement bien que je suis devenu incapable d’identifier la source de cette fourberie. Les réunions avec les autres équipes tournent court sans arrêts. Nous ne sommes pas pris au sérieux, ils sont parfaitement au courant de nos scores depuis la disparition de l'autre andouille, et le fait de siéger à cinq représentants pour quatorze belges quand les autres équipes n'ont qu'un ou deux représentant attitré, souvent le chef hiérarchique de leurs équipes, encore plus souvent une divinité, ne fait qu'aggraver les choses. De manière générale, des têtes bien connues du simulateur spatial. La dernière réunion a complètement été un échec cuisant, plus personne ne souhaite discuter avec nous tant que nous monopolisons l’assemblée avec autant de membres. C'est clairement un symbole de notre faiblesse ... J'ai tenté d'aborder la question .. mais la manière douce n'a rien donnée. Que ce soit Louis, Élisa ou cette arriviste de Sarah, personne ne veut céder sa place à ces « conseils ».

Fort heureusement, ce n'est pas comme si nous avions raté grand chose pour l'heure. Les conseils ne sont qu'un ramassis de débats relatifs à des questions de l'ordre du jour et à qui la faute pour les dégâts et les dégradations liés aux accrochages entre les équipes. J'ai été surpris que l'escapade aérienne d'Aurélien ne nous attire pas davantage d'ennuis, il a eu l’accord de Thanatos, n'a rien cassé et je crois que de toute manière, ils avaient déjà décidé qu'ils ne voulaient plus nous voir avant le début même de la réunion. Si je pouvais m'y rendre avec seulement Lucas, tout rentrerait dans l'ordre, mais non ... ces trois empêcheurs de tourner en rond ne lâchent pas l'affaire.

Sarah a un comportement louche depuis quelques temps alors qu’Élisa a commit des actes tendant à croire qu'elle s'est détournée des préceptes d'Arthur pour revenir dans notre girond. Louis joue les ignorants et s'accroche encore aux résidus du pouvoir que nous lui avions temporairement accordés. Mais ce n'est qu'une façade tout cela, je le sais ! Ils mentent, il mentent tous ! Je ne reçois plus aucun rapport qui ne soit en contradiction avec un autre. Plus aucunes des rumeurs qui me parviennent ne semblent fondées car toutes démenties par des rumeurs inverses. Tous ceux que j'ai soudoyés, manipulés, corrompus ... ils devraient m'être fidèles ! J'ai passé deux mois à me créer une image, à détruire celle des autres, à devenir le bon ami de tout le monde ... et tout s'écroule. J'avais tout prévu, je pouvais cibler une fuite de loyauté en analysant les contradictions et en isolant ceux qui me faisaient de faux rapports ... mais c'est comme ... c'est comme si tout le monde m'avait trahi en même temps ... et ça ... ça ... c'est impossible ! J'ai isolé Élisa jusqu'à l'avoir reformatée, mais alors même qu'elle s'égarait de mon côté, Sarah quitte ma sphère d'influence pour établir la sienne à la place laissée vide par Élisa et que je devais assimiler.

Qui est derrière tout ça ? Élisa ? Sarah ? Qui d'autres pourraient tirer les ficelles ?! Lucas n'a pas les capacités pour ça ... Je manipules Louis depuis trop longtemps pour qu'il ait pu jouer ce rôle ... Qui d'autre ?! Tous les autres, ce sont des moutons, je n'en vois aucun avec un profil de berger autres que ceux qui débattent futilement en cet instant avec moi pour la place au conseil. L'un d'eux est forcément derrière tout ça ! Il n'y a que quelqu'un qui a goûté au pouvoir qui puisse avoir mis en place un plan suffisamment intelligent que pour me contrecarrer aussi furtivement ... Tu n'en étais pas capable ? N'est ce pas ? Dis moi Arthur, en étais tu capable ? Pouvais tu voir au cœur des ombres, entendre les murmures derrière les portes, sentir la déception sur leur visage ? Tu fais moins le malin maintenant hein ?! Tu as joué le jeu de l'assurance dans la lumière, moi dans l'ombre ... nous n'étions pas si différent ... mais j'ai eu ta peau, et tu as échoué à prendre la mienne !

Et je crois qu'il est temps de tanner quelques peaux supplémentaires, je vais tuer la rébellion dans l’œuf, je resterai seul maître à bord ! Ce sera l'occasion de tester la fidélités de ceux qui affirment tous leur bonne foi quand je les mets en face des bizarreries de ce qu'ils me rapportent. C'était moi le vrai dieu de ce camps, c'était moi ! Un dieu de l'ombre ... et un dieux survit en sacrifiant ses pions !

Jour 70 : Lucas

Nous sommes arrivé à la fin de la semaine ...

Tous ceux qui ont échoués aux trois simulations ont étés assignés aux futures escouades de ravitaillement, de logistique et aux réserves. Ça a provoqué un tollé de protestations de la part de tous ceux qui avaient réussis au moins à l'un des test, soit une grosse soixantaine de personnes sur les quatre-vingt. Il est peu concevable pour ceux qui ont sués pour obéir aux ordres de réussite, de savoir que ceux qui n'ont pas su y mettre suffisamment du leur ne combattront pas sur le champ de bataille. A cela, Athéna a répondu au nom de tous que ces tâches nécessitaient un personnel permanents. Qui plus est, vulnérable à la moindre sortie en extérieur car non protégé et non préparé, sans parler du fait que contrairement aux combattants, ils seraient amenés à prendre nettement moins de pauses entre les épreuves, si pas aucunes. De toute manière, plus les pertes s’accumuleront, plus les rôles permuteront. Ces olympiens ont toujours consignes de terminer l'une ou l'autre formation sur le côté quoi qu'il advienne, et en fonction de ceux qu'il faudra remplacer ...

Ça n'a pas remonté le moral, mais ça a fait taire la vague de contestations. Les manœuvres ont commencées par la suite, toute la journée et une partie de la nuit, des escouades temporaires et internationales se sont réparties entre pilotes, armures assistées et aéroportées. Que ce soit dans les airs, en véhicules, sur macadam, sur toits, en forêt, ou dans des ruines proches, toutes les escouades ont assimilées des formations de combat simples, des codes gestuels et des ordres uniformisés entre équipes, des techniques d'approche, de couverture, de surveillance, ... toute l'expérience pré-enlèvement ou assimilée par la suite sur le terrain dont disposaient les équipes a été mise en commun.

Parfois, je me surprend encore à prendre du recul sur notre situation, en deux mois nous sommes devenus des vétérans. Je n'aurais jamais cru possible de former des soldats en si peu de temps. Il faut dire que nous ne sommes pas vraiment des soldats, mais des gladiateurs. Dans ce sens, nos premières batailles n'avaient pas pour but de nous tuer mais de nous former. C'est une chose d'acquérir de l'expérience, survivre pour la mettre à profit un autre jour en est une autre. Les militaires prennent leur temps, le sifflement des balles étant encore bien loin des nouvelles recrues, il leur faut plus de temps pour assimiler disciplines et techniques. Nous, nous sommes en permanence sous la lame du rasoir, si nous ne nous surpassons pas, nous mourrons. J'entrevois lentement où cela nous mène, la première étape, les premiers cycle, c'étaient une formation. Ils nous ont appris à être des gladiateurs, à nous battre dans des batailles reconstituées et aux risques de morts restreints. Nous entrons dans une nouvelle phase, celle des véritables soldats. Les escarmouches feront bientôt place à des batailles à grande échelle ...

Et tout ça pour quoi ? Je n'en ai parlé à personne, pas même à François qui semble troublé ces derniers temps. Mais que nous arrivera-t-il si nous survivons au septième cycle ? Serons nous simplement renvoyés chez nous, juste comme ça ... ? J'en doute, c'est un lourd secret que nous portons, ils ne peuvent pas juste nous libérer ... Arthur m'en a parlé un jour, et ce qu'il m'a dit à ce moment là, j'ai bien peur qu'il n'avait parfaitement raison : L'espoir de la liberté, la peur de la mort, c'est ce qui nous a fait avancer alors que nous étions encore dans la logique de notre ancienne vie, paisible et routinière. Quand ils finiront tous par comprendre que cet espoir, cette peur, n'ont plus de sens maintenant que notre perception du monde a changée, quand ils finiront par comprendre ... alors je redoute qu'à l'espoir et la peur se substituent la menace et la terreur. Les prémices de la guerre sont presque terminés, notre nouveau chapitre commencera bientôt !


Dernière édition par alexy999 le Mar 25 Nov - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hells Island   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hells Island
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» [R] Hells Island
» Hells Island
» Let's Go Island - Lost on the Island of Tropics
» Monkey island copieur ou pas
» The Curse of Monkey Island

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du PPHL :: Temple des mémoires :: Récits-
Sauter vers: